Revue des têtes d’abattage

Revue des têtes d’abattage

Opérations forestières vous présente une revue des plus récentes têtes d’abattage sur le marché

Tirer le  meilleur  du sapin

Tirer le meilleur du sapin

Notre ligne de sciage, qui datait de 1995

Les étoiles de la relève forestière 2019

Les étoiles de la relève forestière 2019

Pour la première fois depuis que nous avons instauré le palmarès des étoiles de la relève forestière du Québec

Entrepreneur  connecté

Entrepreneur connecté

Pour les Forestiers JMG, une entreprise de récolte forestière qui travaille pour Produits forestiers Résolu

Lorsque la grève des carrés rouges a frappé, Véronique Delisle s’est remise en question et elle a décidé de réorienter sa carrière. Native de Repentigny, elle décide alors de se rapprocher de la nature. En tapant le mot «forêt» sur le moteur de recherche du gouvernement québécois, elle découvre le métier de technicienne forestière et elle décide de s’inscrire au programme de technologie forestière québécois au Cégep de Sainte-Foy. 
La coupe de ruban protocolaire s’est tenue devant plus de 200 invités, dont le vice-président de Volvo Trucks Canada Paul Kudla.
Les opérateurs de machinerie ont une influence majeure sur l’efficacité du carburant et la productivité. La différence de productivité entre les meilleurs et les pires opérateurs peut atteindre 30 %, et l’entretien adéquat d’une machine peut générer des économies considérables de carburant. Pour aider ses membres à accroître leur productivité, FPInnovations offre l’atelier Opérateurs avertis de machinerie forestière partout au Canada. D’une durée de trois heures, l’atelier peut être donné à l’usine d’un membre sur demande.Pour ceux qui ne peuvent y assister ou préfèrent assimiler l’information à leur rythme, FPInnovations a lancé une série de vidéos qui montrent aux participants comment choisir la bonne machine pour le travail à faire, quand remplacer une machine usée et comment réduire l’intensité énergétique des opérations (consommation de carburant par unité de production).Maintenant disponible en français et en anglais, la série compte cinq vidéos d’une durée d’environ 12 minutes, une façon pratique de rafraîchir vos connaissances sur le fonctionnement des machines. Cette série présente le concept de suivi de la consommation de carburant et les facteurs qui influencent l’intensité énergétique. Elle est destinée aux opérateurs de machinerie, entrepreneurs forestiers et superviseurs d’opérations de récolte et de cours d’usine qui souhaitent améliorer leur efficacité énergétique, mais n’ont pas le temps d’assister à un atelier d’une demi-journée.
Dans la cour de Dumas Canada, à Saint-Côme-Linière, en Beauce, des dizaines de machines sont au garde-à-vous. Trois ébrancheuses, autant de débusqueuses, deux abatteuses, quelques pelles hydrauliques et même des bulldozers : toutes étaient immobilisées depuis bientôt un mois lors du passage d’Opérations forestières, en mai dernier. Normal : la fonte de la neige les a chassées des 60 000 hectares de forêts mixtes et d’érablières où l’entreprise familiale opère environ dix mois par année pour le compte de la papetière québécoise Domtar. En tout, 160 000 m3 sont récoltés annuellement, dont le deux tiers en chemins gravelés.
Opérations forestières vous présente une revue des plus récentes têtes d’abattage sur le marché, que ce soit pour le bois court ou pour le bois en longueur.
Surveiller l’immense forêt boréale canadienne pour y détecter les incendies est un défi de taille. Au cours des prochaines années, ce défi sera encore plus grand, puisque le réchauffement climatique prolongera les périodes de temps chaud et sec et, avec elles, la saison des feux de forêt.
C’est en suivant sa passion personnelle de la forêt que Vincent Duchesne est devenu entrepreneur forestier. En complétant son diplôme d’études professionnelles, en Abattage et façonnage des bois du CFP Dolbeau-Mistassini, il devient opérateur d’abatteuse en 2002. 
Si aucun aménagement n’était fait, la possibilité forestière du Québec serait amputée de 759 800 mètres cubes, dont 184 000 m3 au Saguenay–Lac-Saint-Jean, pour protéger l’habitat du caribou forestier. Pour éviter les pertes de possibilité forestière, Québec a mis sur pied les Groupes opérationnels régionaux (GOR) pour trouver des mesures d’atténuation afin de maintenir le niveau de récolte actuel. Pour les industriels, il reste à voir si les mètres cubes à trouver pourront être récoltés de manière rentable.
