Plus fort avec les bons partenaires

Plus fort avec les bons partenaires

Avec 15 années d’expérience de construction de chemins forestiers en tant qu’opérateur de pelle

Bienvenue à la  scierie 4.0

Bienvenue à la scierie 4.0

En regardant son ordinateur, la responsable de la relation avec les clients Isabelle Moreau

Devoir d’autorité

Devoir d’autorité

L’un de vos travailleurs est victime d’un accident de travail alors qu’il effectue

Revue des grappins forestiers

Revue des grappins forestiers

Les plus récents modèles de grappins forestiers offerts sur le marché.

Conseillers Forestiers Roy fera l’acquisition dans les prochains jours d’un drone DJI type MG1 qui sera utilisé pour l’épandage sur les terres privées afin de combattre la tordeuse d’épinette.
Grâce aux colliers-caméras, les chercheurs ont accès à une téléréalité inédite sur la vie intime des caribous migrateurs.
Komatsu Forest lançait récemment la toute nouvelle version de son populaire transporteur géant 895.
Komatsu Forest annonce la venue au printemps 2017 de la 931XC, soit la version 8 roues de son populaire modèle 931.
L'industrie forestière néo-brunswickoise et les scientifiques accueillent favorablement les deux millions de dollars annoncés dans le budget du gouvernement provincial pour combattre la tordeuse des bourgeons de l'épinette. Ils croient cependant qu'il faudra beaucoup plus de ressources financières pour éviter une épidémie qui pourrait défolier des millions d'hectares en Atlantique.
John Deere offre maintenant en Amérique du Nord le contrôle intelligent de flèche IBC en option pour tous ses porteurs 1910E. Maintenant disponible sur le plus gros porteur de la gamme John Deere, la technologie IBC augmente considérablement la productivité et l’efficacité de la machine tout en optimisant l’efficacité énergétique et la durée utile de la flèche
Étudiant au doctorat en biologie à l'Université du Québec à Chicoutimi (UQAC), l'espagnol Miguel Montoro Girona a à coeur la forêt boréale, pour laquelle il a eu un énorme coup de coeur lorsqu'il est arrivé dans la région. Il souhaite donc trouver une façon durable de l'exploiter, grâce à son projet de recherche intitulé Régénération, croissance et réponses écologiques des pessières noires soumises à différents systèmes de coupes progressives.
Le nouveau débardeur Tigercat 632E est le débardeur à quatre roues le plus puissant et productif jamais construit. Plusieurs améliorations ont été intégrées au nouveau modèle, fixant de nouveaux standards de productivité.
Le 880D remplace le très réussi Tigercat 880 : un transporteur forestier robuste, qui peut être configuré pour de nombreux usages, dont le chargement, le transport ou le façonnage du bois.
Les plus récents modèles de grappins forestiers offerts sur le marché.
Après plus d'un an de sensibilisation auprès des autorités gouvernementales sur la dégradation de ses routes en raison du transport lourd, le maire d'Albertville, Martin Landry, se réjouit d'un dénouement prochain du litige.
Àl’occasion du dernier Forum de Davos, le premier ministre Trudeau invitait les chefs d’État à investir dans l’innovation et à faire du numérique le principal vecteur de croissance économique et d’équilibre social.
Un an après la relance de l'usine de Saint-Adelphe, Structure Robko, une filiale de l'entreprise Les Développements Robko de Québec, annonce la création de 15 nouveaux emplois dans la région. D'ici la fin de l'année, l'entreprise prévoit de regrouper au total 65 employés.
Un travailleur de 38 ans a perdu la vie de manière tragique hier matin dans une scierie de Sainte-Monique.
Avec les surplus de copeaux et d’écorce disponibles sur le marché, d’aucuns disent que le meilleur choix énergétique est certainement l’écorce pour alimenter un parc de séchoirs, considérant sa valeur brute relativement faible (environ 15 $/tonne verte). Mais quand on regarde le coût d’investissement d’un projet de chaudière à écorce, le personnel et la manutention pour opérer cet équipement, le meilleur choix énergétique initial se perd progressivement dans un nuage de vapeur d’incertitude.
