200 000 $ pour un fertilisant à base de résidus industriels

Guillaume Roy
Juin 20, 2019
Écrit par
La Chaire en éco-conseil de l’Université du Québec à Chicoutimi obtient une subvention de 200 000 $ du ministère des Affaires municipales. Cette somme lui permettra de mesurer le rendement d’un nouveau fertilisant produit avec des résidus provenant des procédés industriels des entreprises Rio Tinto et Résolu pour les cultures sylvicoles. 

L’annonce a été faite mardi par la ministre des Affaires municipales et députée de Chicoutimi, Andrée Laforest. Il s’agit d’une somme provenant du Fonds d’appui au rayonnement des régions (FARR). Selon le communiqué du ministère, la Chaire en éco-conseil mesurera les effets de ce nouveau fertilisant à moyen terme sur la production sylvicole et la culture des bleuets sauvages.

« Je suis heureuse de constater que l’écologie industrielle est au centre de cette initiative. Les matières valorisables d’une activité deviennent la matière première d’une autre industrie et ainsi, la ressource est optimisée dans son entièreté. En diminuant les effets négatifs sur l’environnement, cette solution profitera à toute la collectivité », a déclaré la ministre dans le communiqué publié mardi matin.

Lire la suite 



Centre d'abonnement

 
Nouvel abonnement
 
Vous êtes déjà abonné?
 
Service à la clientèle
 
Voir Digital Magazine Renouvellement

Les plus populaires

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience sur notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Pour en savoir plus, lisez notre politique de confidentialité.