Fiasco de Bioénergie AE Côte-Nord à Port-Cartier : Québec doit intervenir urgemment

Groupe Industries Fournier
Juillet 04, 2019
Écrit par Groupe Industries Fournier
Dans une lettre transmise aujourd'hui au ministre de l'Économie et de l'Innovation, le président et chef de la direction de Groupe Industries Fournier inc., Harold Roy, demande à Québec d'intervenir urgemment dans le dossier BioÉnergie AE Côte-Nord Canada inc. à Port-Cartier afin que le Groupe Rémabec/Arbec et son actionnaire Jolina Capital inc (Groupe Saputo), qui ont reçu 77 millions $ en subventions, paient immédiatement et en totalité les fournisseurs et employés syndiqués qui ont œuvré de bonne foi à la construction de leur usine et qui attendent leur dû depuis plus d'un an.

« Il est inacceptable, je dis bien inacceptable, que les promoteurs refusent de payer en totalité leurs fournisseurs pour des dépassements de coûts dont ils sont responsables et qui n'atteignent pas 10% de l'ensemble du projet. Ce faisant, ils mettent en péril l'ensemble de la filière de bio-carburant forestier au Québec, les 77 M$ de fonds publics investis par les deux paliers de gouvernement de même que les emplois à Port-Cartier », de déclarer M. Roy.

Ce projet d'usine de biocarburant lancé en 2016 et visant à valoriser les résidus forestiers pour en faire du carburant a obtenu une injection massive d'environ 77 M$ de fonds publics de la part d'Investissement Québec et de Ressources Naturelles Canada. Depuis la complétion de l'usine en juillet 2018, les promoteurs refusent d'acquitter les fournisseurs en raison de dépassements de coûts de moins de 10% dont ils reconnaissent la responsabilité. 

« Ce qui devait être un jalon de développement économique se transforme peu à peu en outil de destruction de la richesse. Pour nous, une entreprise de 400 employés de Chaudière-Appalaches, ces pertes et ce manque à gagner viennent gruger notre croissance, entraîner des coûts légaux énorme ainsi qu'un gaspillage futile de temps et de ressources dont on a que faire », de souligner M. Roy.

Plus d'un an après la complétion des travaux de construction de l'usine BioÉnergie AE à Port-Cartier, les promoteurs n'ont pas encore payé en totalité les fournisseurs et employés syndiqués dont le plus important est Industries Fournier à qui l'on doit une somme de plus de 5,6 millions $ plus intérêts et dépens. Pourtant, les promoteurs financent présentement l'usine qui fonctionne en mode rodage et défraient les salaires d'une trentaine d'employés pour maintenir les opérations. 

En réaction à cette situation odieuse et ce comportement inadmissible de ''mauvais payeur'' pour des entreprises de cette envergure et l'inaction face à ses demandes, Groupe Industries Fournier inc. a été dans l'obligation d'intenter des procédures judiciaires impliquants les propriétaires et son partenaire Envergent ainsi que l'entrepreneur général A.X.C Construction inc. Des hypothèques légales ont aussi été enregistrées sur l'usine afin de protéger sa créance.

« Si rien n'est fait, nous n'aurons d'autre choix à terme que d'aller démanteler l'usine et vendre le métal au recyclage. C'est là qu'on en est. Je doute fort qu'il s'agisse de la vision de Québec pour cette filière, alors qu'il songe à augmenter l'utilisation du bio-carburant », de conclure M. Roy.

Centre d'abonnement

 
Nouvel abonnement
 
Vous êtes déjà abonné?
 
Service à la clientèle
 
Voir Digital Magazine Renouvellement

Les plus populaires

Communication intelligente par satellite pour les gens et les actifs
Compte tenu de la concurrence qui prévaut dans le marché d’aujourd’hui hyper-connecté et alimenté pa...

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience sur notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Pour en savoir plus, lisez notre politique de confidentialité.