Un forestier qui n’a pas peur  d’investir

Un forestier qui n’a pas peur d’investir

Depuis 11 ans, Forestiers JC Lefebvre, qui a commencé par récolter du bois pour Domtar

Des arbres matures en 15 ans au Québec !

Des arbres matures en 15 ans au Québec !

C’est le tour de force réalisé par Domtar avec son programme de production de peupliers hybrides lancé en 1997

La recette du succès pour broyer la  biomasse en forêt

La recette du succès pour broyer la biomasse en forêt

Parti de rien, Broyage RM a développé une expertise unique qui lui permet de broyer 225 000 tonnes de biomasse

La relance grâce au classeur épargné par le feu

La relance grâce au classeur épargné par le feu

C’est grâce à un classeur de bois automatisé, épargné par l’incendie survenu en juillet 2014

Depuis 11 ans, Forestiers JC Lefebvre, qui a commencé par récolter du bois pour Domtar, a diversifié ses activités dans l’épandage de boues papetières et dans construction de chemins, en misant sur des machines neuves et performantes.
Ceux qui espéraient que le froid décime les populations du dendroctones du pin seront déçus. Les récentes températures glaciales n'auront probablement pas eu l'effet désiré sur ces insectes qui continuent de ravager les forêts de la Colombie-Britannique et de l'Alberta.
C’est le tour de force réalisé par Domtar avec son programme de production de peupliers hybrides lancé en 1997 pour augmenter le rendement forestier. En multipliant par sept le rendement de la forêt naturelle, le géant papetier est ainsi capable d’augmenter ses efforts de conservation tout en maintenant son approvisionnement.
Le Forestier en chef du Québec, Louis Pelletier, a déposé au ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Luc Blanchette, un cadre stratégique qui permettra d’augmenter la possibilité forestière de 50 % d’ici 2063 pour atteindre 50 millions de mètres cubes, et ce, tout en respectant les trois grands piliers de la Loi sur les Forêts que sont l’environnement, les aspects sociaux et l’économie.
Il y a un peu plus de 25 ans, je joignais l’équipe de forestiers de Domtar en Abitibi. Mes premières tâches? Réaliser un contrat de reboisement de plus de 6 millions d’arbres, une contribution à l’objectif de René Lévesque de planter 300 millions d’arbres par année au Québec. Mon travail principal cependant était d’implanter un système de cartographie numérique. Et oui, à l’époque, les cartes étaient encore colorées manuellement. En travaillant et en étudiant en Ontario et au Nouveau-Brunswick, j’avais remarqué que ces provinces avaient une avance de près de 10 ans sur l’implantation de cette technologie qui jumelait la cartographie aux bases de données. Un nouveau mot était inventé, la géomatique.  
Le Forestier en chef du Québec, M. Louis Pelletier, rend public aujourd'hui son avis intitulé Prévisibilité, stabilité et augmentation des possibilités forestières. Cet avis a été produit à la demande du ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs dans le cadre des mesures inscrites dans le plan de travail du Forum Innovation Bois tenu en octobre 2016.
Nature Québec salue la création prochaine d’une première grande aire protégée pour le caribou forestier dans le secteur de Manouane, des Montagnes Blanches et de Manicouagan annoncée aujourd’hui par la ministre de l’Environnement, du Développement durable, et de la Lutte contre les changements climatiques Mme Isabelle Melançon, à Baie-Comeau.
Le gouvernement du Québec va préserver plus de 10 000 km2 de forêt au nord du 49e parallèle pour tenter de protéger le caribou forestier, une espèce en voie de disparition, a-t-il indiqué mardi.
De la turbine jusqu’à la maison, l’électricité parcoure des milliers de kilomètres sur des fils qui sillonnent notre paysage. Nous savons tous que ces lignes électriques représentent un danger, mais connaissez-vous bien les mesures de sécurité à prendre lorsque vous devez réaliser des travaux à leur proximité ? Regardons de plus près ce sujet en regard des travaux d’abattage manuel et mécanisé.
