Opérations Forestières

En vedette Aménagement forestier Récolte
Une augmentation déguisée de la possibilité forestière

Le forestier en chef a récemment annoncé une augmentation de la possibilité forestière, mais c'est tout de même une diminution de 1% depuis le dernier vrai calcul de la possibilité forestière, selon le CIFQ.


17 juillet 2013
Par Guillaume Roy


Sujets

Le forestier en chef a récemment annoncé une augmentation de la possibilité forestière, mais c’est tout de même une diminution de 1% depuis le dernier vrai calcul de la possibilité forestière, souligne le André Tremblay, président directeur général du Conseil de l’industrie forestière du Québec (CIFQ).

« L’an dernier, la possibilité forestière a descendu de 10%, une réduction appliquée de façon arbitraire dans toutes les régions du Québec. Cette année, on annonce une hausse de 9% pour 2014 par rapport à 2013. C’est tout de même une baisse de 1% », explique M. Tremblay. Il souligne au passage que la baisse pour les bois SEPM est de 2%.

« On s’attendait à pire. Je ne suis pas en train de dire que je suis content que ça baisse, car on est capable de faire mieux que ça. On rajoute toujours des contraintes et on ne se demande pas quels sont les impacts sur l’industrie. On doit trouver des mesures pour conserver le niveau de production. On doit faire une réflexion en tant que société pour savoir si veut exploiter la forêt à sa juste valeur en profitant pleinement de cette richesse renouvelable », ajoute-t-il. Selon les données du CIFQ, 1000 mètres cubes de bois équivalent à trois emplois. Seulement pour les bois SEPM, on prévoit une baisse de 2%, soit 400 000 mètres cubes, ce qui équivaut à la perte de 12 000 emplois.

Advertisment

Des mesures d’atténuation doivent rapidement être entreprises pour augmenter à nouveau la possibilité forestière. Le CIFQ recommande entre autres de favoriser la sylviculture intensive, de faire le calcul de la possibilité forestière sur 100 ans au lieu de 150 ans, et d’opter pour une technique de protection du caribou forestier moins contraignante pour l’industrie, mais « aussi efficace ».