Opérations Forestières

Nouvelles Nouvelles de l’industrie
Papier : droits antidumping injustifiés selon Québec


14 mars 2018
Par Gouvernement du Québec

Le gouvernement du Québec estime injustifiée la décision du Département du commerce des États-Unis (DOC) d’imposer des droits préliminaires antidumping sur les importations en provenance du Canada et du Québec de papier non couché à base de pâte thermomécanique, tel que le papier journal et les papiers d’impression. Les taux des droits préliminaires antidumping annoncés s’élèvent à :

Ces tarifs s’ajoutent aux droits compensateurs préliminaires confirmés le 9 janvier 2018 :

Advertisment

La vice-première ministre, ministre de l’Économie, de la Science et de l’Innovation et ministre responsable de la Stratégie numérique, Mme Dominique Anglade, et le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, ministre responsable de la région de l’Abitibi?Témiscamingue et ministre responsable de la région du Nord-du-Québec, M. Luc Blanchette, jugent ces droits antidumping et compensateurs préliminaires déraisonnables.

Citations :

« Encore une fois, le Département du commerce rend une décision déraisonnable et injustifiée à l’endroit du Québec. Ces tarifs douaniers préliminaires menacent grandement la santé financière de notre industrie, puisque le Québec génère environ 50 % des exportations canadiennes de ces types de papier vers les États?Unis. Nous ne ménagerons aucun effort, de concert avec le gouvernement fédéral et nos partenaires, pour défendre notre industrie et ses travailleurs. Nous allons démontrer que ces droits sont sans fondement devant le DOC et, si nécessaire, devant les instances internationales comme celles prévues à l’Accord de libre-échange nord-américain et à l’Organisation mondiale du commerce. »
Dominique Angladevice-première ministre, ministre de l’Économie, de la Science et de l’Innovation et ministre responsable de la Stratégie numérique

« L’industrie des pâtes et papiers est un secteur stratégique de notre économie et le Québec doit préserver sa compétitivité. C’est pourquoi nous devons prendre des mesures pour défendre et soutenir les entreprises concernées, en concertation avec le gouvernement fédéral. Nous devons le faire pour les travailleurs de l’industrie, leurs familles, les communautés et l’essor de nos régions.»
Luc Blanchetteministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, ministre responsable de la région de l’Abitibi-Témiscamingue et ministre responsable de la région du Nord-du-Québec

Faits saillants :

  • – Le 10 août 2017, l’entreprise américaine North Pacific Paper Company (NORPAC) a déposé une plainte visant l’industrie canadienne du papier auprès du DOC. NORPAC souhaitait l’imposition de droits compensateurs et antidumping sur le papier non couché mécanique importé du Canada.
  • – NORPAC a fait valoir que les papetières canadiennes sont soutenues par les gouvernements et vendent leurs produits aux États-Unis à un prix inférieur à la valeur du marché. À cet effet, le DOC a donc lancé une enquête le 30 août 2017.
  • – Quatre entreprises représentent l’industrie canadienne dans l’enquête en droits compensateurs, soit Produits forestiers Résolu, Kruger, Papiers White Birch et Catalyst Paper Corporation. Trois entreprises représentent l’industrie canadienne dans l’enquête en droits antidumping, Résolu, White Birch et Catalyst.
  • – Les déterminations finales en droits compensateurs et antidumping sont attendues le 2 août 2018.
  • – Les usines produisant les papiers visés par la pétition de NORPAC sont
  • – Produits forestiers Résolu (Alma, Amos, Baie-Comeau, Clermont et Gatineau), Kruger (Bromptonville et Trois-Rivières) et Papiers White Birch (Gatineau, Québec et Rivière-du-Loup).
  • – Les entreprises qui se voient imposer des taxes à l’exportation pourraient bénéficier de prêts et de garanties de prêt dans le cadre du programme ESSOR.
  • – Le Canada est le plus important exportateur de papier journal dans le monde. La valeur des exportations québécoises de papier non couché mécanique à destination des États-Unis s’élève environ à 1 G$ par année.
  • – Le mandat de M. Raymond Chrétien, négociateur en chef du Québec dans le dossier du bois d’œuvre résineux, a été élargi afin d’inclure ce litige.