Les scieurs indépendants de la région et de la Gaspésie risquent de voir hypothéquer l'une des meilleures années au chapitre du chiffre d'affaires par la crise structurelle des copeaux qui se dessine en ce moment. Les inventaires augmentent à vue d'oeil dans les cours des usines et les machines à papier ferment l'une après l'autre dans l'Est de l'Amérique du Nord.
En regardant son ordinateur, la responsable de la relation avec les clients Isabelle Moreau peut voir les données en temps réel sur la production de l’usine pour planifier la cédule de sciage et re rabotage. « Avec toutes les données disponibles, je peux facilement planifier les opérations pour répondre aux besoins des clients en moins de deux heures par semaine, dit-elle. C’est une révolution, car il y avait une personne à plein temps dédiée à cette tâche dans le passé ».
Le 31 mai 1972, la Canadian International Paper (CIP) de Montréal annonce la fermeture de l'usine Kipawa, son usine du Témiscamingue. Le pain et le beurre de près de 540 hommes deviennent soudainement incertains. Un groupe de citoyens et de directeurs se sont mobilisés dans le but de créer une nouvelle usine au Témiscamingue, que l'on connaît de nos jours sous le nom de Tembec.
Le porte-parole de la compagnie forestière Produits forestiers Résolu, Karl Blackburn, confirme qu’en plus de la scierie de St-Thomas qui fermera pour une période d’un mois à compter du 13 février, d’autres installations de la compagnie situées au Saguenay-Lac-Saint-Jean pourraient à court terme être en arrêt de production faute d’approvisionnement en bois.
Issu d’une famille forestière de Péribonka, dans le nord du Lac-Saint-Jean, Sylvain Goulet n’a jamais douté de son parcours. «Je baigne dans le bois depuis que je suis petit. Je n’ai jamais eu à prendre de décisions. C’est ça que je devais faire», dit-il.
Le ministre de la Forêt, de la Faune et des Parcs, Luc Blanchette, a sur son bureau les recommandations de la direction des approvisionnements forestiers pour l'octroi des volumes de feuillus disponibles sur les terres publiques du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Selon les informations obtenues par Le Quotidien, tout indique que le projet de relance de l'usine Norbord de Chambord aurait une bonne longueur d'avance.
Elkem Métal Canada reçoit une garantie d'approvisionnement de 27 500 m3 de bois et la Scierie Petit-Saguenay en reçoit 31 400 m3. Suite à l’attribution de ces garanties d’approvisionnement, 245 950 m3 sont toujours disponibles et pourront être attribués par le ministre pour des projets futurs au Saguenay-Lac-Saint-Jean.
Nom : Éric GravelÂge : 37 ansPoste : surintendant qualité de la production - Boisaco Formation : Technologie forestière au Cégep de Baie-Comeau
Dans la soirée du 25 janvier, une partie du toit de l'usine de rabotage de Maibec à Saint-Pamphile s'est effondrée. Ayant subi des blessures mineures, un employé a été transporté à l'hôpital afin de vérifier son état de santé. Le président, François Tardif, s'est dit soulagé de n'avoir à déplorer aucun blessé grave dans les circonstances.
Même dans leurs rêves les plus fous, les bûcherons qui ont défriché la forêt québécoise n’auraient pu imaginer que ces arbres qu’ils abattaient à la sueur de leur front recelaient bien d’autres pouvoirs que ceux d’être transformés en « deux par quatre » ou métamorphosés en pâte à papier.
Preverco appuie sur le champignon. L'entreprise s'est dotée d'une enveloppe budgétaire d'environ 10 millions $ pour entre autres agrandir ses installations de Saint-Augustin-de-Desmaures, situées dans le parc industriel François-Leclerc.
L’entreprise américaine Freres Lumber a développé, en partenariat avec l’Université de l’État de l’Orégon, un panneau en bois massif constitué de placages de contreplaqué.
Se projetant dans le futur, Stéphan Langevin, architecte chez STGM et président du chantier sur la construction en bois dans la cadre du Forum Innovations Bois, tenu en octobre dernier à Rivière-du-Loup, voit grand pour cette industrie prometteuse.
L'édifice en bois le plus haut au monde vient d'être construit à l'Université de la Colombie-Britannique (UBC).
