Opérations Forestières

Nouvelles Nouvelles de l’industrie
Difficile de trouver des employés en temps de pandémie


28 janvier 2021
Par Stéphane Tremblay, Initiative de journalisme local, Macotenord.com

Une entreprise forestière de Baie-Comeau ne parvient pas à trouver des employés touchant un salaire de 1200$ net par semaine, logés et nourris. Le propriétaire utilise les médias sociaux pour trouver la perle rare.

« J’ai fait le tour de mes contacts et ma liste est vide. Les gens qui peuvent travailler ont déjà un boulot et les autres sont sur la PCU », mentionne le propriétaire de Foresterie Jonathan Simard, lui qui dispose de la grosse machinerie comme des abatteuses, des transporteurs et des excavatrices.

Les employés recherchés sont des opérateurs forestiers qui viendraient se joindre à une équipe déjà en place. « Nous avons eu un contrat imprévu de déboisement des lignes à Baie-Comeau d’une durée de 9 mois et une fois terminé les gars qui feront l’affaire, resteront avec nous. Ce n’est pas la job qui manque surtout que la majorité des travaux en forêt sont considérés comme service essentiel. »

Advertisement

Devant la pénurie de main-d’œuvre, M. Simard n’a eu d’autres choix que de recruter des employés provenant de l’extérieur. « Ce n’est pas facile faire venir un travailleur d’une autre région du Québec, car on doit aménager les logements d’une façon particulière et on doit installer de nouvelles mesures de protection lors des repas afin de s’assurer de respecter les mesures imposées par la Santé publique. »

Jonathan Simard n’est pas seul dans sa situation. Nombreuses sont les entreprises de tous les secteurs qui doivent carrément refuser des contrats par manque de bras.

Notons que plus de 7 millions de Canadiens ont eu recours à la Prestation canadienne d’urgence (PCU) qui offrait 2000$ par mois et qui a été remplacée depuis par la Prestation canadienne de la relance économique (PCRE) qui, elle, octroie 500$ par semaine.