Opérations Forestières

Nouvelles Nouvelles de l’industrie
De plus en plus de feuillus au Saguenay-Lac-Saint-Jean


19 septembre 2018
Par Le Quotidien
Junior Tremblay

Les changements climatiques pourraient avoir un impact significatif, d’ici 2100, dans la forêt boréale québécoise, alors que les grands peuplements d’épinettes et de sapins risquent de diminuer de façon importante pour faire place aux forêts de feuillus.

Il s’agit des conclusions qui se dégagent des projections de modélisation par le biologiste Junior Tremblay, chercheur scientifique – Oiseaux & écosystèmes boréaux à la Direction générale des sciences et de la technologie d’Environnement et Changement climatique Canada. Il s’agit de conclusions qui attirent l’attention puisque ce changement signifierait une transformation majeure de la base économique de l’industrie forestière québécoise qui s’alimente principalement d’essences de résineux.

Le chercheur, détenteur d’un doctorat de l’UQAC sur le pic à dos noir, a utilisé cet oiseau pour vérifier les effets des changements climatiques à court et moyen terme. Ce qui lui a permis de tirer de grandes lignes. « Ce ne sont pas des faits, mais bien de grandes probabilités que nous avons tiré des simulations », précise le chercheur.

Advertisment

Le grand intérêt de ces conclusions concerne les mesures à mettre en place pour minimiser les impacts des changements climatiques sur la pérennité des grandes forêts de conifères d’ici 2100 avec une augmentation de la température en forêt boréale de 2,5 à 3 degrés en 2060 dans la forêt du Lac-Saint-Jean. L’aménagement forestier est, selon Junior Tremblay, une piste de solution à évaluer sérieusement et très rapidement pour contrer ces impacts.

Lire la suite