Les zones à forts potentiels pour l’exploitation forestière se retrouvent souvent au cœur de celles revendiquées par des communautés autochtones. Alors que certaines entreprises avaient réussi à développer une relation de confiance avec des communautés autochtones, le nouveau régime forestier a bousculé les pratiques qui avaient été mises en place pour améliorer ces relations. Quatre ans plus tard, entreprises, communautés et chercheurs sont toujours en adaptation de cette nouvelle formule.
L’industrie forestière joue un rôle primordial dans l’économie du Québec. Plusieurs entreprises y participent et génèrent beaucoup d’emplois. Bon nombre des PME du milieu forestier prennent leurs décisions selon leur expérience, sans toujours s’appuyer sur des données objectives précises. Pour améliorer la performance d’une entreprise, il s’avère essentiel de mesurer les facteurs qui influencent les principaux enjeux.
Les entrepreneurs forestiers de la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean, dans le centre du Québec, ont beaucoup de difficultés : des conditions météorologiques extrêmes, des sites isolés, la baisse des prix du bois et des exigences...
La demande en palettes de bois est appelée à croître au cours des prochaines années, selon le président de Fabrication PFL de Lévis, Frédéric Laliberté, qui double sa capacité de production pour être prêt à répondre à cette croissance.
Wood-Mizer introduit la scie LX450 – lançant ainsi, en Amérique du Nord, le premier modèle de la gamme de scies LX de Wood-Mizer.  L’ajout de la gamme de scies LX fait de Wood-Mizer la première et seule entreprise à offrir aux scieurs le choix entre une scie monorail ou double rail, pour accommoder les différentes applications de sciage et les préférences de chacun.
Les usines de Calhoun (Tennessee) et de Grenada (Mississippi) de Résolu ont été primées par la Tennessee Valley Authority (TVA) à l’occasion de la cérémonie de remise des tout premiers prix de réduction des émissions de carbone, tenue à Gatlinburg (Tennessee) les 16 et 17 novembre 2017.
C’est grâce à un classeur de bois automatisé, épargné par l’incendie survenu en juillet 2014, que la famille Lapointe a trouvé le courage et l’énergie de relancer la scierie Lapointe & Roy, à Courcelles, en Estrie.
Même si les industriels du bois d'œuvre s'en tirent plutôt bien malgré le conflit avec les États-Unis, les scieries québécoises ont un lourd problème sur les bras. Les sous-produits du bois issus du sciage s'accumulent dans les cours des usines et ne trouvent pas de débouchés, ce qui fragilise les entreprises.
Le Gouvernement du Québec attribue une aide financière de 10 M$ à la Compagnie WestRock du Canada Inc. pour son usine de La Tuque pour deux projets en efficacité énergétique. Ces projets permettront une importante réduction d'émissions de gaz à effet de serre, soit 26 076 tonnes d'équivalent CO2 annuellement, ce qui équivaut à retirer quelque 7 670 véhicules légers des routes chaque année. Le tout permettra également à l'entreprise de réaliser des économies dans son budget d'exploitation de l'usine.
En dépit des nombreuses ambiguïtés entourant l'industrie du bois d'oeuvre, le Groupe Lebel va embaucher une quinzaine de nouveaux employés dans ses usines du Témiscouata. Selon le président de l'entreprise, Frédéric Lebel, la conjoncture actuelle permet d'appuyer sur l'accélérateur de la production.
En avril dernier, une centaine d’entrepreneurs, de gestionnaires et d’industriels forestiers se sont rassemblés à Québec pour participer à un atelier de travail sur l’avenir de l’entrepreneuriat forestier organisé par FORAC et FPInnovations. Un des objectifs principaux était de sensibiliser les participants au potentiel des nouvelles technologies en forêt. Opérations forestières vous présente quelques pistes de solutions.
