Opérations Forestières

Nouvelles Nouvelles de l’industrie
Conflit du bois d’œuvre – Une décision qui fait abstraction de la réalité


13 décembre 2017
Par CIFQ

Le président-directeur général du Conseil de l’industrie forestière du Québec (CIFQ), M. Denis Lebel, estime que les commissaires de la Commission américaine internationale pour le commerce (US International Trade Commission) ont fait fausse route en se rangeant derrière les arguments de la Coalition américaine du bois d’œuvre à l’effet que les exportations canadiennes lui portent préjudice.

« Nous sommes consternés par cette décision qui fait totalement abstraction de la réalité. Comment peut-on parler de préjudice alors que les compagnies américaines n’ont jamais été aussi rentables et qu’elles ne parviennent pas à répondre à la demande du marché américain ? Cette position deviendra rapidement impossible à défendre dans le contexte actuel », a déclaré M. Lebel.

Rappelons que cette décision survient après que Washington ait diminué légèrement les tarifs à la frontière imposés plus tôt cette année sur les exportations canadiennes. Ces tarifs ont provoqué une hausse des prix du bois de sciage et, par le fait même, une hausse des coûts pour la construction d’une maison aux États-Unis. Le 28 novembre, le Canada a annoncé qu’il allait porter le conflit entourant le bois d’œuvre devant l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

Advertisment

La détermination de préjudice est une première dans l’histoire des litiges. Une détermination de « menace de préjudice » aurait à tout le moins permis aux compagnies canadiennes de recevoir les sommes payées jusqu’ici depuis le mois d’avril 2017.

« C’est la cinquième fois que les États-Unis et le Canada s’affrontent sur ce point et le Canada a toujours gagné. Nous sommes engagés à faire reconnaître le nouveau régime forestier québécois, mis en œuvre en 2013 et répondant aux préoccupations exprimées depuis plusieurs années par la partie américaine. Nous allons continuer à nous battre pour un libre accès au marché américain pour nos produits », de conclure Denis Lebel.