Vous ne lirez rien là-dessus dans la section des sports de votre journal, mais un certain nombre de villes canadiennes participent à une importante course internationale qui touchera directement plus de 200 de nos collectivités.
Le bois utilisé dans les structures présenterait certaines caractéristiques susceptibles d'influencer positivement la perception des gens. Le titulaire de la Chaire industrielle de recherche sur la construction écoresponsable en bois de l'Université Laval en a fait la démonstration aujourd'hui à Val-d'Or. D'ailleurs, selon l'organisme Épinex, le marché de la construction en bois connait un nouveau souffle et de nombreux projets sont en chantier.
Pendant les 9 années ou Cynthia Dinel a été technicienne en architecture, elle a toujours travaillé sur des structures de bois. Mais il lui manquait quelque chose. « Avec le temps, j’ai appris beaucoup de chose sur les structures en bois et j’ai voulu devenir ingénieure, pour signer mes propres plans », dit-elle. À 30 ans, elle a fait un retour aux études à l’université Laval pour compléter une formation en génie du bois.
Le matériau écologique de l'heure, c'est assurément le bois. Chaque mois, on annonce de nouveaux projets au Québec, au Canada et à l'international, qui mettent à profit cette ressource naturelle pour ériger des immeubles de plus en plus hauts. La révolution du bois ne touche pas que les bâtiments commerciaux, comme les bureaux de Teraxion et de GSK à Québec, mais aussi la construction résidentielle multiétage, comme les projets d'«écocondos» Arbora, à Montréal, et Origine, à Québec.
Le président-directeur général du Conseil de l'industrie forestière du Québec (CIFQ), André Tremblay, et Gérald Beaulieu, directeur du Centre d'expertise sur la construction commerciale en bois (Cecobois), tous deux présents à la première pelletée de terre du projet Origine, dans l'écoquartier de la Pointe-aux-Lièvres, se réjouissent du début des travaux de ce qui deviendra la plus haute tour à condos en bois massif en Amérique du Nord.
En moins de deux ans en tant que vendeur de bois pour l’entreprise Goodfellow, Jordan Dery fracasse déjà des records, avec des ventes de près de 5 millions de dollars par an. Son secret : le diplôme d’études professionnel en classement des bois débités.
LSR GesDev et Sotramont lancent  le projet Arbora, un développement résidentiel et commercial situé dans Griffintown, au cœur même du Quartier de l'innovation. Ce projet comprend trois immeubles de huit étages pour un total de 434 unités de type condo, maisonnette urbaine et unité locative. Des espaces commerciaux variant entre 1 000 et 10 000 pieds carrés sont prévus au rez-de-chaussée pour une superficie total de 35 000 pieds carrés. Il s'agit, et de loin, du plus important projet d'habitation doté d'une structure en bois massif CLT au monde, avec une superficie totale de 597 560 pieds carrés. L'investissement global est évalué à 130 millions de dollars et l'occupation est prévue pour l'automne 2016 pour les unités locatives et l'automne 2017 pour les condos et maisonnettes urbaines.   
À l’heure où la demande pour le papier journal connaît une baisse continuelle, que la compétition mondiale de nouveaux producteurs de pâtes et papiers s’intensifie et que l'utilisation du papier recyclé s’accentue, les scieries du Canada font désormais face à une problématique de surplus de copeaux de bois. Afin de pallier ce surplus, deux projets de recherche de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT) se sont vu octroyer d’importantes subventions.
Utiliser des résidus forestiers pour alimenter le système de chauffage de l'église, de l'école, d'un CPE et de quelques édifices municipaux. C'est le projet novateur de la municipalité de Tingwick au Centre-du-Québec. 
Carl Paul, 38 ans, directeur de l’usine de Granules LG à Saint-Félicien Suzie Paul, 36 ans, directrice administrative pour le Groupe ADL (principal actionnaire de Granules LG) Formation : Baccalauréat en administration à l’Université du Québec à Chicoutimi Mélanie Paul : 40 ans, vice-présidente de Granules LG et du Groupe ADL Formation : Baccalauréat en service social de l’Université Laval, certificat en gestion à l’UQAC, formation en gestion à l’École d’entrepreneurship de Beauce
