Initiative SM2 : révolutionner l’industrie canadienne du sciage

Initiative SM2 : révolutionner l’industrie canadienne du sciage

Augmenter la récupération du bois d’œuvre de 30 %, réduire de 20 % le volume de sous-produits

Relancer une scierie en famille

Relancer une scierie en famille

Redémarrer une scierie fermée après plusieurs années d’interruption des activités

forestiers : héros de la lutte aux changements climatiques

forestiers : héros de la lutte aux changements climatiques

Parmi toutes les armes disponibles pour lutter contre les changements climatiques

Bucher plus vert

Bucher plus vert

En regardant Francis Brulotte assis au volant de sa toute nouvelle abatteuse Komatsu 931CX

Le biochar prend son envol

Le biochar prend son envol

Mais est-ce que ce nouveau débouché peut créer une réelle valeur ajoutée pour les produits forestiers ?

Professeure en sciences de la gestion au campus de Lévis de l’UQAR et directrice scientifique du Centre d’expertise universitaire voué au développement des organisations (CEUDO), Anissa Frini s’intéresse à la prise de décision multicritère temporelle dans un contexte d’incertitude afin d’aider les organismes, tel le Bureau du forestier en chef, à prendre des décisions d’aménagement forestier durable en tenant compte d’une multitude de critères évalués sur une longue période de temps.
C'est la période annuelle durant laquelle les entreprises forestières du nord-est déploient le plus de ressources pour transporter à leurs usines du bois de la forêt, avant le dégel printanier. Les conditions hivernales ont été favorables pour ce transport jusqu'à maintenant.
Le gouvernement du Québec conclut qu'il serait trop coûteux de sauver la vingtaine de caribous forestiers de Val-d'Or, menacés d'extinction depuis que leur habitat a été décimé par l'exploitation forestière.
En regardant Francis Brulotte assis au volant de sa toute nouvelle abatteuse Komatsu 931CX, on voit ses yeux s’illuminer comme un petit garçon qui vient de recevoir un nouveau jouet dont il rêve depuis des années. « J’ai toujours tripé sur Komatsu et particulièrement sur les moteurs Isuzu, parce qu’ils sont durables et ils ont une faible consommation d’essence », souligne l’homme de 27 ans.
Bien que l’industrie québécoise du bois soit en souffrance, La Forestière JFS Gagnon inc. de Saint-François-de-Sales est en pleine expansion et déborde de projets. Les trois actionnaires souhaitent éventuellement opérer douze mois par année, en plus de mettre en place une stratégie d’affaires pour acquérir encore plus de territoire. 
Les décideurs politiques européens doivent maximiser le potentiel économique du secteur forestier tout en équilibrant ses émissions et ses absorptions de carbone. Un objectif difficile, mais nécessaire pour que le bloc respecte ses promesses climatiques.
Les élus de la MRC de Maria-Chapdelaine demandent au gouvernement du Québec de revoir en profondeur le financement des chemins multiressources, et ce, dans le but de maintenir un accès viable pour tous au territoire.
Le Règlement sur la santé et la sécurité dans les travaux d’aménagement forestiers (RSSTAF) et le Règlement sur les normes minimales de premiers secours et de premiers soins (RNMPSPS) édictent l’obligation pour un employeur de rendre accessible un véhicule de premiers secours tout comme d’assurer la présence d’infirmiers en forêt.
Près de 100 000 hectares de forêts privées ont été reboisées à la fin des années 1980 et ces plantations sont maintenant prêtes pour une éclaircie commerciale. Le potentiel est si grand que le RESAM a organisé une sortie terrain et des démonstrations d’équipements exclusivement dédiés à ce sujet en septembre dernier.
Près de 4000 arbres devront être abattus sur le mont Royal d'ici un an en raison de l'épidémie de l'agrile du frêne. Le nouveau responsable des parcs, Luc Ferrandez, espère que Montréal tirera les leçons de ce triste épisode et interviendra plus tôt à l'avenir pour protéger ses espaces verts.
