Tirer le  meilleur  du sapin

Tirer le meilleur du sapin

Notre ligne de sciage, qui datait de 1995

Les étoiles de la relève forestière 2019

Les étoiles de la relève forestière 2019

Pour la première fois depuis que nous avons instauré le palmarès des étoiles de la relève forestière du Québec

Entrepreneur  connecté

Entrepreneur connecté

Pour les Forestiers JMG, une entreprise de récolte forestière qui travaille pour Produits forestiers Résolu

Peuplier d’ingénierie 

Peuplier d’ingénierie 

Au-delà de la vente de ses produits

Au 17e siècle, nombreux étaient les scientifiques et les fins observateurs, alliant crédibilité perceptuelle et rhétorique, qui discréditaient les tenants de l’idée que la Terre était ronde. À leur décharge, ces partisans d’une vérité confortable, qui avait toujours prévalu, suivaient le courant et s’appuyaient sur des références bien ancrées.
Ottawa versera 10,3 millions $ sur quatre ans au Québec pour financer diverses études menant à la mise en place de la stratégie québécoise de rétablissement du caribou forestier. Aucune restriction de coupe supplémentaire n’est imposée dans le cadre de cette entente pluriannuelle et Québec demeure le maître d’œuvre de la stratégie qui sera flexible au fil du temps.
Plus de 43 millions de plants d’arbres seront mis en terre avant l’hiver au Saguenay–Lac-Saint-Jean pour reboiser 40 % des superficies récoltées. Pour la balance, le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec (MFFPQ) s’assure que la forêt se régénère naturellement. Et la grande aventure des petits semis qui peupleront la forêt boréale commence dans les pépinières, notamment à Normandin.
Alors que les plantations de bouleaux sont à peu près inexistantes au Québec, un producteur forestier et chercheur à l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT) fait pousser, depuis 10 ans, 10 000 bouleaux à papier sur cinq  anciennes terres agricoles. Par son projet de recherche, Philippe Duval compte faire valoir le potentiel commercial et environnemental de cette essence.
John Deere annonce l'addition des têtes d'abattage FS50/FR50 à sa gamme de produits. Les têtes FS50/FR50 perfectionnent les attributs évolués des modèles précédents pour optimiser la productivité, la portée et la visibilité. Ces nouvelles têtes sont compatibles avec les abatteuses-groupeuses chenillées des séries 800M et 900M et sont offertes avec configuration d'articulation à 30 et 310 degrés, respectivement.
Pour la première fois depuis que nous avons instauré le palmarès des étoiles de la relève forestière du Québec, 4 des 10 étoiles sont des femmes cette année. Signe des temps où les femmes, qui insufflent un vent de fraicheur, prennent tranquillement leur place dans une industrie longtemps monopolisée par les hommes. Les hommes occupent encore une place importante en forêt comme en font foi nos 6 autres étoiles. Mais peu importe leur sexe, ces travailleurs et travailleuses sont tous et toutes des inspirations pour la relève de demain.
Un fossé existe entre le diplôme d’études professionnelles et le travail d’opérateur forestier. Les jeunes qui sortent des bancs d’école n’atteignent que 25 % du rendement requis pour être efficace et payant pour leurs employeurs sur le marché du travail. Pour combler ce fossé, des entreprises et des organismes investissent pour accompagner davantage les opérateurs en herbe afin d’offrir un meilleur rendement.
Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec (MFFPQ) va conclure avec le gouvernement fédéral une entente d’une durée de quatre ans imposant des restrictions à l’exploitation forestière dans le cadre du rétablissement de l’habitat du caribou forestier, bien qu’il demeure impossible de connaître les impacts précis sur l’emploi et l’activité économique des régions, dont le Saguenay–Lac-Saint-Jean.
Le Québec dispose maintenant d’une nouvelle règlementation pour encadrer la pratique des activités d’aménagement forestier en forêt publique. Depuis son entrée en vigueur le 1er avril 2018, le Règlement sur l’aménagement durable des forêts du domaine de l’État (RADF) remplace le Règlement sur les normes d’intervention dans les forêts du domaine de l’État (RNI).
Ces deux dernières années, le laboratoire de la pépinière gouvernementale de Saint-Modeste, dans le Bas-Saint-Laurent, a livré 1,7 million de clones d’épinettes blanches qui sont plantés dans les forêts québécoises.
