Opérations Forestières

En vedette Aménagement forestier Récolte
Le calcul des possibilités forestières

Des résultats préliminaires seront présentés en revue externe à l’été 2013.


5 juin 2013
Par Gérard Szaraz ing.f. M.Sc M.A.P. Forestier en chef

Sujets

La vitalité des communautés forestières dépend en bonne partie de l’accès à la matière ligneuse des forêts du domaine de l’État. Le secteur forestier, notamment les travaux sylvicoles, le transport et la transformation du bois procure en 2013, plus de 60 000 emplois au Québec.

Depuis 2005, le Forestier en chef a la reponsabilité de déterminer les volumes de bois pouvant être récoltés dans les 71 unités d’aménagement au Québec. Voilà un mandat important et complexe à la fois. Entre autres, parce que nos forêts ne sont pas statiques, elles évoluent avec le temps. Leur composition change tout comme les besoins de notre société à leur égard. Le calcul est aussi un exercice scientifique et technique qui doit prendre en compte les choix de société. En déterminant ce qui peut être récolté, les possibilités forestières précisent par ailleurs ce qui doit être préservé, notamment pour assurer les fonctions essentielles et la pérennité des écosystèmes.

Le calcul des possibilités forestières a connu plusieurs améliorations depuis la création du poste de Forestier en chef en 2005. Les modèles de croissance de la forêt ont évolué suite aux travaux des chercheurs dans ce domaine, de même que les méthodes et les outils de calcul maintenant en mesure d’intégrer les dimensions économique, environnementale et sociale contribuant ainsi à l’aménagement durable des forêts.  Notre organisation a aussi mis en place une nouvelle étape au cours de laquelle les représentants régionaux et les parties intéressées sont interpellés.   Il s’agit de la Revue externe des résultats préliminaires du calcul des possibilités forestières.

Advertisment

Au printemps et à l’été 2013, notre équipe d’analystes, basés dans 14 régions forestières présenteront les résultats de leurs travaux aux parties intéressées de même que les méthodes et les façons dont ont été intégrés les objectifs régionaux et locaux dans le calcul des possibilités forestières.  La revue externe a aussi pour objectif de recueillir des éléments, questions ou commentaires pouvant être considérés dans nos travaux.  À l’automne 2013, après une analyse de l’ensemble des commentaires que nous aurons reçus,  je livrerai les possibilités forestières finales des forêts du domaine de l’État.

La revue externe est un moyen d’améliorer la qualité de nos analyses et c’est pourquoi, je souhaite grandement que les parties intéressées collaborent à cet exercice.  D’ailleurs, vous pourrez consulter sur le site Internet du Bureau du forestier en chef les rapports de nos analystes et en savoir plus sur le calcul des possibilités forestières des unités d’aménagement de votre région.

Dans un esprit d’amélioration continue, de rigueur et de transparence, mon équipe et moi allons maintenir nos efforts d’innovation dans la poursuite de notre mission visant à assurer la pérennité et l’utilisation diversifiée du milieu forestier.