Opérations Forestières

En vedette Marchés Nouvelles Nouvelles de l’industrie
COVID-19 : L’industrie forestière tourne au ralenti, même si elle est essentielle


25 mars 2020
Par Guillaume Roy

Même si le gouvernement du Québec a reconnu l’industrie forestière comme étant essentielle, les activités de sciage tourneront au minimum au cours des prochaines semaines pour minimiser la propagation de la COVID-19, alors que quelques milliers de travailleurs ont été mis à pied temporairement.

Produits forestiers Résolu a mis a à pied 665 travailleurs dans ses usines de pâtes et papier et dans ses usines de bois d’ingénierie. Rémabec maintiendra les activités de sciage d’Arbec au minimum, licenciant au passage près de 700 travailleurs. Même son de cloche du côté de Chantier Chibougamau qui ferme ses deux usines de sciage et met un arrêt à la construction de son usine Nordic Kraft à Lebel-sur-Quévillon. Plus de 80% des 1100 employés sont déjà touchés par cette mesure.

« On doit agir pour faire tout ce qu’on peut pour éviter les cas de contamination à nos employés et jusque dans nos communautés », souligne Frédéric Verreault, le directeur exécutif de Chantier Chibougamau, tout en ajoutant que l’entreprise demeure prête à relancer ses activités s’il manque de fibre pour produire les besoins essentiels à la population.

Advertisment

L’entreprise a pris cette décision, car elle considère qu’elle a la responsabilité de prendre soin de son monde, même si le gouvernement permet la poursuite des activités de toute l’industrie forestière.

Sylvain Carrier, le relationniste de presse du Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, souligne que « Le secteur des pâtes et papiers et celui de la production et approvisionnement d’énergie comme les granules de bois sont considérés comme une activité prioritaire. Les entreprises concernées doivent toutefois s’assurer que les mesures sanitaires recommandées par la Direction de la santé publique sont appliquées. Toutes les entreprises produisant des intrants ou des matières premières, incluant les opérations forestières et les producteurs de produits conjoints du sciage feuillus et résineux utilisés pour les activités, les services, les produits énumérés dans la liste des services et des activités prioritaires peuvent maintenir leurs activités en conséquence, en tenant compte des directives de la santé publique. À noter que les fournisseurs de ces entreprises peuvent également continuer d’opérer. »

Denis Lebel, le président directeur général du Conseil de l’industrie forestière du Québec, se réjouit que le gouvernement reconnaisse le secteur forestier comme étant essentiel.

Même son de cloche du côté de Karl Blackburn, le porte-parole de Produits forestiers Résolu. « C’est une bonne nouvelle que l’industrie est reconnue comme étant essentielle, mais nous avons tout de même décidé de réduire nos activités pour éviter la propagation du virus », dit-il, tout en ajoutant qu’aucun cas n’a été décelé chez les employés de PFR. Ainsi, les usines de papier de Dolbeau-Mistassini, de Baie-Comeau et la machine no.9 d’Alma seront à l’arrêt pour quelques semaines, ainsi que les usines de bois d’ingénierie de Saint-Prime, de Larouche et de Château-Richer. Au total, 665 employés sont touchés.

Arbec a aussi décidé de fermer ses sept scieries, situées à l’Ascension-de-Notre-Seigneur, Dolbeau, Port-Cartier, Saint-Séverin, Parent, Trois-Rivières et Saint-Roch. « Cette décision s’avère nécessaire et responsable dans le contexte alors que les autorités gouvernementales demandent à tous de se limiter aux services essentiels, explique le président et chef des opérations du Groupe Rémabec, Réjean Paré.   Nous mettons fin à nos opérations de sciage, mais nous maintiendrons les opérations minimales afin de préserver nos actifs et respecter nos engagements. » La situation sera réévaluée de semaine en semaine.


Imprimer cette page

À propos

Mots clés




2 Comments » for COVID-19 : L’industrie forestière tourne au ralenti, même si elle est essentielle
  1. Hélène Desgranges dit :

    Bonjour, serait-ce possible d’avoir un portrait de la situation de l’industrie forestière dans certains secteurs en particuliers couverts par nos hebdos?
    Il s’agit en Outaouais, de la Vallée-de-la Gatineau, la petite Nation et le secteur Buckingham
    et dans les Laurentides, du secteur de Mont-Laurier, Tremblant, Ste-Agathe, Rivière-Rouge.

    Advenant que vous ne soyez pas la bonne entité pour répondre à ces questions mais que vous pouvez me référer, ceci sera très apprécié. Merci, Hélène Desgranges, journaliste In Médias

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*