Opérations Forestières

En vedette Nouvelles Nouvelles de l’industrie Abattage Récolte
Opérateur devenu entrepreneur

Un opérateur de chargeuse lance une nouvelle entreprise


8 avril 2020
Par Andrew Snook

Sujets
Luc Langevin a démarré Chargement LL en 2016, lorsqu’une opportunité de financement de l’équipement s’est présentée à lui. Photo: Andrew Snook.

Luc Langevin a baigné toute sa vie dans les équipements lourds. Bien avant de faire le saut dans les secteurs de la en foresterie et de la construction en tant qu’opérateur, il a côtoyé de près des opérateurs de machinerie.

« Mon père a été camionneur pendant 48 ans », a remarqué Luc Langevin lors d’une entrevue réalisée dans la vallée de l’Outaouais, à quelques heures de route de sa base d’opérations près de Maniwaki. Son père a charrié des billots de bois pour près d’un demi-siècle, et ce métier a surement eu une influence sur le choix de carrière de Luc. À peine âgé de 17 ans, il commence à travailler dans le secteur de la construction comme opérateur d’équipement lourd. Il travaillera pendant cinq ans dans cette industrie, avant de rejoindre son père dans le secteur forestier en tant qu’opérateur d’une abatteuse-groupeuse. Deux ans plus tard, il change d’employeur et fait le saut sur une chargeuse à bois. Puis, en 2016, une opportunité s’offre à lui.

« La Coopérative de solidarité des entrepreneurs de Gatineau (CSEG) à Maniwaki et mon père voulait acheter une chargeuse et ils cherchaient quelqu’un pour la gérer », explique Luc Langevin, en ajoutant que la coop était prête à financer l’achat de l’équipement pour lui permettre de lancer son entreprise, Chargement LL.

Advertisment

C’est ainsi que la coopérative a aidé Luc Langevin à faire l’acquisition d’une machine de manutention mobile Liebherr LH 30 munie d’un grappin Rotobec. « La coop l’a commandée et dès que je l’ai vue, je savais que c’était la bonne machine », dit-il, en ajoutant que d’autres manufacturiers ne pouvaient pas lui offrir les options souhaitées, telles que le pouce hydraulique.

Depuis trois ans, Luc Langevin opère sa Liebherr LH 30. Le seul enjeu significatif a été un problème avec le fluide d’échappement du diesel (FED) et Liebherr l’a aidé à régler le problème rapidement. « Liebherr est venu pour changer tout le câblage et les pièces », dit-il. Après le travail effectué, Liebherr a prolongé sa garantie sur les pièces reliées au FED. « Maintenant, tout fonctionne très bien ».

Luc Langevin charge une variété de bois noble et de bois résineux qui a été récolté dans le secteur de la réserve faunique de la Vérendrie, située entre Maniwaki et Val-d’Or. Les billes d’épinettes et la majorité des billes de résineux sont destinées à la scierie de Produits forestiers Résolu à Maniwaki. L’érable, le peuplier faux-tremble et les autres essences de feuillus vont à Louisiana-Pacific dans Bois-Franc, alors que le pin blanc est parfois destiné à Low, dans la région de l’Outaouais.

Le chargeur de Luc Langevin est généralement en service 24 heures par jour, cinq jours par semaine, avec l’aide d’un second opérateur. « Pendant l’hiver, on fait parfois des fins de semaine aussi, dit-il. Le meilleur moment pour la récolte, c’est en hiver, parce que les chemins sont beaux ».

Il n’arrête que quelques semaines par année, au printemps, alors qu’il réalise la maintenance de la machinerie. « On essaie d’en faire le plus possible, et on arrête généralement vers le 10 avril », dit-il.

Records personnels
Quand il charge des billes de bois, Luc Langevin aime se lancer des défis, pour voir à quelle vitesse il peut charger un camion. « Je veux toujours charger les camions plus rapidement et faire le plus de chargements possible en 12 heures », remarque ce dernier. « On ne fait pas seulement mettre des billes de bois dans une remorque. Parfois, on a cinq différentes essences à trier ».

Dans le futur, l’entrepreneur voit un potentiel d’expansion. « J’aurai peut-être une autre machine si tout se passe bien. Je ne veux pas d’une entreprise énorme ».Pour Luc Langevin, devenir un gestionnaire qui supervise une flotte de machine et un groupe d’employés n’est pas un concept fait pour lui. « Je veux toujours travailler, je ne veux pas devenir un patron », dit-il. « Peut-être que mon garçon se joindra à moi un de ces jours. » Chargement LL est une affaire de famille. En plus d’ajouter éventuellement son garçon, Andrew (1 an), au sein de l’entreprise familiale, Jessika Charlebois Morin, la conjointe de Luc Langevin est responsable de l’administration de l’entreprise.

« Parfois j’amène ma fille en forêt avec moi », dit-il, en parlant de sa fille de neuf ans, Maélie. « Ma fille aime me suivre dans le bois parce qu’elle peut voir des animaux et s’asseoir avec moi dans la machine. Chaque fois qu’elle revient à la maison, elle dessine quelque chose sur moi et ma machine ».


Imprimer cette page

À propos



Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*