Opérations Forestières

En vedette Refaçonnage de bois Reportages sur des opérations
Des bâtiments en bois de 6 étages en Ontario


24 septembre 2014
Par Association des produits forestiers du Canada

Sujets

Le gouvernement ontarien permettra la construction d’édifices à ossature de bois jusqu’à six étages.

La province a annoncé qu’elle modifierait son code du bâtiment pour faire passer la hauteur autorisée pour les édifices en bois de quatre à six étages, ce qui correspond à ce qui est déjà permis en Colombie-Britannique et est proposé pour le Code national du bâtiment.

« Les progrès technologiques nous permettent de construire des édifices de moyenne hauteur en bois qui sont sécuritaires, résistants et évolués », explique le président et chef de la direction de l’APFC, David Lindsay. « Nous sommes heureux de cette décision, car elle profitera à l’industrie des produits forestiers et procurera plus d’emplois de qualité dans le secteur dans le nord de l’Ontario et ailleurs au Canada. »

Advertisment

Cette décision a été prise après une période de consultation publique. Les changements reflètent les améliorations dans la science de la construction en bois et dans l’utilisation des systèmes de gicleurs qui rendent les bâtiments en bois aussi sécuritaires que ceux qui sont faits d’autres matériaux. Les nouvelles règles entreront en vigueur le 1er janvier.

En plus de leur grande sécurité, les bâtiments à ossature de bois sont moins coûteux que les édifices faits d’autres matériaux et prennent moins de temps à construire. En outre, le bois est un matériau renouvelable et respectueux de l’environnement qui a une valeur esthétique certaine.

« Cette mesure donnera une option supplémentaire aux constructeurs et aux architectes. Elle aidera aussi les municipalités qui cherchent à accroître la densité et à combler les espaces vacants », selon M. Lindsay. « Les édifices en bois plus hauts sont réellement la voie de l’avenir. »

L’APFC offre une voix, au Canada et à l’étranger, aux producteurs canadiens de bois, de pâte et de papier pour les questions touchant le gouvernement, le commerce et l’environnement. L’industrie des produits forestiers, dont le chiffre d’affaires atteint 58 milliards de dollars par année et qui représente 2 % du PIB du Canada, est l’un des plus gros employeurs du pays, a des activités dans des centaines de collectivités et procure 235 000 emplois directs d’un océan à l’autre.