Pour améliorer l’efficacité de leurs opérations et pour plonger dans le monde de la foresterie 4.0, les grandes entreprises forestières comme Produits forestiers Résolu veulent développer leur propre réseau cellulaire, donnant accès à internet en forêt. Certaines parcelles de forêts pourraient ainsi être connectées au réseau 5G bien avant la majorité des villages du Québec.
Fort des apprentissages réalisés lors de la campagne d’essais organisée l’année dernière, FPInnovations et ses partenaires planifient de poursuivre l’évaluation au cours des prochains mois de la technologie d’opération de camions en peloton coopératifs. Les objectifs sont plus ambitieux pour cette année.
« Notre ligne de sciage, qui datait de 1995, commençait à être désuète, lance d’emblée Yannick Caron, le directeur de l’usine Price, qui appartient au Groupe Lebel depuis 2008. On voulait améliorer l’optimisation et le contrôle. Pour y arriver, on a changé des équipements et on en a modifié d’autres, dont la motorisation, de l’hydraulique vers l’électrique, et on va ajouté des optimiseurs Autolog de nouvelle génération. »
Carbotech présente son tout nouvel équipement, Le STREAM, un efficace et robuste démêleur à billots. Afin de contribuer à l’avancement de l’industrie, l’entreprise est constamment en mode R&D. Avec LE STREAM, Carbotech élargit son offre de service dans l’industrie du bois en contribuant à l’entrée de billots.
Inotech, un manufacturier spécialisé dans la fabrication d’équipement pour les scieries situées à Normandin, investit 2 millions de dollars. Le plus grand investissement de son histoire vise à améliorer sa productivité. Ces sommes permettront également à l’entreprise de percer de nouveaux marchés en Scandinavie et en Amérique du Sud.
Alors que son premier investissement est complété – l’acquisition d’une nouvelle ligne de débitage primaire de conception hybride USNR – le plus récent projet est l’installation d’une seconde unité de débitage. Une nouvelle scie à ruban jumelle et une sortie à trois zones redéfinissent le flux et la flexibilité de son processus. La réduction de la main-d’œuvre et l’amélioration apportée à la sécurité s’avèrent des bénéfices supplémentaires.
Damabois se lance dans la fabrication de palettes en bois moulé à partir des résidus du sciage. Pour ce faire, l’entreprise de Saint-Damase dans la Matapédia importera une technologie européenne. 
Un accident de travail a fait une victime lundi matin, vers 6h40, à la scierie de Produits forestiers Temrex à Nouvelle, en Gaspésie, quand un travailleur dans la vingtaine a été frappé par une pièce de machinerie.
Lors du Timber Porcessing and Energy Expo à Portland en 2018, le kiosque du Groupe BID a été très occupé avec le lancement de l’écorceur à ouverture variable de Comact (Variable Tool Opening – VTO). L’écorceur VTO est le premier sur le marché à offrir un réducteur de souche variable qui ne requiert pas d’outils de coupe compliqués. La machine utilise quatre rouleaux interchangeables ayant la forme d’un sablier. Les billes sont scannées pour reconnaître les anomalies et les têtes sont positionnées pour éliminer la fibre problématique. Le design utilise les couteaux simples, aussi utilisés sur les abatteuses groupeuses comme outil de coupe, et les dents de coupe peuvent être remplacés par des couteaux dans des applications autonomes pour une meilleure qualité des copeaux. Le positionnement des outils est basé sur la pression des outils désirée par l’entremise d’un seul servo moteur et le système relâche la pression au moment où la bille quitte les outils afin d’éviter les chocs. L’écorceur peut fonctionner à des vitesses de plus de 600 pieds par minute, pour un diamètre allant jusqu’à 31 pouces. Pour plus d'informations, vous pouvez visionner le vidéo (en anglais seulement). 
Optimiser le processus d’écorçage de toutes les billes de bois entrant à la scierie est un défi complexe, mais surmontable grâce aux meilleures technologies et à un bon accompagnement. Le Système intelligent d’optimisation de l’écorçage développé par le Centre de recherche industrielle du Québec (CRIQ) permet de qualifier les billes avant et après l’écorçage et utilise les données receuillies pour optimiser les opérations. 
Au-delà de la vente de ses produits, l’entreprise se plaît à dire qu’elle « ne fait pas comme le reste de l’industrie », tant par sa relation avec ses employés, que par ses projets d’innovation.
La forestière Boisaco modernise ses installations de Sacré-Cœur. La direction a dévoilé jeudi le résultat d'investissement de 20 millions de dollars.
