Opérations Forestières

En vedette Bioénergie Biomasse
FPInnovations et Bioénergie La Tuque concluent une entente de collaboration

L’entente vise l’implantation d’une installation de bioraffinage de nouvelle génération à la ville de La Tuque


19 mai 2016
Par FPInnovations

Sujets

FPInnovations et Bioénergie La Tuque (BELT) annoncent la signature d’une entente de collaboration dont l’objectif principal est de mener à l’implantation d’une usine de bioraffinage approvisionnée à partir de résidus forestiers. L’annonce a été faite aujourd’hui en présence de Pierre Lapointe, président et chef de la direction de FPInnovations, Patrice J. Mangin, directeur général de BELT et titulaire de chaire en bioéconomie/bioénergie régionale de l’Université du Québec à Trois-Rivières,  Julie Boulet, Ministre responsable de la région de Mauricie et Ministre du Tourisme, et de Normand Beaudoin, maire de La Tuque.

« FPInnovations est fière d’être partie prenante du projet BELT, qui s’intègre parfaitement dans la stratégie environnementale de l’organisation et qui appuie les politiques énergétiques des gouvernements du Québec et du Canada, » soulignait Pierre Lapointe, président et chef de la direction de FPInnovations. « La production d’une énergie propre à partir de biomasse forestière, en plus d’avoir une incidence positive sur les changements climatiques, s’intègre parfaitement dans la vision de FPInnovations, à savoir un monde où les produits provenant de forêts durables contribuent à tous les aspects de la vie quotidienne. »

L’entente, d’une durée initiale de quatre ans, prévoit trois phases. Une première phase, qui porte sur l’évaluation de la faisabilité technico-économique du projet de bioraffinerie, permettra de confirmer la disponibilité de la biomasse à un coût compétitif, d’identifier les goulots d’étranglement technologiques dans les lignes de procédés les plus prometteuses et de valider un niveau de risque technico-économique acceptable. La Phase 2 de l’entente porte sur une évaluation détaillée des technologies identifiées au cours de la Phase 1; cette Phase sera confiée plus spécifiquement aux équipes de FPInnovations en collaboration avec BELT et la chaire en développement de la bioéconomie/bioénergie régionale détenue par M. Mangin à l’UQTR. L’implantation, soit la construction d’une usine de démonstration à La Tuque dont la capacité nominale sera définie en fonction des résultats des Phases 1 et 2, constitue la Phase 3 du projet.

Advertisment

« Avec ces 490 emplois, ce projet représente l’avenir de La Tuque. Nous ne pouvions pas passer à côté de réaliser une alliance avec les meilleurs dans ce domaine au Canada, c’est-à-dire les gens de FPInnovations » expliquait M. Normand Beaudoin, le maire de La Tuque. « Nous sommes très heureux de pouvoir compter sur leurs compétences, leurs réseaux de contacts et leur expertise. C’est un gros plus pour la réalisation du projet. »

FPInnovations agira comme acteur clé de la R-D et des études, alors que BELT assurera la gestion des projets d’envergure par l’entremise de M. Mangin et l’expertise forestière par le biais de M. Bergeron.

Le projet issu de la collaboration entre FPInnovations et BELT vise la production annuelle de plus de 200 millions de litres de biodiesel à partir de la conversion de résidus forestiers. Cette énergie verte devrait remplacer les carburants non renouvelables pour le transport, entraînant par le fait même une réduction projetée des émissions de CO2 de 575 000 t par année. Le projet devrait aussi entraîner la création de près de cinq cents emplois directs et indirects dans la région. Ultimement, le projet vise à attirer des partenaires majeurs intéressés à investir dans une usine commerciale. Les Phases 1 et 2 permettront de sécuriser de tels investisseurs.

« Ce partenariat ne peut que nous mener à la concrétisation de cet important projet et nous sommes très confiants d’y arriver plus rapidement et plus efficacement que prévu » précisait Patrice Bergeron, président de Bioénergie La Tuque.

Patrice Mangin, le directeur général de BELT et titulaire de chaire en bioéconomie/bioénergie régionale de l’Université du Québec à Trois-Rivières, se dit quant à lui « extrêmement satisfait de voir FPInnovations s’associer concrètement au projet de bioraffinerie » et d’ajouter que « le fait qu’un centre de réputation nationale et internationale, un centre d’experts et d’expérience comme FPInnovations confirme à tous que ce projet, en gestation depuis quelque années, est maintenant arrivé à un point décisif qui va voir une accélération au niveau des travaux et des prises de décision subséquentes ». En ce sens, il conclut que « le projet semble avoir maintenant une écoute très attentive des gouvernements provincial et fédéral ».