Opérations Forestières

En vedette Sciage Scierie
Un siècle de succès

La scierie d’EACOM à Timmins est prête pour un autre 100 ans


7 juillet 2020
Par Maria Church

Sujets
Joel Cantin, directeur intérimaire de l’usine d’EACOM Timmins, a commencé à travailler à l’usine il y a 13 ans en tant que mécanicien de chantier. Il est maintenant responsable de 115 employés qui travaillent à la scierie de Timmins, en Ontario.

Il y a cent ans, Rudolph-McChesney Lumber a construit une modeste scierie sur les rives de la rivière Mattagami dans la ville nouvellement établie de Timmins, en Ontario. L’usine a fourni du bois aux mines d’or voisines et à une communauté croissante de mineurs.

Un siècle plus tard, la scierie – qui appartient maintenant à EACOM Timber et produit près de 150 millions de pmp de bois d’œuvre par an – demeure un employeur important dans la ville du nord de l’Ontario, ainsi qu’un modèle de foresterie durable et d’investissement local dans l’industrie forestière.

« Plusieurs générations d’employés travaillent ici, père et fils, grands-pères, et autres », explique Joël Cantin, directeur intérimaire de la scierie de Timmins. Cantin a commenté à travailler à l’usine il y a 13 ans en tant que mécanicien de chantier et il a gravi les échelons pour devenir surintendant général avant d’être recruté pour occuper le poste de directeur intérimaire de l’usine plus tôt cette année.

Advertisment

Bon nombre des 115 employés directs de l’usine y travaillent depuis plus de 25 ans. Environ 215 autres entrepreneurs et fournisseurs comptent également sur l’usine pour un emploi stable.

EACOM a marqué le centenaire de l’usine de Timmins cet été avec une journée de célébrations, avec un barbecue communautaire, un match de softball du personnel et des visites de l’usine pour montrer les récents projets de modernisation. La liste des invités comprenait le ministre des Ressources naturelles et des Forêts de l’Ontario, John Yakabuski, le député fédéral Charlie Angus, le député provincial Gilles Bisson et plus de 300 employés, familles, entrepreneurs et membres de la communauté, actuels et retraités.

Quelques mois après les célébrations (avant la pandémie), Opérations forestières a visité la scierie pour voir ce qui se cache derrière la longévité de l’usine dans une industrie de produits de base aux fluctuations extrêmes du marché. Il n’est pas surprenant que plusieurs facteurs de réussite soient en cause, notamment une solide base communautaire, des pratiques de gestion durable des forêts et un leadership disposé à investir dans la technologie et les gens.

Améliorer le processus
Après plus de 10 ans d’investissement direct d’EACOM dans l’optimisation de l’usine, Cantin affirme que la récupération de la fibre dans l’usine s’est améliorée de façon constante à plus de 300 pieds-planche par mètre cube – entre 8 et 12%.

Environ 550 000 mètres cubes de billes de pin, d’épinette et de sapin alimentent le moulin chaque année. Une chargeuse sur pneus Liebherr amène des bûches à l’entrée où les scanneurs ScanMeg permettent à un grand démêleur de type « wave feeder » de séparer les bûches de fort et de petit diamètre, envoyant les grosses à un écorceur Nicholson de 27 pouces et les petites à un écorceur Nicholson de 17 pouces.

Quatre ponts alimentent les billes sur la ligne d’alimentation principale. La ligne de sciage est un ensemble USNR installé en 2013, près de deux ans après qu’un incendie a détruit une grande partie de l’équipement de l’usine. La ligne commence par un scanneur et un système de rotation des billes, suivi de l’optimiseur de billes, qui détermine la solution du modèle de coupe. L’optimiseur de billes possède deux scanneurs, chacun scannant la moitié de la bûche en raison de la courte longueur du convoyeur. Les billes passent ensuite à travers les têtes d’équarri latérales, une tête supérieure fixe, des VFM et des scies quadruples pour les panneaux latéraux. La bille équarrie est ensuite scannée à nouveau pour la courbure avant la coupe du système vertical de débitage en courbe.

Newnes complète la ligne avec une déligneuse de planches, une ébouteuse et une empileuse avant la trieuse PHL.

En 2017, l’usine a entrepris un grand projet d’immobilisations pour installer le premier séchoir continu (CDK) de l’est du Canada. Le nouveau séchoir de plusieurs millions de dollars de Wellons a été spécialement conçu pour s’adapter à la faible empreinte de la scierie de Timmins, qui est l’une des plus petites du groupe d’usines d’EACOM.

« Les économies d’énergie sont importantes », dit Cantin. « L’écart type est un peu meilleur. C’est un séchoir plus court que les autres, mais il y a encore beaucoup de choses que nous pouvons tester. » EACOM travaille avec FPInnovations pour tester différentes combinaisons d’espèces afin d’optimiser les temps de séchage.

L’usine de rabotage a également fait l’objet d’une importante mise à niveau il y a quelques années lorsque EACOM a installé l’optimiseur de raboteuse linéaire ProGrader d’Autolog. Situé juste après la raboteuse haute vitesse Coastal de USNR, le ProGrader utilise des capteurs géométriques 3D pour mesurer les dimensions, les sauts, la flache, les trous et la déformation et les capteurs de vision 2D pour mesurer les nœuds, la pourriture, les fentes et l’écorce. Les capteurs trachéides mesurent l’inclinaison de la fibre.

