Opérations Forestières

Nouvelles de l’industrie Politiques
La mise aux enchères des bois, c’est parti!


11 mars 2013
Par Mario Gibeault

Le 11 janvier 2011, la création du Bureau de mise en marché des bois (BMMB) était officiellement annoncée par le gouvernement. Par le fait même, était lancé le Programme d’implantation du marché libre des bois (PIMLB) permettant au BMMB de vendre des secteurs d’intervention à l’enchère. Les premières ventes aux enchères dans le cadre de ce programme ont débuté quelques mois plus tard et, en juin 2012, les ventes officielles du nouveau régime forestier étaient annoncées. Depuis, le BMMB a vendu plus de 3,5 millions de m3 (Mm³) de bois via le processus d’enchères publiques.

Les résultats de ces premières ventes nous permettent déjà de tirer quelques conclusions sur les impacts positifs de l’introduction d’un marché libre des bois dans les forêts publiques.

Ouvrir l’accès à la ressource forestière
Dans le régime forestier qui prendra fin le 1er avril prochain, seuls les bénéficiaires de contrats d’approvisionnement et d’aménagement forestier (CAAF) ont accès à la ressource forestière située sur le territoire public québécois. De l’avis de tous, ce modèle d’attribution constitue un frein à l’innovation puisque certaines entreprises, oeuvrant dans des créneaux de valeur ajoutée ou dans des marchés en émergence ont difficilement accès à la ressource forestière. Par l’introduction d’un marché libre des bois, le gouvernement québécois souhaite ouvrir l’accès à la ressource forestière pour un plus grand nombre de joueurs possible, encourageant ainsi une utilisation plus optimale de cette ressource. Ainsi, 25 % des bois disponibles à la récolte seront maintenant vendus via enchères publiques auxquelles tous pourront participer. La balance des volumes (75 %) sera attribuée à des industriels par l’entremise des garanties d’approvisionnement (GA). Le nouveau régime forestier offre donc de nouvelles occasions d’affaires aux entrepreneurs, coopératives, groupements forestiers, etc. Finalement, les prix obtenus lors des enchères serviront à déterminer la valeur marchande des bois achetés par les bénéficiaires de GA, remplaçant ainsi les transactions effectuées en forêt privée comme base de référence.

Advertisment

Un marché libre pour générer plus de bénéfices
Jusqu’à maintenant, plus de 400 entreprises, coopératives, particuliers et autres se sont inscrits au registre des enchérisseurs du BMMB, ce qui démontre bien l’intérêt pour la mise aux enchères des bois. Il est intéressant de constater que plus du trois quarts des inscrits au registre n’avaient auparavant pas accès aux bois des forêts publiques et que près de la moitié des secteurs (46 %) ont été achetés par ces entreprises. Ces résultats démontrent la nouvelle dynamique implantée par l’ouverture des marchés, l’un des objectifs principaux de la mise en place du marché libre des bois. Du côté des ventes, 3,5 des 4,7 Mm3 mis sur le marché ont trouvé preneur, soit 75 % des volumes. Ces résultats sont très satisfaisants étant donné le fait que le Québec traversait, au moment de l’annonce des premières vagues de ventes, la pire crise forestière de son histoire. Les premiers résultats démontrent également que le marché libre encourage une utilisation plus efficiente des bois, qui sont dirigés vers les entreprises en mesure de la valoriser davantage et donc, de générer plus de bénéfices économiques à partir de la ressource forestière.

Efficacité et convivialité
Le BMMB s’est doté d’un site Web à la fine pointe de la technologie qu’il utilise pour afficher les secteurs de ventes sur lesquels les acheteurs peuvent soumissionner électroniquement. On y trouve également les résultats des ventes précédentes, une panoplie d’informations utiles concernant la mise en marché des bois et différentes études et analyses économiques. Le site du BMMB est constamment mis à jour dans une optique d’amélioration continue visant l’efficacité et la convivialité pour les utilisateurs. Des nouveautés sont donc à prévoir au cours des prochains mois. Le site peut être consulté à l’adresse suivante : https://bmmb.gouv.qc.ca/

Amélioration des conditions de marché
Au cours des derniers mois, le marché du bois d’œuvre a repris de la vigueur, entraîné par la reprise de la construction résidentielle aux États-Unis. L’amélioration des conditions de marché s’est s’ailleurs fait sentir à la fois dans les prix payés par les entreprises sur le marché libre et dans la proportion des volumes vendus. L’entrée en vigueur du nouveau régime forestier place donc le Québec en très bonne position pour profiter pleinement de la reprise du secteur forestier, et ce, au profit de l’ensemble des Québécois.    


Mario Gibeault
Directeur général du Bureau de mise en marché des bois