Au 17e siècle, nombreux étaient les scientifiques et les fins observateurs, alliant crédibilité perceptuelle et rhétorique, qui discréditaient les tenants de l’idée que la Terre était ronde. À leur décharge, ces partisans d’une vérité confortable, qui avait toujours prévalu, suivaient le courant et s’appuyaient sur des références bien ancrées.
Ottawa versera 10,3 millions $ sur quatre ans au Québec pour financer diverses études menant à la mise en place de la stratégie québécoise de rétablissement du caribou forestier. Aucune restriction de coupe supplémentaire n’est imposée dans le cadre de cette entente pluriannuelle et Québec demeure le maître d’œuvre de la stratégie qui sera flexible au fil du temps.
Plus de 43 millions de plants d’arbres seront mis en terre avant l’hiver au Saguenay–Lac-Saint-Jean pour reboiser 40 % des superficies récoltées. Pour la balance, le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec (MFFPQ) s’assure que la forêt se régénère naturellement. Et la grande aventure des petits semis qui peupleront la forêt boréale commence dans les pépinières, notamment à Normandin.
Alors que les plantations de bouleaux sont à peu près inexistantes au Québec, un producteur forestier et chercheur à l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT) fait pousser, depuis 10 ans, 10 000 bouleaux à papier sur cinq  anciennes terres agricoles. Par son projet de recherche, Philippe Duval compte faire valoir le potentiel commercial et environnemental de cette essence.
À peine âgé de 27 ans, Marc-André Paquet est déjà le directeur de la recherche et du développement chez VAB Solution. Mais ce n’est pas tout, car il a aussi son nom d’inscrit sur le brevet du système de système de suivi de planche (Board Tracker),  avec Marc Voyer,  mis en marché par l’entreprise. Une fierté pour le jeune ingénieur. 
Depuis 2014, Foroogh Abasian a complété un doctorat de génie industriel de l’Université Laval, prenant la responsabilité de gestion d’un vaste projet industriel impliquant le gouvernement, des scieries, une grande papetière ainsi que FPInnovations dans le cadre du développement de systèmes d’aide à la décision pour la transformation de l’industrie canadienne via la chaine d’approvisionnement de la biomasse forestière. 
« Notre ligne de sciage, qui datait de 1995, commençait à être désuète, lance d’emblée Yannick Caron, le directeur de l’usine Price, qui appartient au Groupe Lebel depuis 2008. On voulait améliorer l’optimisation et le contrôle. Pour y arriver, on a changé des équipements et on en a modifié d’autres, dont la motorisation, de l’hydraulique vers l’électrique, et on va ajouté des optimiseurs Autolog de nouvelle génération. »
Carbotech présente son tout nouvel équipement, Le STREAM, un efficace et robuste démêleur à billots. Afin de contribuer à l’avancement de l’industrie, l’entreprise est constamment en mode R&D. Avec LE STREAM, Carbotech élargit son offre de service dans l’industrie du bois en contribuant à l’entrée de billots.
Inotech, un manufacturier spécialisé dans la fabrication d’équipement pour les scieries situées à Normandin, investit 2 millions de dollars. Le plus grand investissement de son histoire vise à améliorer sa productivité. Ces sommes permettront également à l’entreprise de percer de nouveaux marchés en Scandinavie et en Amérique du Sud.
Alors que son premier investissement est complété – l’acquisition d’une nouvelle ligne de débitage primaire de conception hybride USNR – le plus récent projet est l’installation d’une seconde unité de débitage. Une nouvelle scie à ruban jumelle et une sortie à trois zones redéfinissent le flux et la flexibilité de son processus. La réduction de la main-d’œuvre et l’amélioration apportée à la sécurité s’avèrent des bénéfices supplémentaires.
Damabois se lance dans la fabrication de palettes en bois moulé à partir des résidus du sciage. Pour ce faire, l’entreprise de Saint-Damase dans la Matapédia importera une technologie européenne. 
Un accident de travail a fait une victime lundi matin, vers 6h40, à la scierie de Produits forestiers Temrex à Nouvelle, en Gaspésie, quand un travailleur dans la vingtaine a été frappé par une pièce de machinerie.
Lors du Timber Porcessing and Energy Expo à Portland en 2018, le kiosque du Groupe BID a été très occupé avec le lancement de l’écorceur à ouverture variable de Comact (Variable Tool Opening – VTO). L’écorceur VTO est le premier sur le marché à offrir un réducteur de souche variable qui ne requiert pas d’outils de coupe compliqués. La machine utilise quatre rouleaux interchangeables ayant la forme d’un sablier. Les billes sont scannées pour reconnaître les anomalies et les têtes sont positionnées pour éliminer la fibre problématique. Le design utilise les couteaux simples, aussi utilisés sur les abatteuses groupeuses comme outil de coupe, et les dents de coupe peuvent être remplacés par des couteaux dans des applications autonomes pour une meilleure qualité des copeaux. Le positionnement des outils est basé sur la pression des outils désirée par l’entremise d’un seul servo moteur et le système relâche la pression au moment où la bille quitte les outils afin d’éviter les chocs. L’écorceur peut fonctionner à des vitesses de plus de 600 pieds par minute, pour un diamètre allant jusqu’à 31 pouces. Pour plus d'informations, vous pouvez visionner le vidéo (en anglais seulement). 
