Opérations Forestières

Nouvelles Nouvelles de l’industrie
L’industrie forestière en panique selon Greenpeace

La semaine dernière, la plus grosse multinationale forestière au pays a perdu trois certificats environnementaux FSC couvrants plus de 8 millions d'hectares.


18 décembre 2013
Par Nicolas Mainville - Huffington Post

La semaine dernière, la plus grosse multinationale forestière au pays a perdu trois certificats environnementaux FSC (Forest Stewardship Council) couvrants plus de 8 millions d’hectares (160 fois l’île de Montréal), soit la moitié de toutes ses forêts certifiées avec cette norme qui jouit d’une reconnaissance sur les marchés internationaux. Produits forestiers Résolu perd ainsi le logo FSC à partir du 1er janvier 2014 pour tous les produits (pâte, papier et bois) provenant du Lac St-Jean et de la région de Black Spruce-Dog River Matawin en Ontario. Si ces suspensions des certificats par l’auditeur indépendant du FSC sont un dur coup pour le géant Résolu et ses parts de marché, elles sont aussi la preuve que le système fonctionne et que les compagnies, aussi grosses soient-elles, doivent ajuster leurs pratiques afin de répondre aux exigences des marchés pour des produits plus respectueux de l’environnement

Une réaction qui en dit long

Les raisons derrière la perte de certificats FSC de Résolu sont multiples : disparition accélérée des vieilles forêts, destruction d’habitats d’espèces menacées comme le caribou forestier, augmentation dramatique de la fragmentation et des taux de perturbation, non-respect du droit des Premières Nations à un consentement libre et éclairé, etc.. Des violations claires et évidentes des principes mêmes du FSC.

Advertisment

Au Lac St-Jean seulement, ce sont 13 non-conformités majeures à la norme boréale du FSC auquel Résolu fait face. Ainsi les craintes que nous avons communiquées depuis des années à la compagnie, au gouvernement, aux auditeurs et aux marchés se confirment : la forêt du Lac St-Jean n’est pas protégée adéquatement et des compagnies comme Résolu menacent l’intégrité écologique des écosystèmes.

Lire le texte