« Quand ça c’est mis à mal allé avec l’ancien propriétaire de l’usine, on ne pouvait pas se faire à l’idée qu’il n’y ait pas de moulin à Saint-Michel », lance d’emblée Jean-François Champoux, propriétaire de Forestiers Champoux, un des créanciers de la faillite d’Entreprise TAG, en 2014. « On devait agir rapidement, parce que plusieurs usines de la région voulaient mettre la main sur l’approvisionnement », ajoute ce dernier.
FPInnovations a récemment conclu une entente de commercialisation avec l’entreprise Autolog pour la fabrication d’un système automatisé en temps réel d’identification et de séparation des essences selon une technologie existante fondée sur la spectrométrie au proche infrarouge (PIR). Selon les premiers résultats obtenus, la technologie obtiendrait un taux d’efficacité dépassant les 95 %.
L'usine de Produits forestiers Resolu à Senneterre vient d'obtenir 100 % de sa garantie d'approvisionnement. Le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Luc Blanchette, a transféré les volumes de bois rendus disponibles avec l'achat de l'ancienne usine de Tembec. En septembre 2016, Resolu avait fait l'acquisition de cette usine.
L’industrie du bois pour la construction non résidentielle connait présentement une belle effervescence; c’est le cas de Goodfellow qui a contribué à la réalisation de projets très intéressants récemment.
Après Mirabel et Saint-Jérôme, les entreprises Guimond Construction et G2 Développement, en partenariat avec l’organisation Anges Québec, construiront une nouvelle tour à bureaux en bois d’ingénierie dans la région des Basses-Laurentides, cette fois à Saint-Eustache, sur un terrain situé à l’intersection des rues du Parc et Pépin, en bordure de l’autoroute 640.
Encourager l'utilisation à long terme du bois dans notre industrie de la construction nous aidera à atteindre nos objectifs de lutte contre les changements climatiques tout en stimulant la demande de produits du bois canadien et en créant de bons emplois dans la classe moyenne pour nos citoyens.
Investissement Québec annonce qu'elle a accordé un prêt de 1 M$ à l'entreprise Roland Boulanger & cie. L'entreprise fabrique et distribue des moulures, des composants de bois ainsi que d'autres produits tels que des plafonds à caissons suspendus, des planches pour patioet des revêtements extérieurs en bois. 
La jeune entreprise Art Massif de Saint-Jean-Port-Joli veut profiter de la demande croissante pour les structures de bois dans la construction de bâtiments pour se tailler une place sur le marché du nord-est des États-Unis.
En tant qu'important donneur d'ouvrage, le Gouvernement du Québec s'est doté d'une nouvelle version de la Charte du bois pour conserver son rôle de modèle en matière d'utilisation du bois dans la construction. C'est le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, M. Luc Blanchette, qui a distribué la nouvelle version hier soir à l'occasion du congrès du Conseil de l'industrie forestière du Québec.
Après un siècle de désamour, il fait un retour en force dans les applications de pointe, de la construction à l'électronique. Les qualités incomparables du bois pourraient en faire le matériau star du XXIe siècle.
La construction de la tour de condos Origine, dans l'écoquartier de la Pointe-aux-Lièvres, à Québec, prend plus de temps que prévu. L'immeuble de 13 étages, dont la structure est fabriquée entièrement en bois massif, est hors norme; le promoteur doit donc faire approuver ses procédés par la Régie du bâtiment du Québec (RBQ) à chaque étape du projet.
Même dans leurs rêves les plus fous, les bûcherons qui ont défriché la forêt québécoise n’auraient pu imaginer que ces arbres qu’ils abattaient à la sueur de leur front recelaient bien d’autres pouvoirs que ceux d’être transformés en « deux par quatre » ou métamorphosés en pâte à papier.
Preverco appuie sur le champignon. L'entreprise s'est dotée d'une enveloppe budgétaire d'environ 10 millions $ pour entre autres agrandir ses installations de Saint-Augustin-de-Desmaures, situées dans le parc industriel François-Leclerc.
L’entreprise américaine Freres Lumber a développé, en partenariat avec l’Université de l’État de l’Orégon, un panneau en bois massif constitué de placages de contreplaqué.