Optimiser le processus d’écorçage de toutes les billes de bois entrant à la scierie est un défi complexe, mais surmontable grâce aux meilleures technologies et à un bon accompagnement. Le Système intelligent d’optimisation de l’écorçage développé par le Centre de recherche industrielle du Québec (CRIQ) permet de qualifier les billes avant et après l’écorçage et utilise les données receuillies pour optimiser les opérations. 
Au-delà de la vente de ses produits, l’entreprise se plaît à dire qu’elle « ne fait pas comme le reste de l’industrie », tant par sa relation avec ses employés, que par ses projets d’innovation.
La forestière Boisaco modernise ses installations de Sacré-Cœur. La direction a dévoilé jeudi le résultat d'investissement de 20 millions de dollars.
Vanté comme le matériau de construction de choix pour les villes durables de l’avenir, le bois est reconnu pour jouer un rôle clé dans le développement durable et la réduction des effets des changements climatiques. Mail il y a plus.
La forêt expérimentale de Petawawa (FEP), fondée en 1918, est le plus vieux centre de recherche forestière au pays. Gérée par le Centre canadien sur la fibre de bois du Service canadien des Forêts, Ressources naturelles Canada, elle influence la politique forestière, l’industrie, les pratiques sylvicoles et les pratiques de gestion de la forêt privée à l’échelle du Canada. Au cours des derniers mois, la défaillance d’un système de ponceau a perturbé le déplacement des camions grumiers, véhicules et équipes de recherche, en plus d’avoir des conséquences négatives sur l’écoulement d’eau et l’habitat. FPInnovations a collaboré avec différents partenaires et parties prenantes pour aider à la conception d’un pont moderne à voie unique en bois d’ingénierie, nommé Pont centenaire.
Stella-Jones  a toujours été appréciée pour sa croissance interne, la stabilité de son industrie, ses achats judicieux et une répartition hors pair du capital.
Il y a six ans, l'architecte Michael Green a pris la parole lors d'une conférence TED et a appelé à une ère mondiale de gratte-ciels à ossature de bois.
L’utilisation du bois dans les constructions au Québec a pratiquement doublé depuis 10 ans. Le gouvernement donne l’exemple et les connaissances ont évolué.
Les immeubles de hauteur moyenne à ossature de bois ont reçu un vote de confiance avec l'achat, passé inaperçu, de deux immeubles d'appartements locatifs du quartier Griffintown à Montréal par une des plus grandes caisses de retraite du pays.
Opérations forestières est fier de vous présenter les étoiles de la relève forestière. 
Il y aura 10 ans en mai, le gouvernement du Québec lançait sa stratégie d'utilisation du bois dans la construction pour tenter de relancer l'industrie forestière en crise. Ce projet, piloté par l'ex-ministre des Ressources naturelles, Claude Béchard, prévoyait tripler la consommation de bois dans la construction, où le béton et l'acier dominent. Dix ans plus tard, les parts de marché du bois augmentent, mais certains acteurs de l'industrie croient que le Québec peut faire mieux.
L’industrie du bois pour la construction non résidentielle connait présentement une belle effervescence; c’est le cas de Goodfellow qui a contribué à la réalisation de projets très intéressants récemment.
Après Mirabel et Saint-Jérôme, les entreprises Guimond Construction et G2 Développement, en partenariat avec l’organisation Anges Québec, construiront une nouvelle tour à bureaux en bois d’ingénierie dans la région des Basses-Laurentides, cette fois à Saint-Eustache, sur un terrain situé à l’intersection des rues du Parc et Pépin, en bordure de l’autoroute 640.
Encourager l'utilisation à long terme du bois dans notre industrie de la construction nous aidera à atteindre nos objectifs de lutte contre les changements climatiques tout en stimulant la demande de produits du bois canadien et en créant de bons emplois dans la classe moyenne pour nos citoyens.
