Les arbres qui cachent la forêt

Le Devoir
Avril 04, 2019
Écrit par Le Devoir
En 2010, les espoirs étaient grands en instituant un régime forestier visant à gérer la forêt « comme un tout », maintenant la biodiversité et la viabilité des écosystèmes. Malgré les progrès substantiels des dernières années, le modèle forestier demeure toujours celui d’approvisionner en bois l’industrie forestière. Les autres valeurs sont souvent considérées comme étant des « contraintes » à prendre en compte tout en minimisant leur impact sur le bois. Les engagements formulés par les décideurs ne semblent pas toujours se matérialiser de manière probante. Il y a lieu d’être préoccupé, car les risques de retour du balancier sont bien réels.

Ces lacunes se manifestent par les difficultés à traiter adéquatement d’enjeux importants. Ceux-ci concernent, par exemple, la protection de l’habitat du caribou forestier, le parachèvement du réseau d’aires protégées, le consentement des communautés autochtones, l’harmonisation des usages bois — faune - villégiature - récréotourisme ou l’instauration de forêts communautaires.

Tout récemment, la Coalition pour la préservation du Mont-Kaaikop, dans les Laurentides, témoignait son exaspération, après six ans de revendications, à faire reconnaître et à protéger les multiples valeurs associées à ce territoire convoité pour l’exploitation du bois. Dans une optique d’aménagement durable, ce regroupement soulignait l’importance de recourir à une approche de développement territorial plutôt que sectoriel (bois) en considérant l’ensemble des biens et services fournis par la forêt.

Lire la suite

Centre d'abonnement

 
Nouvel abonnement
 
Vous êtes déjà abonné?
 
Service à la clientèle
 
Voir Digital Magazine Renouvellement

Les plus populaires

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience sur notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Pour en savoir plus, lisez notre politique de confidentialité.