Opérations Forestières

Nouvelles Nouvelles de l’industrie Équipement Récolte
Croissance annuelle moyenne de 5,7% des coûts d’opération de la machinerie lourde


27 janvier 2022
Par Louis Dupuis, économiste, consultant et associé chez S. Guy Gauthier Évaluateur Inc.

Sujets

Les Publications du Québec viennent de sortir leur guide annuel du : TAUX DE LOCATION DE MACHINERIE LOURDE AVEC OPÉRATEUR ET ÉQUIPEMENTS DIVERS, édition en vigueur le 1er AVRIL 2022.

Considérant que les experts de la Direction générale des acquisitions intersectorielles du Centre d’acquisitions gouvernementales, évaluent un ensemble de facteurs afin d’établir le taux de location horaire de différents équipements, l’analyse des fluctuations des taux d’une année à l’autre se veut un excellent outil pour connaître les variations annuelles des coûts d’opérations.

En effet, les experts du gouvernement tiennent compte des éléments suivantes dans l’établissement des taux de location : le prix de la machinerie, les heures annuelles d’utilisation, la valeur résiduel, les coûts des réparations & l’entretien, la consommation de carburant et de lubrifiant, les coûts du carburant, des lubrifiants, des filtres, la dépréciation, les coûts des assurances, permis, taxes, les frais de financement, les salaires horaires, les D.A.S., les indemnités de vacances, les coûts d’administration, etc.

Advertisement

Ainsi, nous avons procédé à une analyse comparative des taux de location horaire d’un panier d’équipements les plus populaires, et les plus récents, de chacune des dix (10) grandes catégories de machinerie répertoriées dans l’édition 2022, avec les mêmes comparables de l’édition 2021.

Il en ressort une augmentation annuelle moyenne des coûts d’opération, dans la dernière année, de 5.7%.  La catégorie avec la plus forte croissance à 7.1%, revient aux excavatrices sur chenilles (code 1320), et celle avec la plus faible majoration à 4.1%, aux chargeuses sur chenilles (code 0507).

En somme, la hausse des coûts horaires d’opération pour la machinerie lourde en 2021, de 5.7%, aura été plus élevée que l’augmentation de l’Indice des prix à la consommation (IPC) de 3.4%, en 2021, au Canada, et même de celle de 3.8%, pour le Québec.