Opérations Forestières

Nouvelles Nouvelles de l’industrie
L’impact du secteur forestier dans l’économie du Canada


7 janvier 2021
Par Ressources naturelles Canada
Une grande partie du carbone contenu dans les écosystèmes forestiers (~60 %) est retenue dans le sol; très peu est émis pendant la récolte.

Le secteur forestier est un maillon important de l’économie canadienne et constitue une source de prospérité essentielle pour les personnes et les communautés d’un océan à l’autre.

  • Environ 205 000 personnes travaillent dans le secteur forestier (2018), dont près de 12 000 Autochtones (2016).
  • Le secteur forestier a généré plus de 1,9 milliard de dollars de revenus pour les gouvernements provinciaux et territoriaux en 2018.
  • Le secteur forestier a contribué pour plus de 23,7 milliards de dollars au produit intérieur brut nominal du Canada en 2019.
  • La valeur des exportations canadiennes de produits forestiers est d’environ 33 milliards de dollars (2019).

Les produits forestiers canadiens

Le secteur forestier traditionnel du Canada comprend la foresterie et l’exploitation forestière, la fabrication de pâtes et papiers et la fabrication des produits du bois. Le bois d’œuvre, les produits en bois massif ainsi que les pâtes et papiers représentent la majeure partie de la production et des exportations du secteur forestier canadien.

La demande croissante de produits non traditionnels, y compris un marché émergent pour les bioproduits et la fabrication à valeur ajoutée, a créé de nouvelles occasions qui permettent au secteur forestier de créer de la valeur et de faire progresser la transition du Canada vers une économie à faibles émissions de carbone en particulier.

Advertisement

Les produits forestiers canadiens dans un contexte international

Le Canada est un chef de file mondial dans la production de nombreux produits forestiers, y compris le bois d’œuvre résineux, la pâte de bois et les granules de bois. Le Canada exporte plus des deux tiers de ses produits forestiers, et les États-Unis sont notre principal partenaire en matière d’échanges commerciaux, représentant environ 68 % des exportations totales de produits forestiers du Canada en 2019. Cependant, les efforts de diversification des exportations ouvrent des débouchés dans d’autres marchés, notamment en Asie et en Europe. Le Canada continuera de tirer parti des nouveaux débouchés dans les marchés mondiaux et à l’échelle nationale pour veiller à ce que le secteur forestier demeure un moteur économique clé pour les personnes et les collectivités partout au pays.

Exportations du secteur forestier canadien par grande région (2019)

ind6 5janv21 2

Carte présentant la destination des exportations de produits forestiers du Canada en 2019, selon la valeur et la région. La valeur totale des exportations de produits forestiers du Canada vers toutes les destinations dépassait 33 milliards de dollars en 2019.
Les marchés d’exportation les plus importants du Canada selon la valeur en 2019 étaient les suivants : les États-Unis (22,4 milliards de dollars), la Chine (5,1 milliards de dollars), l’Asie de l’Est (2,2 milliards de dollars), l’Europe (1,1 milliard de dollars), l’Asie du Sud et du Sud-Est (0,9 milliard de dollars), l’Océanie et les îles du Pacifique (0,6 milliard de dollars), Amérique latine et Caraïbes (0,5 milliard de dollars) et l’Afrique et l’Asie de l’Ouest (0,2 milliard de dollars).

Tableau présentant la valeur des exportations de produits forestiers du Canada (en million de dollars) vers neuf régions mondiales et la totalité des exportations de produits forestiers du Canada en 2019.

ind6 5janv21 3

ind6 5janv21 4Bien que le secteur forestier ait représenté une part globale de l’économie canadienne inférieure à celle des autres grands secteurs des ressources en 2019, il demeure une importante source d’occasions économiques pour les personnes et les collectivités partout au Canada. Avec plus d’emplois par unité de production que les autres grands secteurs des ressources, le secteur forestier est particulièrement important dans les régions rurales et éloignées où peu d’autres industries opèrent.