Se projetant dans le futur, Stéphan Langevin, architecte chez STGM et président du chantier sur la construction en bois dans la cadre du Forum Innovations Bois, tenu en octobre dernier à Rivière-du-Loup, voit grand pour cette industrie prometteuse.
Mashteuiatsh accueillera le centre de recherche sur le biochar le plus sophistiqué de la province. Québec a réitéré son appui à ce projet, lundi, en octroyant une subvention supplémentaire de 1,3 million $ pour la construction de l’immeuble dans le parc industriel de la réserve amérindienne.
Fondaction, par l'entremise du Fonds Biomasse Énergie, lance un partenariat porteur d'avenir pour le développement de la filière de la biomasse au Québec avec ESYS Énergie Système.
Le Gouvernement du Québec accorde une aide financière de 2 368 313 $ à l'entreprise Xylo-Carbone inc. Cette aide, versée dans le cadre du Programme Innovation Bois et du Programme d'aide à la transformation des bois de qualité inférieure, a été annoncée aujourd'hui par la ministre du Tourisme, ministre responsable de la Mauricie et députée de Laviolette, Julie Boulet, au nom du ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Luc Blanchette.
Parmi toutes les armes disponibles pour lutter contre les changements climatiques, c’est la foresterie qui génère les plus grands bénéfices en matière d’atténuation, selon Évelyne Thiffault, pionnière dans le domaine de la recherche sur la biomasse. Ce qui ferait des travailleurs du secteur forestier des super héros des temps modernes.
L'industrie forestière canadienne fait face à deux importants défis : la perte de connaissances et expertises liée à une importante vague de départs à la retraite et le besoin de nouvelles connaissances et expertises créé par la transformation de l'industrie forestière. Pour aider l'industrie à relever ces défis, FPInnovations a mis sur pied différents programmes de formation ciblant les nouveaux employés ainsi que ceux qui ont besoin d'une mise à jour de leurs compétences.
Pour des raisons essentiellement financières, la Ville de Matane n'ira pas de l'avant avec le projet de biométhanisation en collaboration avec l'usine Rayonier. Le maire Jérôme Landry en a fait l'annonce lundi soir lors du conseil municipal.
Parti de rien, Broyage RM a développé une expertise unique qui lui permet de broyer 225 000 tonnes de biomasse par année pour de gros clients comme Domtar, Acadian Timber et Irving.
Les gouvernements du Québec et du Canada bonifient le Plan d'action 2013-2020 sur les changements climatiques du gouvernement du Québec. Celui-ci bénéficiera d'un investissement de 261,2 M$ sur cinq ans en provenance du Fonds du leadership pour une économie à faibles émissions de carbone du gouvernement du Canada. Dans ce contexte, le programme de biomasse forestière résiduelle sera enrichi, ce que réclamait l'UMQ lors des récentes consultations de Transition énergétique Québec.
Le développement du chauffage à la biomasse peut compter sur un appui de taille : un fonds de 20 M$ créé à parts égales par Fondaction, un fonds de travailleurs, et Investissement Québec. Déjà, sept projets ont été financés.
L’industrie forestière semble, de plus en plus, reposer sur la diversification de la filière bois.
La quatrième édition du congrès international Woodchem a ouvert un dialogue prometteur entre forestiers et chimistes. Industriels et PME découvrent un nouvel usage de la ressource forestière.
En 2013, FPInnovations lançait un projet de trois ans sur les filaments de cellulose (FC) avec Kruger Biomaterials Inc., entreprise nouvellement créée, afin de développer de nouveaux matériaux à partir de fibre ligneuse et de les utiliser dans différentes applications traditionnelles et non traditionnelles. Trois ans plus tard, il est temps de faire le point. . . et les résultats sont renversants!

Centre d'abonnement

 
Nouvel abonnement
 
Vous êtes déjà abonné?
 
Service à la clientèle
 
Voir Digital Magazine Renouvellement

Les plus populaires