Puisque le coût du carburant est un facteur important dans l'utilisation de l'équipement hors route, il est à l'avantage de tout propriétaire de machine de tirer le maximum de cette dépense nécessaire. Certaines habitudes de travail et facteurs opérationnels ont une influence sur la consommation de carburant. De récents essais menés par les chercheurs de FPInnovations ont permis d'explorer certaines pistes d'amélioration de l'intensité énergétique (litre de carburant consommé pour produire un mètre cube de bois) et de mesurer les économies.
Fruit d’une démarche entreprise il y a plusieurs années, l’Université Laval lançait en septembre dernier la nouvelle Chaire de leadership en enseignement (CLE) en foresterie autochtone, une démonstration convaincante que les réalités autochtones sont une composante incontournable du développement fo­restier durable au Québec.
Augmenter la récupération du bois d’œuvre de 30 %, réduire de 20 % le volume de sous-produits, réduire les coûts de conversion de 10 % et accroître les revenus, tel est l’objectif de SM².
SAINTE-MARIE-DE-BEAUCE — Redémarrer une scierie fermée après plusieurs années d’interruption des activités ? Ça prenait une famille au grand complet pour relever le défi, et les Lemay de Saint-Bernard ont pris le relais en relançant la scierie autrefois exploitée par Domtar à Sainte-Marie-de-Beauce.
C’est par des investissements records dans son histoire, quant aux plaques de reproduction pour la technique à embossage synchronisé deux côtés et aux efforts de marketing pour soutenir ses ventes, que Tafisa Canada lancera de nouveaux produits, cette année, fidèle à sa philosophie d’innovation en continu.
Enlever ses bottes, c'est la règle élémentaire à laquelle tous doivent se plier au moment de franchir le pas de la porte du nouveau camp des travailleurs d'Arbec, division du Groupe Rémabec, à Parent en Haute-Mauricie. Il faut garder les lieux propres. C'est la base même de l'esprit de communauté qui règne dans les nouvelles installations qui ont un an maintenant. Radio-Canada a eu accès aux lieux.
Lors de son passage à la Convention de Montréal sur le bois, Opérations forestières a eu l'occasion exclusive de se joindre à un groupe d'acheteurs étrangers pour une tournée dans deux scieries du Québec.
Les producteurs indépendants de copeaux rongent leur frein alors qu’ils sont victimes de la politique de réduction des prix par les papetières, avec en tête de liste Produits forestiers Résolu (PFR) qui a imposé une réduction de 30 $ la tonne au cours de la dernière année.
Il y a 12 ans, l’inspection visuelle par un humain était la seule manière de classer selon leur qualité les madriers fraîchement rabotés. À raison de 60 madriers par minute, le pauvre gars n’avait qu’une seconde pour prendre sa décision.
L'usine de sciage de Produits forestiers Résolu à Senneterre sera modernisée. L'entreprise annonce que 5 millions de dollars seront investis pour améliorer la productivité et la compétitivité des installations.
La demande en palettes de bois est appelée à croître au cours des prochaines années, selon le président de Fabrication PFL de Lévis, Frédéric Laliberté, qui double sa capacité de production pour être prêt à répondre à cette croissance.
Wood-Mizer introduit la scie LX450 – lançant ainsi, en Amérique du Nord, le premier modèle de la gamme de scies LX de Wood-Mizer.  L’ajout de la gamme de scies LX fait de Wood-Mizer la première et seule entreprise à offrir aux scieurs le choix entre une scie monorail ou double rail, pour accommoder les différentes applications de sciage et les préférences de chacun.
Les usines de Calhoun (Tennessee) et de Grenada (Mississippi) de Résolu ont été primées par la Tennessee Valley Authority (TVA) à l’occasion de la cérémonie de remise des tout premiers prix de réduction des émissions de carbone, tenue à Gatlinburg (Tennessee) les 16 et 17 novembre 2017.
