Opérations Forestières

Nouvelles Nouvelles de l’industrie
Des possibilités pour le secteur forestier dans le budget fédéral


23 mars 2017
Par Association des produits forestiers du Canada

L’Association des produits forestiers Canada (APFC) voit certaines possibilités pour le secteur canadien des produits forestiers dans le budget fédéral présenté aujourd’hui.

Le budget déposé par le ministre des Finances, Bill Morneau, prévoit :

       1,8 milliard de dollars pour appuyer les technologies propres. Il est essentiel que le secteur des produits forestiers soit au cœur de la stratégie gouvernementale en matière de technologies propres. Ces investissements aideront notre industrie à mettre au point des produits écoresponsables dans les domaines des biocarburants et des biomatériaux, qui contribueront aussi à réduire le carbone dans l’atmosphère.

Advertisment

       40 millions de dollars sur 4 ans – à compter de l’an prochain – pour appuyer les projets visant à accroître l’usage du bois dans les bâtiments et les projets d’infrastructure. C’est un important programme qui favorise l’usage du bois canadien de source durable; comme le bois stocke le carbone, c’est une excellente façon de contrer les changements climatiques.

       5 milliards de dollars de la Banque de l’infrastructure du Canada pour améliorer les corridors de commerce et de transport. C’est important, car notre secteur dépend fortement d’infrastructures de transport fiables et d’un solide secteur d’exportation.

       1,8 milliard de dollars dans des programmes qui visent l’emploi pour les jeunes, des stages pour les étudiants de niveau postsecondaire, la formation pour les Autochtones ainsi que des mesures de perfectionnement des compétences. S’assurer que nous avons des employés disposant des compétences appropriées au bon moment est essentiel pour la prospérité future de notre industrie.

« Le budget d’aujourd’hui comporte des engagements importants en matière d’innovation. Nous devons maintenant travailler avec le gouvernement fédéral sur des aspects précis pour faire en sorte que notre secteur puisse profiter de ces investissements », indique Derek Nighbor, chef de la direction de l’APFC. « Il faut bien comprendre que comme bien d’autres secteurs commerciaux au Canada, nous ne sommes pas immunisés contre les possibles impacts économiques négatifs de l’incertitude commerciale au sud de la frontière. Nous avons besoin d’un partenariat solide et continu avec le gouvernement fédéral pour rester concurrentiels et continuer à donner de l’emploi aux 230 000 Canadiens qui vivent dans quelque 200 localités rurales et nordiques de tout le pays. »