Les opérateurs de machinerie ont une influence majeure sur l'efficacité du carburant et la productivité. La différence de productivité entre les meilleurs et les pires opérateurs peut atteindre 30 %, et l'entretien adéquat d'une machine peut générer des économies considérables de carburant. Pour aider ses membres à accroître leur productivité, FPInnovations offre l’atelier Opérateurs avertis de machinerie forestière partout au Canada. D'une durée de trois heures, l'atelier peut être donné à l'usine d'un membre sur demande.
Kruger a officiellement lancé lundi le « plus gros chantier de l’histoire de Sherbrooke », selon le maire Steve Lussier. La nouvelle usine, qui utilisera la technologie de séchage à air traversant — la technologie la plus avancée du domaine du papier tissu – requiert un investissement de 575 millions de dollars. Cela créera 180 nouveaux emplois. 
Vanté comme le matériau de construction de choix pour les villes durables de l’avenir, le bois est reconnu pour jouer un rôle clé dans le développement durable et la réduction des effets des changements climatiques. Mail il y a plus.
La forêt expérimentale de Petawawa (FEP), fondée en 1918, est le plus vieux centre de recherche forestière au pays. Gérée par le Centre canadien sur la fibre de bois du Service canadien des Forêts, Ressources naturelles Canada, elle influence la politique forestière, l’industrie, les pratiques sylvicoles et les pratiques de gestion de la forêt privée à l’échelle du Canada. Au cours des derniers mois, la défaillance d’un système de ponceau a perturbé le déplacement des camions grumiers, véhicules et équipes de recherche, en plus d’avoir des conséquences négatives sur l’écoulement d’eau et l’habitat. FPInnovations a collaboré avec différents partenaires et parties prenantes pour aider à la conception d’un pont moderne à voie unique en bois d’ingénierie, nommé Pont centenaire.
Stella-Jones  a toujours été appréciée pour sa croissance interne, la stabilité de son industrie, ses achats judicieux et une répartition hors pair du capital.
Il y a six ans, l'architecte Michael Green a pris la parole lors d'une conférence TED et a appelé à une ère mondiale de gratte-ciels à ossature de bois.
L’utilisation du bois dans les constructions au Québec a pratiquement doublé depuis 10 ans. Le gouvernement donne l’exemple et les connaissances ont évolué.
Les immeubles de hauteur moyenne à ossature de bois ont reçu un vote de confiance avec l'achat, passé inaperçu, de deux immeubles d'appartements locatifs du quartier Griffintown à Montréal par une des plus grandes caisses de retraite du pays.
Opérations forestières est fier de vous présenter les étoiles de la relève forestière. 
Il y aura 10 ans en mai, le gouvernement du Québec lançait sa stratégie d'utilisation du bois dans la construction pour tenter de relancer l'industrie forestière en crise. Ce projet, piloté par l'ex-ministre des Ressources naturelles, Claude Béchard, prévoyait tripler la consommation de bois dans la construction, où le béton et l'acier dominent. Dix ans plus tard, les parts de marché du bois augmentent, mais certains acteurs de l'industrie croient que le Québec peut faire mieux.
L’industrie du bois pour la construction non résidentielle connait présentement une belle effervescence; c’est le cas de Goodfellow qui a contribué à la réalisation de projets très intéressants récemment.
Après Mirabel et Saint-Jérôme, les entreprises Guimond Construction et G2 Développement, en partenariat avec l’organisation Anges Québec, construiront une nouvelle tour à bureaux en bois d’ingénierie dans la région des Basses-Laurentides, cette fois à Saint-Eustache, sur un terrain situé à l’intersection des rues du Parc et Pépin, en bordure de l’autoroute 640.
Encourager l'utilisation à long terme du bois dans notre industrie de la construction nous aidera à atteindre nos objectifs de lutte contre les changements climatiques tout en stimulant la demande de produits du bois canadien et en créant de bons emplois dans la classe moyenne pour nos citoyens.
Investissement Québec annonce qu'elle a accordé un prêt de 1 M$ à l'entreprise Roland Boulanger & cie. L'entreprise fabrique et distribue des moulures, des composants de bois ainsi que d'autres produits tels que des plafonds à caissons suspendus, des planches pour patioet des revêtements extérieurs en bois. 