C’est grâce à un classeur de bois automatisé, épargné par l’incendie survenu en juillet 2014, que la famille Lapointe a trouvé le courage et l’énergie de relancer la scierie Lapointe & Roy, à Courcelles, en Estrie.
Il y aura 10 ans en mai, le gouvernement du Québec lançait sa stratégie d'utilisation du bois dans la construction pour tenter de relancer l'industrie forestière en crise. Ce projet, piloté par l'ex-ministre des Ressources naturelles, Claude Béchard, prévoyait tripler la consommation de bois dans la construction, où le béton et l'acier dominent. Dix ans plus tard, les parts de marché du bois augmentent, mais certains acteurs de l'industrie croient que le Québec peut faire mieux.
L’industrie du bois pour la construction non résidentielle connait présentement une belle effervescence; c’est le cas de Goodfellow qui a contribué à la réalisation de projets très intéressants récemment.
Après Mirabel et Saint-Jérôme, les entreprises Guimond Construction et G2 Développement, en partenariat avec l’organisation Anges Québec, construiront une nouvelle tour à bureaux en bois d’ingénierie dans la région des Basses-Laurentides, cette fois à Saint-Eustache, sur un terrain situé à l’intersection des rues du Parc et Pépin, en bordure de l’autoroute 640.
Encourager l'utilisation à long terme du bois dans notre industrie de la construction nous aidera à atteindre nos objectifs de lutte contre les changements climatiques tout en stimulant la demande de produits du bois canadien et en créant de bons emplois dans la classe moyenne pour nos citoyens.
Investissement Québec annonce qu'elle a accordé un prêt de 1 M$ à l'entreprise Roland Boulanger & cie. L'entreprise fabrique et distribue des moulures, des composants de bois ainsi que d'autres produits tels que des plafonds à caissons suspendus, des planches pour patioet des revêtements extérieurs en bois. 
La jeune entreprise Art Massif de Saint-Jean-Port-Joli veut profiter de la demande croissante pour les structures de bois dans la construction de bâtiments pour se tailler une place sur le marché du nord-est des États-Unis.
En tant qu'important donneur d'ouvrage, le Gouvernement du Québec s'est doté d'une nouvelle version de la Charte du bois pour conserver son rôle de modèle en matière d'utilisation du bois dans la construction. C'est le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, M. Luc Blanchette, qui a distribué la nouvelle version hier soir à l'occasion du congrès du Conseil de l'industrie forestière du Québec.
Après un siècle de désamour, il fait un retour en force dans les applications de pointe, de la construction à l'électronique. Les qualités incomparables du bois pourraient en faire le matériau star du XXIe siècle.
La construction de la tour de condos Origine, dans l'écoquartier de la Pointe-aux-Lièvres, à Québec, prend plus de temps que prévu. L'immeuble de 13 étages, dont la structure est fabriquée entièrement en bois massif, est hors norme; le promoteur doit donc faire approuver ses procédés par la Régie du bâtiment du Québec (RBQ) à chaque étape du projet.
Même dans leurs rêves les plus fous, les bûcherons qui ont défriché la forêt québécoise n’auraient pu imaginer que ces arbres qu’ils abattaient à la sueur de leur front recelaient bien d’autres pouvoirs que ceux d’être transformés en « deux par quatre » ou métamorphosés en pâte à papier.
Preverco appuie sur le champignon. L'entreprise s'est dotée d'une enveloppe budgétaire d'environ 10 millions $ pour entre autres agrandir ses installations de Saint-Augustin-de-Desmaures, situées dans le parc industriel François-Leclerc.
L’entreprise américaine Freres Lumber a développé, en partenariat avec l’Université de l’État de l’Orégon, un panneau en bois massif constitué de placages de contreplaqué.
