Opérations Forestières

En vedette Équipement Récolte
Foresterie maritime

Transporter du bois par voie maritime comporte son lot de défis.


25 novembre 2015
Par Guillaume Roy


Sujets

Depuis deux ans, Foresterie GDS récolte du bois sur l’île d’Anticosti pour stabiliser leur approvisionnement afin de fournir leurs usines de sciage en Gaspésie qui consomment 600 000 m3 au total. Après une première année d’essai, l’entreprise a récolté 75 000 m3 cet été sur Anticosti, qui est acheminée principalement à l’usine de Grande-Vallée.

 « La récolte sur Anticosti comporte plusieurs contraintes dont la période de récolte et le transport », lance Robert Belzile, vice-président aux approvisionnements pour foresterie GDS. Compte tenu des conditions climatiques, la récolte n’est possible que de la mi-mai à la mi-septembre, car tout le bois qui sort doit être acheminé sur une barge entre Port-Meunier et Grande-Vallée, près de 75 km plus loin. Traverser en plein milieu du golfe du St-Laurent est toutefois un énorme défi. C’est pourquoi le transport s’arrête avant les tempêtes automnales. « La météo peut faire augmenter les coûts de 10 à 20% dans un été », mentionne Steeve Leblanc, directeur de la foresterie. Et comme la barge est louée pour la saison, les frais fixes doivent être payés même si la barge doit rester au quai.

M. Belzile ajoute qu’il faut aussi trouver des entrepreneurs forestiers qui veulent aller travailler sur une île pour des 10 jours de travail suivi de quatre jours de congé. Plus ou moins isolés, ils doivent aussi être en mesure de se dépanner, peu importe les bris qui surviennent… en attendant la venue du prochain bateau.

Advertisment

Un fois sur place, la récolte se fait comme partout ailleurs, mais le défi logistique est de récolter assez de volume pour remplir la barge dès qu’elle arrive. « Il ne faut pas faire attendre la barge, car ça fait augmenter le coût du bois », soutient M. Belzile.

À l’été 2014, Foresterie GDS travaillait avec deux vieilles chargeuses désuètes qui faisaient perdre beaucoup trop de temps au chargement. Pour maximiser la vitesse des opérations, Foresterie GDS était à la recherche d’équipement qui avait une bonne capacité de déplacement et un bomme assez long pour charger le bois du camion directement dans la barge. C’est pourquoi l’entreprise a investi dans une pelle pour manutention Cat 330D MH, qui pouvait à elle seule remplacer les deux vieilles chargeuses. La clé : un mat de 52 pieds qui permet de rester sur la barge en tout temps pour faire les opérations de chargement et de déchargement.

« Nous avons réduit en moyenne de 15h le temps total d’un voyage, affirme Steeve Leblanc. Nous avons eu d’énormes gains de productivité, car on a eu presque aucun temps improductif. » Étant donné que le coût de la fibre est le même qu’ailleurs au Québec, la logistique de transport doit être maximisée pour rendre l’opération rentable. Avec cet investissement, il faut compter de 28 à 30 heures pour faire le chargement (ou le déchargement) de 4500 m3 de bois qui entrent sur la barge. Puis, il faut compter dix heures de transport en mer. Au total, un voyage prend donc près de trois jours… si les conditions le permettent.

Après une première année « onéreuse », les coûts ont été beaucoup mieux contrôlés à la deuxième année de récolte sur Anticosti, mais la récolte sur l’île n’est pas assurée pour les années à venir. « On regarde cet approvisionnement d’année en année. Ça nous prend de bons prix pour justifier la récolte sur l’île », soutient M. Leblanc. L’expérience acquise au cours des deux dernières années a toutefois permis d’acquérir une expertise sur la récolte maritime. Un atout dans un contexte où l’approvisionnement en fibre est limité.

Plus connue dans l’industrie de la construction, la Cat 330D MH est utilisée depuis peu par l’industrie forestière pour faire le déchargement de bois long, note Pierre Ross, représentant des ventes pour Hewitt. Selon ce dernier, cette machine a du potentiel pour percer dans le nord du Québec où l’on récolte le bois en longueur.

Groupe de scierie GDS en bref
Foresterie GDS fait partie du Groupe de Scieries GDS, une des plus importantes entreprises familiales œuvrant dans la transformation de produits forestiers du Bas St-Laurent et de la Gaspésie. Plus de 400 emplois directs et indirects sont créés par cette entreprise dont le siège social et le centre administratif sont situés à Dégelis au Témiscouata. Le Groupe de scierie GDS regroupe cinq usines dont les approvisionnements totalisent plus de 500 000 m3 de bois rond dont une majeure partie provient des terres publiques garanties par des CAAF et environ dix pour cent de ce volume proviennent des forêts privées.

L’entreprise œuvre dans plusieurs domaines d’activités soit l’exploitation forestière, le sciage de bois d’œuvre brut et les produits connexes à cette activité, la préparation de bois d’œuvre, la seconde transformation de bois pour la fabrication de produits spéciaux ainsi que la vente de tous ses produits. La production annuelle de bois d’œuvre du Groupe de Scieries G.D.S. inc. est de plus de 100 millions de pmp et ce, toutes catégories et essences confondues. La mise en marché de tous ces produits, elle est assurée par la division Promobois G.D.S. inc. située à Dégelis.