Nouvelles de l’industrie

Le prix du bois d'oeuvre canadien a explosé sur le marché américain, la semaine dernière, alors que la valeur moyenne a augmenté de 30 $ du 1000 PMP en moyenne avec des pointes à 50 $ d'augmentation dans des produits plus populaires comme le 2x4 par 9 pieds. Ces chiffres traduisent bien le niveau « d'émotivité » qui prévaut dans les relations commerciales canado-américaines.L'économiste en chef du Conseil de l'industrie forestière du Québec (CIFQ), Michel Vincent, est loin d'être surpris de voir les prix s'envoler. Tous les acteurs de l'industrie s'attendent à l'imposition d'une surtaxe de 25 % au mois de mai. Il est aussi possible que la surtaxe soit rétroactive et donc payable sur les exportations à partir de cette semaine si elle est imposée à partir du premier mai.« Nous nous retrouvons dans une situation où les producteurs veulent limiter les exportations, ce qui rend la demande plus faible. Il y a de l'autre côté de la frontière de grands joueurs de l'industrie comme acheteurs spécialisés ; les grandes chaînes de quincaillerie et les constructeurs d'habitation et autres qui veulent refaire leur inventaire et éviter la taxe. Quand l'offre est faible et la demande est forte, la loi économique s'applique et les prix augmentent », ajoute Michel Vincent.Lire la suite
Les gouvernements du Canada et du Québec ont annoncé l'offre d'un financement de 12,5 millions de dollars à l'entreprise Papier Masson, située à Gatineau, secteur Masson-Angers (Québec), afin de l'aider à implanter un nouveau procédé - le premier du genre en Amérique du Nord - de production de fibre de bois destinée à la fabrication de composites bois-plastique.
Produits forestiers Résolu a annoncé un bénéfice net selon les PCGR de 14 M$, soit 0,15 $ par action, pour le trimestre clos le 30 septembre 2016, contre une perte nette selon les PCGR de 6 M$, soit 0,07 $ par action, pour la période correspondante de 2015. Les ventes du trimestre ont atteint 888 M$, en baisse de 17 M$, soit 2 %, par rapport au troisième trimestre de 2015. La Société a dégagé un bénéfice net, avant les éléments hors gestion courante, de 19 M$, soit 0,21 $ par action, contre un bénéfice net de 14 M$, soit 0,15 $ par action, pour le troisième trimestre de 2015.
Le secteur du bois d'oeuvre a dégagé un bénéfice d'exploitation de 20 millions $ pour le trimestre, ce qui représente une amélioration de 24 millions $ par rapport au trimestre précédent.
Les charges liées à la fermeture d’une machine à papier ont plombé les résultats de Produits forestiers Résolu, au dernier trimestre.
Rencontré lors du Congrès de Montréal sur le bois, André Tremblay, le président directeur général du Conseil de l’industrie forestière du Québec était tout sourire. « On a dénoncé depuis longtemps l’augmentation coût de la fibre avec le nouveau régime forestier. Je pense qu’avec sa cellule d’intervention le gouvernement nous a compris », s’est-il réjoui quelques jours après l’annonce du budget.
Le secteur forestier du Canada est essentiel à la vitalité économique du Canada. Grâce à une collaboration accrue entre les gouvernements fédéral et provinciaux, le secteur forestier - tout comme les travailleurs et les villes qui en dépendent - pourra demeurer solide et résilient.
Résolu et ses employés de l'usine Kénogami (Québec) ont encore une fois été reconnus pour leur bilan de sécurité exemplaire et leur sens de l'innovation.
Un nouveau projet environnemental vise à calculer tous les avantages en matière de conservation découlant de l'aménagement forestier durable en Amérique du Nord.
Alors que plane la menace de l'imposition par les États-Unis d'un droit compensatoire sur le bois d'oeuvre, le gouvernement canadien va « appuyer l'industrie en cas de conflit », affirme Rémi Massé, député d'Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia et président du caucus du Québec du Parti libéral du Canada.
Produits forestiers Résolu est mis à l'amende pour avoir enfreint la Loi sur la qualité de l'environnement et le règlement sur les matières dangereuses à la centrale Jim-Gray.
Fibrek est condamnée à une amende de 125 000 $ pour avoir rejeté une substance nocive dans les rivières Mistassini et Ashuapmushuan en 2012 et 2013.
En relançant des négociations sur le commerce entre le Canada et les États-Unis, il semble que l'administration Trump soit encline à revoir le dossier du bois d'oeuvre, qui pourrit les relations entre les deux pays depuis des décennies. Ne serait-il pas souhaitable, une fois pour toutes, que l'ALENA, qui s'applique sur les échanges des biens, des produits et de certains services, soit respecté dans le dossier du bois d'oeuvre?
Le ministre québécois des Finances, Carlos Leitão, est lui aussi ouvert à une potentielle renégociation de l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) avec l'administration Trump, et suggère même que certains dossiers, comme le bois d'oeuvre, y soient enchâssés.
Le Conseil de l'industrie forestière du Québec (CIFQ) se réjouit de la signature de l'Accord économique commercial et global (AECG) entre le Canada et l'Union européenne.
Philippe Couillard promet d’aider l’industrie forestière si elle devait être frappée par un tarif pouvant atteindre 25 % sur le bois d’œuvre.
À quelques mois de la date butoir, il semble fort peu probable que le Canada et les États-Unis réussissent à s'entendre à temps en vue de conclure un nouvel accord sur le bois d'oeuvre.
Le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Laurent Lessard, a annoncé que les taux de la valeur marchande des bois sur pied pour 2016-2017 sont maintenant publiés sur le site web du Bureau de mise en marché des bois (BMMB). 

Centre d'abonnement

 
Nouvel abonnement
 
Vous êtes déjà abonné?
 
Service à la clientèle
 
Voir Digital Magazine Renouvellement

Les plus populaires