Opérations Forestières

Nouvelles Nouvelles de l’industrie
Le secteur forestier veut un partenariat avec le gouvernement


27 octobre 2016
Par Association des produits forestiers du Canada

L’industrie canadienne des produits forestiers réclame un partenariat officiel avec le gouvernement fédéral afin de poursuivre sa transformation et ses contributions au programme du gouvernement, notamment en matière de lutte aux changements climatiques et d’emplois pour la classe moyenne.

Le chef de la direction de l’Association des produits forestiers du Canada (APFC), Derek Nighbor, a témoigné aujourd’hui devant le Comité des finances de la Chambre des communes dans le cadre des consultations prébudgétaires.

« L’industrie des produits forestiers a fait ses preuves quand il s’agit d’obtenir des résultats. Nous sommes le chef de file mondial de l’aménagement durable des forêts, nous transformons notre industrie par la recherche et l’innovation et nous avons un plan clair pour lutter contre les changements climatiques », explique M. Nighbor. « Le gouvernement fédéral a été un important partenaire dans ce parcours et nous voulons continuer à travailler avec lui pour développer des innovations, diversifier nos marchés et maintenir et créer de bons emplois dans les collectivités rurales et nordiques du Canada. »

Advertisment

L’APFC demande un investissement de 200 millions de dollars sur quatre ans pour tirer parti des avancées scientifiques, de la recherche et du développement de haut niveau dans le secteur. Ce montant comprendrait un investissement renouvelé dans FPInnovations et des organismes subventionnaires pour s’aligner davantage sur les capacités de recherche des collèges et universités du pays.

Pour que les produits innovants atteignent les marchés, l’APFC demande aussi 200 millions de dollars sur quatre ans pour profiter du succès du programme gouvernemental Investissements dans la transformation de l’industrie forestière (ITIF), qui a donné lieu à plusieurs premières mondiales et aide à garder le secteur concurrentiel à l’échelle internationale.

L’industrie canadienne des produits forestiers cherche aussi un soutien pour atteindre son ambitieux objectif au chapitre des changements climatiques (Fpac.ca/30en30). Pour accroître la présence de solutions de rechange aux produits faits de combustibles fossiles, l’APFC souhaiterait un investissement de 250 millions de dollars sur quatre ans afin d’accélérer le déploiement de technologies propres. L’Association demande aussi la mise en place d’une grappe de bioéconomie qui permettra à l’industrie de s’associer à d’autres secteurs pour travailler aux innovations de pointe et pour progresser dans la lutte aux changements climatiques.

La diversification des marchés est essentielle pour l’avenir de l’industrie. L’APFC aimerait donc voir une stratégie nationale et internationale pour étendre davantage ses marchés. Il s’agirait notamment de mettre à jour les codes du bâtiment afin de permettre la construction d’édifices en hauteur en bois et d’investir 44 millions de dollars sur quatre ans pour renouveler le programme de développement des marchés.

« La valeur ajoutée de l’industrie des produits forestiers est de 9:1 : chaque dollar investi se traduit par neuf dollars d’activité économique, beaucoup plus que dans tout autre secteur », ajoute M. Nighbor. « Les investissements additionnels que nous demandons favoriseront la compétitivité de notre industrie, nous aideront à lutter contre les changements climatiques et soutiendront des emplois et des familles dans les régions rurales et nordiques du Canada, où le secteur forestier demeure le pilier des collectivités. »

Pour en savoir plus sur les demandes budgétaires de l’APFC: Fpac.ca/sensibilisation