La scierie de demain devra trouver de nouveaux débouchés pour ses copeaux. Le secteur de la bioénergie pourrait être prometteur.
Neste, leader mondial dans le secteur des carburants renouvelables, et Bioénergie La Tuque (BELT) ont fait l'annonce publique d'une entente de partenariat de recherche et développement dont l'objectif principal est d'étudier la faisabilité de produire des carburants renouvelables à partir de résidus forestiers à La Tuque.
Dans l’industrie des pâtes et papiers et des biocarburants, caractériser les propriétés de la biomasse est essentiel pour optimiser les procédés, réduire les coûts de production et accroître la qualité des produits. Les méthodes actuelles de mesure sont des analyses de laboratoire qui prennent du temps et sont coûteuses. Ainsi, on prend rarement des mesures et lorsqu’on le fait, il faut près de 24 heures pour les réaliser, ce qui nuit à la mise en place de stratégies de contrôle. Pour régler ce problème, FPInnovations a mis au point un capteur de biomasse qui permet de déterminer directement en temps réel d’importantes propriétés de la biomasse, notamment sa teneur en humidité et sa température. 
Le groupe Bioraffinage de FPInnovations travaille intensivement depuis quelques années à améliorer le processus de récupération de la lignine à partir de la liqueur noire du procédé kraft ainsi qu'à optimiser son usage dans une vaste gamme d'applications. Ces efforts ont récemment porté fruit lorsqu'une usine de pâte kraft est devenue la première au Canada à extraire de la lignine de la liqueur noire avec le système breveté LignoForceMC de FPInnovations. Les membres du groupe ont aussi publié un article dans la prestigieuse revue Sustainable Chemistry and Engineering de l'American Chemical Society (ACS), dans un numéro consacré à la lignine, article qui décrit les nombreux avantages du système LignoForce par rapport aux autres procédés connus. Voici un résumé de l'article.
Un projet d'usine pilote de transformation de biomasse forestière en gaz naturel pourrait voir le jour à Saint-Félicien. Un investissement de plusieurs dizaines de millions de dollars.
L'économie de la ville de La Tuque est centrée sur l'industrie forestière depuis des décennies. Alors que les domaines du bois d'œuvre et des pâtes et papiers ne sont pas vraiment en expansion, la forêt demeure un atout majeur de cette ville à la superficie étonnante, et fait partie de son héritage. La ville de La Tuque s'est donc lancée dans un projet de développement économique qui permet d'utiliser la forêt tout en l'aidant à se régénérer: une usine de bioraffinerie qui transforme les déchets forestiers en carburant. Le maire de La Tuque, Normand Beaudoin, nous a accordé une entrevue à ce sujet. Il donnera une conférence en compagnie de Patrice Mangin de Bioénergie La Tuque lors du Sommet sur l'énergie du 24 janvier 2017, présenté par les Événements Les Affaires.
Au courant des trois dernières années, la Fédération québécoise des coopératives forestières (FQCF) en collaboration avec des chercheurs de FPInnovations, de l’Université Laval, du CRIQ, du réseau des centres d’excellence BioFuelNet Canada et de l’Université du Nouveau-Brunswick, a mené plusieurs projets de R-D concernant l’utilisation de la biomasse forestière résiduelle pour la production d’énergie.
Nexolia Bioénergie a racheté le site industriel de Lebel-sur-Quévillon en juillet avec l'intention de le relancer sur de nouvelles bases et surtout, réussir là où ont échoué Domtar puis Fortress Papers.
Les gouvernements du Canada et du Québec accorderont 12,5 millions de dollars à Fortress Cellulose Specialisée (FCS) Inc., une entreprise de Thurso, au Québec. Le financement servira à l'installation d'un nouveau système qui utilisera du bois de bouleau afin de produire de la pâte pour transformation chimique, un ingrédient utilisé dans la fabrication de nombreux produits utilisés au quotidien, y compris les vêtements, les pièces d'automobile et l'équipement médical.

Centre d'abonnement

 
Nouvel abonnement
 
Vous êtes déjà abonné?
 
Service à la clientèle
 
Voir Digital Magazine Renouvellement

Les plus populaires