Opérations Forestières

Nouvelles Nouvelles de l’industrie
De grands projets pour la relance de l’industrie

Le gouvernement Marois a fait l'annonce de mesures budgétaires de 675 M$ et de trois chantiers importants pour relancer l'industrie lors du Rendez-vous sur la forêt québécoise.


28 novembre 2013
Par Guillaume Roy

SAINT-FÉLICIEN – Pour la première fois depuis longtemps, un rendez-vous réunissait les industriels forestiers, les coopératives, les syndicats, les autochtones, les municipalités, les groupes environnementaux, le milieu de la recherche et de l’éducation autour d’une même table pour discuter de l’avenir du secteur forestier. Et personne n’a été laissé de côté avec des mesures totalisant 675 M$ sur trois ans.

Le 21 novembre dernier, plus de 260 intervenants étaient réunis à St-Félicien, pour faire un blitz de 12 heures de discussions qui ont mené à l’instauration de trois chantiers majeurs. Premièrement, Robert Beauregard, doyen de la faculté de foresterie de l’Université Laval, présidera le chantier sur la production de bois qui servira entre autres à élaborer les stratégies de production de bois propres à chaque région, et trouver comment s’inséreront les stratégies d’aménagement intensif de la forêt.

De son côté, Michel Belley, ex-recteur de l’Université du Québec à Chicoutimi, présidera le chantier sur l’efficacité des mesures en forêt privée. Puis, Paule Têtu, ancienne sous-ministre associée au ministère des Ressources naturelles (MRN), présidera le chantier sur les améliorations à apporter à la mise en œuvre du nouveau régime forestier. Elle devra établir un bilan de la première année d’application du régime et essayer, entre autres, de trouver des pistes de solutions pour maintenir les conditions des travailleurs.

Advertisment

En amont du travail réalisé lors du Rendez-vous sur la forêt, l’équipe du MRN avait bien fait ses devoirs, en rencontrant chacune des parties et en priorisant les actions clés nécessaires à la mise en valeur des forêts québécoises. D’entrée de jeu, le gouvernement a mis la table avec une annonce de 320 M$, provenant de divers programmes, pour la modernisation de l’industrie. Ces sommes seront allouées pour soutenir des projets structurants qui assureront la pérennité de l’industrie forestière.

Québec a aussi annoncé un investissement de 50 M$ pour un nouveau programme de biomasse forestière résiduelle, qui favorisera le remplacement du mazout lourd en exploitant la biomasse dans des circuits courts. De plus, 32 M$ seront alloués dans le développement de la chimie verte et 45 M$ seront investis pour l’attraction, la rétention et la formation de la main-d’œuvre.

De plus, le gouvernement a présenté un cadre budgétaire sylvicole triennal en bonifiant les sommes prévues de 67 M$ sur trois ans. Ainsi le budget passera de 233 M$ à 241 M$ cette année et de 227 M$ à 250 M$ en 2014-2015. Par ailleurs, la ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet, s’est engagée à publier les prescriptions sylvicoles trois mois avant le début des activités sylvicoles chaque année.

Afin de faciliter l’accès au financement pour les propriétaires d’équipements forestiers, Québec leur ouvre la porte au programme Essor. Avec ce programme, une enveloppe de crédits budgétaires de 30 M$ sur trois ans permettra d’offrir des garanties de prêt pouvant atteindre 120 M$, selon le gouvernement. Des prêts pouvant atteindre 600 000 $ seraient ainsi couverts à 80 % sur la perte nette relative. Le chef du parti libéral, Philippe Couillard, a proposé d’ajouter les équipements de transport à cette mesure.

La forêt privée n’est pas en reste avec l’annonce de modifications au programme de remboursement des taxes foncières soutenant les efforts de protection et de mise en valeur des lots boisés appartenant aux 130 000 propriétaires forestiers du Québec. Le Programme de remboursement des taxes foncières permet aux propriétaires forestiers de bénéficier d’un crédit d’impôt allant jusqu’à 85 % du montant de leurs taxes foncières, en échange de travaux d’aménagement forestier réalisés sur leurs lots boisés.

FInalement, un appel d’offres sera lancé en janvier 2014 pour la création de quatre projets pilotes d’une superficie maximale de 30 000 hectares afin de mettre en valeur la gestion intégrée des ressources sur le territoire. Ces pilotes serviront à élaborer la politique sur les forêts de proximité à l’automne 2015. Le gouvernement s’engage aussi à lancer les travaux menant à la conversion des 13 anciens CtAF en forêt de proximité. Cette annonce a été faite lors du.

Denis Trottier, député de Roberval et adjoint de la ministre des Ressources naturelles, a bien résumé l’ambiance qui régnait sur place : « Personne ne cherche de coupable et tout le monde veut faire partie de la solution. » Les discussions ont été faites dans le plus grand respect et tous les acteurs, dont le gouvernement, étaient en mode écoute pour bonifier leurs propositions.