Opérations Forestières

En vedette Abattage Récolte
Une PME qui assure la totalité des opérations forestières

Produits forestiers Meshtuk, en Côte-Nord, a réussi à croître pendant la crise


20 février 2013
Par Myriam Gauthier

Sujets
Les camions de transport conçu expressément pour Star Express, des véhicules de marque Western Star, ont été fabriqués dans le but de maximiser leur capacité de transport et leur durabilité. L’entreprise possède 11 camions de transport, dont trois sont des autochargeurs.

Produits forestiers Meshtuk, en Haute-Côte-Nord, est l’une des rares entreprises forestières au Québec qui assure elle-même toutes les étapes des opérations fores-tières, de l’abattage à la livraison en scierie. C’est ainsi que la famille Savard a réussi à traverser la crise forestière et à s’affranchir de la dépendance des grandes compagnies.

« Au début des années 2000, je sentais qu’on n’avait pas d’indépendance et qu’on était à la merci des compagnies, laisse tomber le directeur général de Produits forestiers Meshtuk, Steve Savard. Quand une usine ferme et qu’on dépend d’elle, on perd tout. »

Tout a commencé en 2001, lorsque la famille Savard, de Charlevoix, forestiers de père en fils depuis plusieurs générations, a décidé de démarrer sa propre entreprise forestière. Richard Savard, et deux de ses fils, Dave et Steve, ont alors lancé Les Entreprises Savard. En quelques années, la famille a acheté plusieurs machines forestières de différentes marques qui se sont ajoutées aux quelques abatteuses forestières avec tête multifonctionnelle acquises lors des débuts de l’entreprise.

Advertisment

En 2005, Les Entreprises Savard ont pu élargir leur territoire de coupe en collaborant pendant deux saisons avec Produits forestiers Meshtuk, une PME locale de Port-Cartier. Deux ans plus tard, en 2007, la famille Savard a racheté Produits forestiers Meshtuk, lorsque ses quatre propriétaires ont décidé de prendre leur retraite.

Traverser la crise forestière
Cette nouvelle croissance a permis à la famille de développer rapidement son modèle clé en main des opérations forestières en continuant d’investir quelques millions de dollars chaque année pour l’achat de machinerie forestière. Ils s’approvisionnent chez différents équipementiers, selon les besoins et les nouvelles technologies développées.

La crise forestière venait pourtant d’éclater en avril 2005, et rien sur le marché ne laissait croire qu’une PME forestière pourrait profiter de cette période d’incertitude pour croître. La famille Savard n’a cependant pas eu le choix d’innover pour que leur entreprise survivre. Le modèle clé en main s’est presque imposé de lui-même pendant la crise.

« Pour passer à travers la crise forestière, nous n’avions pas le choix de faire la symbiose de nos opérations forestières, de rassembler nos forces, et de nous spécialiser comme chantier satellite, indique Steve Savard. On voyait qu’on ne pouvait pas s’en sortir en ayant que les multifonctionnelles. Au final, on a vu venir les choses un an avant tout le monde. »

Avec le recul, le directeur général estime que trois éléments ont été essentiels pour traverser la crise et maintenir Produits forestiers Meshtuk à flot: « Ça prend de bons équipements, de bons employés, et une bonne gestion financière ».

Même si la famille Savard a su tirer son épingle du jeu, la crise forestière n’a pas pour autant été une période facile à traverser. « On a beaucoup travaillé, ajoute-t-il. Les semaines étaient longues et les journées avaient souvent plus de 12 heures de travail. »

Propriétaire à 100 % des équipements
Selon les saisons, Produits forestiers Meshtuk gère maintenant des chantiers mixtes, toujours en Haute-Côte-Nord, dans les secteurs de Sacré-Coeur, des Escoumins, de Forestville et de Port-Cartier.

L’entreprise, qui compte au total quelque 75 employés, coupe 250 000 m3 de bois chaque année, en épinette, en boulot et en tremble. L’épinette est transportée jusqu’à la scierie de Boisaco, à Sacré-Coeur, tandis que le tremble est acheminé à Grandes-Bergeronnes, chez Bersaco. Le bouleau, quant à lui, prend la direction de la scierie des Entreprises Ushkuai, à Longue Rive, située à quelque 40 kilomètres à l’intérieur des terres.

Chaque contrat reçu est géré par Produits forestiers Meshtuk, qui partage ensuite les opérations et la machinerie avec Les Entreprises Savard. « Ce sont deux entreprises distinctes, mais l’une ne va pas sans l’autre », précise M. Savard, rencontré par Opérations forestières et de scierie à ses bureaux de Sacré-Coeur.

Les deux entreprises possèdent quelque 40 machines forestières à elles. Il s’agit d’un nombre peu courant dans le monde des entrepreneurs forestiers. « Disons que les différents équipementiers connaissent notre nom, lance Steve Savard en souriant. Souvent, les entrepreneurs généraux en foresterie font affaire avec plusieurs sous-traitants pour réaliser leurs contrats, mais peu possèdent 100 % de leurs équipements. »

Il est aussi essentiel pour le directeur général d’acheter de la machinerie neuve et de renouveler ses équipements pour que son entreprise demeure compétitive et productive. « Pour être rentable en 2012, il faut avoir 90 % d’équipements neufs », soutient l’entrepreneur.