Un code UV imprimé sur chaque planche est ensuite récupéré à la station de classement où les lumières colorées identifient le grade: rouge pour premium, jaune pour numéro un et deux, vert pour numéro trois et bleu pour économie. Les travailleurs au poste de classement vérifient si le système est calibré et rétrogradent manuellement les planches brisées pendant le transport ou qui nécessitent un séchage supplémentaire.

À la ligne de finition, le bois passe à travers l’ébouteuse Newnes avant le trieur PHL et le système d’emballage Signode.

L’usine produit des 2 × 4, 2 × 6 et 2 × 10 en longueurs de huit pieds et de 16 pieds. Les sous-produits sont envoyés aux usines de pâtes et papiers et aux centrales de cogénération.

Les projets à venir comprennent une refonte du treuil inclinable de l’usine de rabotage, un projet qui sera réalisé en interne pour permettre au personnel de le concevoir en fonction de leurs besoins.

« Nous sommes l’un des plus grands concurrents technologiques de l’Est du Canada», dit Cantin. « Nous cherchons toujours à investir dans notre personnel ou dans nos équipements pour tout moderniser. Nous devons toujours nous mettre à niveau ».

Dans le bois
Blair Sullivan, directeur général des opérations forestières d’EACOM en Ontario, gère les terrains forestiers alimentant la scierie de Timmins ainsi que son exploitation sœur, la scierie Gogama, à Ostrom, en Ontario. Gogama reçoit les tiges de pin, d’épinette et de sapin de 3,5 à 5,5 pouces tandis que tout le reste se dirige vers Timmins.

Sullivan gère l’exploitation des deux permis forestiers durables (SFL) d’EACOM dans le nord de l’Ontario: les 1,2 million d’hectares de la Spanish Forest et les 390 000 hectares de Pineland Forst. Ces SFL rapportent environ 1,15 million de mètres cubes par an. EACOM est l’un des rares partenaires de cinq autres SFL de la région qui alimentent leurs autres usines. Une partie du volume supplémentaire est achetée sur un terrain privé de la région.

Quatre entrepreneurs forestiers sous contrat récoltent pour Timmins et Gogama sur ses SFL: Foleyet Timber, Pineland Contracting, Doug Niemi Trucking, P&G Logging, ainsi que d’autres bûcherons indépendants.

Bien que l’approvisionnement en fibres soit stable, la pénurie de main-d’œuvre qualifiée, en particulier le manque de camionneurs est une préoccupation croissante qui commence à avoir un impact sur les volumes, dit Sullivan.

« Nous avons besoin de chauffeurs. Et le travail de camionneur n’a pas été considéré comme un métier d’avenir au fil du temps », dit-il. « Les conducteurs font souvent plus de 85 000 $ par an, mais c’est un travail difficile et vous devez être qualifié. »

Sullivan a quelques idées pour recruter de nouveaux chauffeurs routiers, que ce soit par le biais de nouveaux partenariats avec des entreprises d’autres secteurs ou des écoles de formation. Mais le besoin devient pressant. « J’ai besoin de 15 camions aujourd’hui. Et nous sommes tous dans le même bateau », dit-il.

Pipeline de talents
Quelques employés de la scierie de Timmins travaillent à l’usine depuis 25 ans, et certains depuis plus d’un demi-siècle. Ces membres du personnel expérimentés sont inestimables pour l’entreprise, mais le compte à rebours est lancé pour leur retraite, soutient le président-directeur général d’EACOM, Kevin Edgson.

« Il y a des gens qui travaillent depuis 35, 40 et 45 ans pour cette entreprise. Il y a tellement d’histoire avec ces gens, tellement d’expérience, et pourtant ils vont quitter l’industrie », dit-il.

En septembre, la direction d’EACOM a conclu une entente de trois ans avec le Northern College qui prévoit que des étudiants de niveau collégial se voient offrir des stages à court terme dans les usines d’EACOM du nord de l’Ontario. À son tour, le personnel d’EACOM aidera à former les mécaniciens de chantier, l’équipement lourd et les étudiants en instrumentation en classe.

« C’est tellement important pour nous, parce qu’on veut que les jeunes puissent apprendre de nos travailleurs d’expérience. Nous obtenons donc cette vitalité et cet enthousiasme, cette passion qui arrive, et vous avez la sagesse et l’expérience qui se transmettent. C’est une opportunité fantastique », dit-il.

Pour son personnel actuel, EACOM a un programme de leadership en place pour fournir une opportunité de développement pour les futurs gestionnaires ou les gestionnaires actuels. Cantin a commencé le programme de 18 mois cette année et dit que c’est un bon moyen d’échanger des idées et des meilleures pratiques entre les différents départements d’EACOM.

« Chaque fois qu’on se réunit, c’est différent. Nous avons des modules de communication, des modules RH; le sciage est à venir, ainsi que l’amélioration continue. En partageant avec les gens, cela donne à chacun une meilleure perspective de ce que les autres emplois impliquent », dit Cantin.

Les 100 prochaines années
Tournée vers l’avenir, Julie Paquet, directrice des communications pour EACOM, affirme que l’entreprise réagit à la baisse du marché du bois d’œuvre en équilibrant les coûts tout en se concentrant sur leur compétitivité. Pour Timmins en particulier, le personnel s’est engagé à maintenir le moulin centenaire en marche pendant les 100 prochaines années.

« Nous sommes de plus en plus présents dans la communauté, que ce soit avec les collèges ou les écoles; il s’agit de se connecter avec les gens. Nous sommes en plein milieu de la ville. Le côté suivant de la rivière est le parc communautaire. Il y a un héritage forestier et une fierté ici et je pense que c’est vraiment bien que nous puissions continuer à le faire », dit Paquet.