L’Association québécoise de la production d’énergie renouvelable (AQPER) affirme que le gouvernement Legault fixe des cibles «insuffisantes» pour la teneur minimale en biocarburants au Québec. Une situation qui mettrait même à risque le projet d’un milliard de dollars pour construire une bioraffinerie à La Tuque, en Mauricie.
Le cours annuel le plus fréquenté et le plus attendu de FPInnovations, portant sur les pâtes, papiers et bioproduits, se tiendra à Pointe-Claire (Québec) du 7 au 11 octobre 2019.
Le biochar, ça vous dit quelque chose ? Non, ce n'est pas une nouvelle automobile électrique ! Il s'agit plutôt d'un type de charbon végétal obtenu à partir de résidus forestiers ou agricoles, qui se veut une nouvelle voie de valorisation de la biomasse, ainsi que le véhicule de développement d'une nouvelle filière économique au Saguenay-Lac-Saint-Jean.
L’entreprise québécoise H2V Énergies caresse un projet d’usine de 1,3 milliard $ dans le Parc industriel et portuaire de Bécancour à partir de la biomasse forestière. L’établissement produira de l’hydrogène vert qui servira notamment à l’industrie du transport.
Les entreprises, les municipalités et les institutions du Saguenay–Lac-Saint-Jean désireuses d’économiser ou d’améliorer leur empreinte carbone pourront suivre une formation sur le chauffage à la biomasse forestière, le 19 septembre. Les formations sont organisées par Nature Québec et permettront aux participants de déterminer si la biomasse forestière constitue une avenue énergétique utile pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. 
Strasbourg accueillera en 2021 la première unité au monde de production d'hydrogène à partir de biomasse, nous l'avons appris mardi 27 août des porteurs du projet, le distributeur de gaz local R-GDS et la PME française Haffner Energy.
Extraite de plantes ou de papier, plus légère et résistante que l'acier, la nanocellulose constitue un matériau prometteur aux applications industrielles variées, même si les recherches se poursuivent pour préciser ses débouchés et améliorer sa rentabilité, selon des spécialistes du secteur.
«On marque l’histoire aujourd’hui. On a le droit d’être fier. On va transformer le monde à partir de Trois-Rivières.» Voilà ce qu’a déclaré mardi le ministre de l’Infrastructure et des Collectivités, François-Philippe Champagne, en annonçant une contribution fédérale de deux millions de dollars qui va permettre à la société Kruger Biomatériaux inc. d’exploiter la première usine d’envergure commerciale à fabriquer des filaments de cellulose sur la planète. 
Les produits biosourcés provenant de la biomasse retiennent de plus en plus l’attention de l’industrie des pâtes et papiers. Pour les usines kraft à pâte à dissoudre utilisant le bois  feuillus, la production de furfural permettrait non seulement d’augmenter l’utilisation de la biomasse, mais aussi de générer des revenus additionnels et de créer une source fiable de furfural en Amérique du Nord.
Les Industries Fournier de Thetford Mines demandent l’intervention du ministre de l’Économie et de l’Innovation, Pierre Fitzgibbon, afin que BioÉnergie AE Côte-Nord de Port-Cartier, qui fabrique du biocarburant à partir de copeaux de bois, acquitte enfin une dette de 5,6 millions $ qu’elle a contractée pour la construction de son usine et dont le non-paiement met en péril le fonctionnement de l’entreprise thetfordoise.
Dans une lettre transmise aujourd'hui au ministre de l'Économie et de l'Innovation, le président et chef de la direction de Groupe Industries Fournier inc., Harold Roy, demande à Québec d'intervenir urgemment dans le dossier BioÉnergie AE Côte-Nord Canada inc. à Port-Cartier afin que le Groupe Rémabec/Arbec et son actionnaire Jolina Capital inc (Groupe Saputo), qui ont reçu 77 millions $ en subventions, paient immédiatement et en totalité les fournisseurs et employés syndiqués qui ont œuvré de bonne foi à la construction de leur usine et qui attendent leur dû depuis plus d'un an.
À bout de patience, des entrepreneurs qui ont participé à la construction de l’usine de biocarburant à Port-Cartier Bioénergie Æ Côte-Nord attendent toujours leurs chèques et demandent aux gouvernements d’intervenir. Un projet qui avait nécessité des investissements de 105 millions $, dont 77 millions $ de Québec et d’Ottawa.

Centre d'abonnement

 
Nouvel abonnement
 
Vous êtes déjà abonné?
 
Service à la clientèle
 
Voir Digital Magazine Renouvellement

Les plus populaires

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience sur notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Pour en savoir plus, lisez notre politique de confidentialité.