Maximiser les profits
Une fois le contrat signé, la machinerie se met en branle pour préparer le chantier de coupe. Les contremaîtres supervisent la construction des chemins forestiers, le nivelage ainsi que le gravelage. Les fardiers transportent la machinerie lourde sur place, et l’abattage peut ensuite débuter.

Les multifonctionnelles de Produits forestiers Meshtuk sont toutes équipées de tête d’abattage Waratah HTH616, qui s’adaptent facilement au diamètre des différentes essences d’arbres coupées dans les chantiers mixtes. Le bois est ensuite chargé sur des camions et transporté vers les différentes scieries clientes.

La gestion de 100 % des opérations par une seule et même administration permet à la famille Savard de faire d’importantes économies d’échelle. « Quand on fait juste affaire avec des sous-traitants, on perd des profits à chaque étape, mentionne Steve Savard. Plus on est gros, moins on perd d’argent, et plus c’est facile de diriger les équipes, car on a plus de flexibilité. » Cette flexibilité permet à Produits forestiers Meshtuk de réaliser rapidement des contrats, sans avoir à multiplier les ententes et les démarches administratives. L’entreprise parvient aussi plus facilement à effectuer le suivi de qualité de sa production pour répondre aux critères des scieries en ayant le contrôle sur chacune de ses opérations forestières.

Le directeur général de Boisaco, Steeve St-Gelais, se fie souvent à Produits forestiers Meshtuk pour assurer la réalisation de contrats qui doivent être exécutés dans de brefs délais. « Si j’ai un volume de bois qui se libère, par exemple, je sais qu’ils seront rapidement capables de le prendre, explique M. St-Gelais. Puisqu’ils possèdent tous leurs équipements, cela leur permet d’être efficaces et plus flexibles pour se déplacer sur de nouveaux chantiers. »

Il demeure toutefois important pour Boisaco de diversifier ses partenaires d’affaires. Les opérations forestières de l’entreprise sont effectuées à parties presque égales par des entrepreneurs généraux et par les travailleurs de la Coopérative des travailleurs forestiers de Sainte-Marguerite (COFOR), l’une des coopératives actionnaires de Boisaco. « On peut ainsi comparer les niveaux de performance de chacun des modèles d’affaires et profiter de cette interrelation pour améliorer les façons de faire des deux côtés », ajoute Steeve St-Gelais.

Star Express
En juillet 2011, les propriétaires de Produits forestiers Meshtuk ont décidé de fonder une nouvelle compagnie pour assurer le transport du bois vers les scieries. « Ça nous permettait de boucler la boucle, indique Steve Savard. On y est allé progressivement en achetant les machines forestières pour nos opérations, et il ne nous restait plus qu’à assurer nous-mêmes notre transport. »

Star Express est soutenue par trois actionnaires: Les Entreprises Savard, Martin Bouchard, président des Entreprises Ushkuai et Claude Guérin, propriétaire du Centre du camion Côte-Nord. Star Express tient son nom de la marque des camions que l’entreprise utilise exclusivement, des Western Star.

Lors des premières années suivant le rachat de Produits forestiers Meshtuk, les Savard faisaient affaire avec des particuliers qui possédaient leur propre camion forestier. « Avec la crise, il y a eu une rareté de camions, explique Steve Savard. On était assujettis aux artisans transporteurs. On devait s’assurer que notre bois se rende aux scieries. Ça prend environ un mois et demi entre l’abattage et la livraison, et parfois la disponibilité des camions était difficile à prévoir. »

La famille Savard a profité de la synergie créée avec l’un des actionnaires, le Centre du camion Côte-Nord, pour concevoir des camions forestiers faits sur mesure. Steve Savard et Claude Guérin ont conçu des camions qui répondent aux besoins de transport de Produits forestiers Meshtuk.

« Nous voulions maximiser le chargement et avoir des camions résistants, mentionne Steve Savard. Tout cela nous permet encore une fois de maximiser nos revenus. » Quelques mois après le démarrage de Star Express, un premier camion fait sur mesure était prêt à prendre la route. Star Express possède maintenant 11 camions faisant du pavé et du hors-route, dont trois sont des autochargeurs.

Les camions de Star Express effectuent donc toutes les livraisons de bois de Produits forestiers Meshtuk et celles des Entreprises Ushkuai, aussi actionnaire de la compagnie de transport forestier. Le Centre du camion Côte-Nord assure aussi l’entretien des camions, ce qui permet à Produits forestiers Meshtuk et aux Entreprises Ushkuai de réaliser des économies d’échelle.

En outre, les deux entreprises peuvent maintenant adapter la construction de leurs chemins forestiers aux poids lourds qui la parcourent. « Puisqu’on connaît exactement le poids de nos camions et leur largeur, on construit les chemins en conséquence, sans en faire trop, ni pas assez », indique M. Savard.

Après avoir traversé la période la plus difficile de la crise forestière et avoir réussi à développer et à consolider son modèle clé en main, la famille Savard a plusieurs projets d’expansion qui devraient se concrétiser si la lente reprise du prix du bois continue.