Opérations Forestières

En vedette Nouvelles Nouvelles de l’industrie Aménagement forestier Récolte
Régénération naturelle, un plus pour le climat


24 septembre 2020
Par Actualités UQAM

Sujets

Laisser les friches et les forêts se régénérer d’elles-mêmes devrait faire partie des mesures mises en place pour contrer le réchauffement climatique. C’est ce que révèle la méta-analyse «Mapping potential carbon capture from global natural forest regrowth», publiée le 23 septembre dans la revue Nature.

Menée par des scientifiques de l’organisme The Nature Conservancy, en collaboration avec le World Resources Institute et 18 autres partenaires, cette méta-analyse synthétise les résultats de 256 études. «Pour la première fois, nous proposons une cartographie à l’échelle de la planète, au kilomètre près, qui met en relief le potentiel de captation et de séquestration du dioxyde de carbone (CO2) des forêts qu’on a laissées repousser naturellement depuis 30 ans», explique le professeur du Département des sciences biologiques Alain Paquette, qui figure parmi les coauteurs.

L’article souligne que ce potentiel varie énormément d’un endroit à l’autre sur la planète – jusqu’à 100 fois – selon le climat, le sol et la topographie du lieu. Il indique également que les chiffres utilisés par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) sous-estiment d’environ 30 % la capacité de régénération des forêts. «Arrêter de perturber les écosystèmes pour laisser les friches repousser naturellement est un outil au potentiel encore plus élevé que ce que l’on croyait, affirme Alain Paquette, qui est également chercheur au Centre d’étude de la forêt (CEF). Or, la cartographie permet de cibler les forêts « les plus efficaces » pour capter et séquestrer le CO2 sans intervention humaine.»

Advertisment

Lire la suite