L'industrie de la bioénergie, en pleine croissance, utilise de plus en plus de biomasse forestière. La logistique des approvisionnements et du stockage se complexifie et il faut des solutions innovantes pour améliorer la qualité de la matière première. La variété de la biomasse disponible est assez considérable, car les différentes matières proviennent de différentes sources (de la souche, du bord de route, de l'aire de transbordement, de l'usine) et se présentent en différents formats (copeaux de bois, écorces, particules fines, cimes, branches, billes de qualité inférieure). La qualité de la biomasse est essentielle pour bien des procédés de production de bioénergie; c'est pourquoi de saines pratiques sont nécessaires pour garantir un accès à de la biomasse de qualité en tout temps.
Suite au dévoilement du budget 2018-2019 du ministre des Finances du Québec, les membres de Vision Biomasse Québec se réjouissent de l'attribution d'une somme additionnelle de 45 millions de dollars au Programme de biomasse forestière résiduelle.
Parmi toutes les armes disponibles pour lutter contre les changements climatiques, c’est la foresterie qui génère les plus grands bénéfices en matière d’atténuation, selon Évelyne Thiffault, pionnière dans le domaine de la recherche sur la biomasse. Ce qui ferait des travailleurs du secteur forestier des super héros des temps modernes.
Fortress Global, qui vient de signer un contrat d’achat d’actions de 2,5 millions de dollars afin de faire l’aquisition avant la fin mai de l’entreprise britanno-colombienne S2G Biochemicals, projette de se lancer dans la production de xylitol, un sucre alimentaire créé à partir de copeaux de bois.
L'exploitation d'entreprises forestières génère de grandes quantités de résidus, composés principalement de l'écorce inutilisée des arbres. La plupart du temps, cette biomasse résiduelle est brûlée par l'industrie pour la production d'énergie. Mais pourrait-on trouver d'autres débouchés pour ces écorces? C'est à cette question que s'intéresse la biochimiste Isabel Desgagné-Penix, professeure à l'UQTR. En compagnie d'une équipe d'étudiants et de collaborateurs, la chercheuse travaille à extraire de ces résidus d'écorce des molécules intéressantes pour la fabrication de bioproduits sanitaires ou pharmaceutiques.
Des chercheurs de l’Inra ont découvert une nouvelle enzyme issue d’un champignon qui permet d’envisager la dégradation efficace et moins coûteuse du xylane, composant des fibres du bois, ouvrant de nouvelles perspectives pour la bioraffinerie.
Steeper Energy, une société dano-canadienne spécialisée dans les combustibles propres, a conclu un partenariat avec Silva Green Fuel, une coentreprise norvégo-suédoise, pour la construction d’une centrale de démonstration à échelle industrielle pour un montant de 50,6 millions EUR (377 millions DKK) dans une ancienne usine de pâte à papier située à Tofte, en Norvège, dans l’optique d’un future projet à échelle commerciale.
Mais est-ce que ce nouveau débouché peut créer une réelle valeur ajoutée pour les produits forestiers ?
Au Québec, la superficie récoltée en fruits et légumes de serre a augmenté de 43 % entre 2011 et 2015. Afin de maintenir de hauts rendements, des apports élevés d’engrais minéraux et d’eau sont toutefois nécessaires, ce qui engendre des coûts élevés d’intrants d’engrais chimiques et occasionne de graves problèmes environnementaux.
Bioénergie La Tuque (BELT) a mis la main sur une aide financière de Québec de 75 000 $ pour la réalisation d’une étude visant à déterminer les solutions technologiques et d’affaires en vue de l’implantation d’une bioraffinerie en Haute-Mauricie. Les dirigeants de BELT ont également annoncé que le siège social est désormais situé à Wemotaci et que la communauté atikamekw pourrait bien servir de site de préparation pour la biomasse.
On en connaît de plus en plus sur les micro-organismes qui peuplent nos intestins. On en sait toutefois peu sur ceux qui colonisent les plantes. Ils sont pourtant aussi importants. 
Un jeune architecte français a conçu ce bois bionique révolutionnaire.

Centre d'abonnement

 
Nouvel abonnement
 
Vous êtes déjà abonné?
 
Service à la clientèle
 
Voir Digital Magazine Renouvellement

Les plus populaires