Opérations Forestières

Nouvelles Nouvelles de l’industrie
Stratégie nationale de production de bois – Les producteurs forestiers prêts à relever le défi


17 décembre 2020
Par FPFQ

La Fédération des producteurs forestiers du Québec accueille favorablement la Stratégie nationale de production de bois dévoilée aujourd’hui par le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, M. Pierre Dufour.

« Les producteurs forestiers sont aux premières loges de cette stratégie qui vise à faire fructifier la valeur des forêts québécoises. En priorisant l’accroissement de la production et de la récolte de bois en forêt privée, le ministère envoie un message clair aux producteurs forestiers qu’il compte sur leur apport pour faire de cette stratégie un succès », indique M. Pierre-Maurice Gagnon, président de la Fédération des producteurs forestiers du Québec.

D’ici 2025, la stratégie vise à augmenter la récolte de bois d’au moins 4 Mm³ par année et la contribution potentielle de la forêt privée à cet effort est estimée à 1,4 Mm³ par le ministère. À titre indicatif, en 2019, les producteurs forestiers du Québec récoltaient 6,4 Mm³ de bois, leur permettant de contribuer à près de 20 % des approvisionnements du Québec. La hausse potentielle de la production devra s’arrimer à une stratégie industrielle visant à stimuler la demande pour le bois rond des producteurs puisque après tout, plus de 2 Mm³ de bois sont déjà disponibles en forêt privée, faute de marché.

Advertisment

Selon M. Gagnon, « l’objectif est ambitieux, le plan est clair et les producteurs forestiers sont prêts à relever le défi. Il faudra néanmoins prévoir des mesures d’aide concrètes pour soutenir les propriétaires forestiers afin qu’ils réalisent davantage de travaux sylvicoles et leur assurer un accès prévisible aux marchés, sans quoi ils ne pourront produire plus de bois ».

Rappelons que pour l’instant, les annonces d’investissement en sylviculture qui accompagnent le dévoilement de la stratégie se limitent à la forêt publique et que plusieurs producteurs craignent une érosion de leurs marchés depuis l’annonce de la révision ciblée du régime forestier.