Opérations Forestières

Nouvelles Nouvelles de l’industrie
Le CIFQ mise sur l’énergie et l’utilisation optimale de la forêt

Lors du Rendez-vous sur la forêt québécoise, le Conseil de l'industrie forestière du Québec (CIFQ) proposera d'adopter des stratégies d'aménagement forestier basées sur une vision de l'utilisation optimale de la forêt et d'utiliser les surplus d'énergie pour attirer des investissements.


28 octobre 2013
Par CIFQ

QUÉBEC – Lors du Rendez-vous sur la forêt québécoise, le Conseil de l’industrie forestière du Québec (CIFQ) proposera d’adopter des stratégies d’aménagement forestier basées sur une vision de l’utilisation optimale de la forêt et d’utiliser les surplus d’énergie pour attirer des investissement.

Le CIFQ rend public aujourd’hui son positionnement pour le Rendez-vous de la forêt québécoise du 21 et 22 novembre prochain, une vision développée en collaboration avec une cinquantaine de représentants de l’industrie forestière du Québec. Depuis l’entrée en vigueur de la Loi sur l’aménagement durable du territoire forestier, le 1er avril dernier, les inquiétudes de l’industrie se sont accrues considérablement, surtout en matière d’accès à la fibre, de coûts du bois, et d’environnement favorable à la transformation de l’industrie. C’est pourquoi ces enjeux sont au coeur du positionnement de notre secteur industriel et sont présentés dans un feuillet intitulé, Pour un avenir plus vert.

« À cet égard, le CIFQ est heureux de l’ouverture du gouvernement du Québec qui se dit prêt à profiter de ce Rendez-vous pour discuter de la mise en place de mesures susceptibles de développer un environnement propice au maintien de la compétitivité de nos entreprises, et ce, pour le mieux-être de l’ensemble des régions du Québec », a souligné M. André Tremblay, président-directeur général du CIFQ.

Advertisment

Lors du dévoilement de sa politique économique, le gouvernement a dit vouloir miser sur les surplus d’électricité d’Hydro-Québec pour créer des milliers d’emplois et relancer l’économie de la province. À l’instar de cette politique, le CIFQ propose d’utiliser ces mêmes surplus pour promouvoir notre développement. « Nous sommes d’avis que les surplus énergétiques vendus à un tarif réduit à de nouvelles entreprises afin d’attirer des investissements au Québec, pourraient également bénéficier aux entreprises existantes, afin qu’elles modernisent leurs usines et du même coup améliorent leur compétitivité », a tenu à ajouter M. Tremblay.

Le CIFQ propose également l’adoption de stratégies d’aménagement forestier basées sur une vision de l’utilisation optimale de la forêt. « La baisse de la possibilité forestière ne reflète pas l’état de santé de la forêt québécoise. Nous avons juste à penser au documentaire de l’Institut économique de Montréal (IEDM) stipulant que le couvert forestier québécois, qui s’étend sur 49,9 millions d’hectares, est sensiblement le même qu’en 1977. Voilà pourquoi nous proposons au gouvernement d’optimiser les volumes disponibles à la récolte pour assurer un approvisionnement durable en quantité et en qualité pour nos usines de transformation », a conclu M. Tremblay.

Finalement, comme le Québec est l’un des territoires les plus certifiés au monde, en termes de foresterie durable, le CIFQ propose que le gouvernement s’implique dans la promotion de nos pratiques à l’échelle internationale, afin de soutenir nos marchés.

La position complète du Conseil de l’industrie forestière du Québec est également disponible sur le site Internet du CIFQ au http://www.cifq.com/fr/rendez-vous-de-la-foret-quebecoise-2013 .