Investissement Québec annonce qu'elle a accordé un prêt de 1 M$ à l'entreprise Roland Boulanger & cie. L'entreprise fabrique et distribue des moulures, des composants de bois ainsi que d'autres produits tels que des plafonds à caissons suspendus, des planches pour patioet des revêtements extérieurs en bois. 
BioDesign, un consortium d'entreprises, d'associations, d'établissements universitaires et de recherche de divers secteurs (incluant FPInnovations), est formé autour d'une mission collective des secteurs publics et privés pour que le Canada devienne un chef de file de la bioéconomie industrielle faible en carbone.
L’entreprise britanno-colombienne Advanced BioCarbon 3D (ABC3D) a mis au point un filament de bois biodégradable pour la technologie d’impression 3D.
C'est le 7 novembre prochain qu'aura lieu le 2e Colloque de la Chaire de recherche du Canada sur la valorisation, la caractérisation et la transformation du bois (CRC-VACAT). L'évènement, qui se déroulera à La Sarre sous le thème Les bioproduits pour un avenir durable, permettra à la Chaire de présenter les résultats de ses recherches à ses partenaires, aux industriels, aux intervenants du milieu ainsi qu'à d'autres chercheurs dans le domaine.
Il faut l’admettre, la commodité, c’est ce qui compte. Nous allons probablement recycler et composter davantage si nous bénéficions d’une collecte sélective sur le trottoir. Et si nous oublions nos sacs d’épicerie réutilisables à la maison, nous pouvons en acheter d’autres à la caisse en sortant. Toutefois, les denrées ou les aliments frais que nous nous procurons sont habituellement emballés ou gardés dans des contenants en plastique ou en mousse de polystyrène (PS). FPInnovations aimerait changer tout cela.
L’Association québécoise de la production d’énergie renouvelable (AQPER) affirme que le gouvernement Legault fixe des cibles «insuffisantes» pour la teneur minimale en biocarburants au Québec. Une situation qui mettrait même à risque le projet d’un milliard de dollars pour construire une bioraffinerie à La Tuque, en Mauricie.
Le cours annuel le plus fréquenté et le plus attendu de FPInnovations, portant sur les pâtes, papiers et bioproduits, se tiendra à Pointe-Claire (Québec) du 7 au 11 octobre 2019.
Le biochar, ça vous dit quelque chose ? Non, ce n'est pas une nouvelle automobile électrique ! Il s'agit plutôt d'un type de charbon végétal obtenu à partir de résidus forestiers ou agricoles, qui se veut une nouvelle voie de valorisation de la biomasse, ainsi que le véhicule de développement d'une nouvelle filière économique au Saguenay-Lac-Saint-Jean.
L’entreprise québécoise H2V Énergies caresse un projet d’usine de 1,3 milliard $ dans le Parc industriel et portuaire de Bécancour à partir de la biomasse forestière. L’établissement produira de l’hydrogène vert qui servira notamment à l’industrie du transport.
Les entreprises, les municipalités et les institutions du Saguenay–Lac-Saint-Jean désireuses d’économiser ou d’améliorer leur empreinte carbone pourront suivre une formation sur le chauffage à la biomasse forestière, le 19 septembre. Les formations sont organisées par Nature Québec et permettront aux participants de déterminer si la biomasse forestière constitue une avenue énergétique utile pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. 
Strasbourg accueillera en 2021 la première unité au monde de production d'hydrogène à partir de biomasse, nous l'avons appris mardi 27 août des porteurs du projet, le distributeur de gaz local R-GDS et la PME française Haffner Energy.
Extraite de plantes ou de papier, plus légère et résistante que l'acier, la nanocellulose constitue un matériau prometteur aux applications industrielles variées, même si les recherches se poursuivent pour préciser ses débouchés et améliorer sa rentabilité, selon des spécialistes du secteur.
«On marque l’histoire aujourd’hui. On a le droit d’être fier. On va transformer le monde à partir de Trois-Rivières.» Voilà ce qu’a déclaré mardi le ministre de l’Infrastructure et des Collectivités, François-Philippe Champagne, en annonçant une contribution fédérale de deux millions de dollars qui va permettre à la société Kruger Biomatériaux inc. d’exploiter la première usine d’envergure commerciale à fabriquer des filaments de cellulose sur la planète. 

Centre d'abonnement

 
Nouvel abonnement
 
Vous êtes déjà abonné?
 
Service à la clientèle
 
Voir Digital Magazine Renouvellement

Les plus populaires

Communication intelligente par satellite pour les gens et les actifs
Compte tenu de la concurrence qui prévaut dans le marché d’aujourd’hui hyper-connecté et alimenté pa...

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience sur notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Pour en savoir plus, lisez notre politique de confidentialité.