Opérations Forestières

Nouvelles Nouvelles de l’industrie
Une première transformation solide

Il est prioritaire que le Québec se dote d'une industrie forestière de première transformation solide et prospère, selon le CIFQ.


25 juin 2015
Par CIFQ

Tout en appuyant l’initiative gouvernementale d’instaurer un fonds d’investissement visant à soutenir les projets innovants de deuxième et troisième transformation, le président-directeur général du Conseil de l’industrie forestière du Québec (CIFQ), M. André Tremblay, a indiqué, dans le cadre de son intervention au Sommet économique du Saguenay?Lac-Saint-Jean, qu’il était prioritaire que le Québec se dote d’une industrie forestière de première transformation solide et prospère.

« Il est urgent de lever l’incertitude entourant le secteur de la première transformation et de créer, avec l’appui du gouvernement du Québec, un environnement économique prévisible, transparent et stable qui inspirera confiance aux entreprises afin qu’elles investissent au Québec dans la première, deuxième et troisième transformation », a mentionné M. André Tremblay.

« Par ailleurs, l’annonce récente des ministres Lessard, Leitão et Daoust de mettre en place une cellule d’intervention gouvernementale sur la forêt témoigne de l’ampleur des difficultés présentement vécues au sein de l’industrie de la première transformation et de l’urgence de trouver des solutions. Nous saluons cette volonté affirmée du gouvernement de favoriser le développement de l’industrie forestière et d’évaluer le coût de la fibre et des approvisionnements dans chacune des régions du Québec. Cela répond d’ailleurs à une demande maintes fois exprimée par le secteur forestier. C’est un pas dans la bonne direction », a déclaré M. André Tremblay.

Advertisment

Une nécessaire implication de l’industrie

Afin d’atteindre les résultats escomptés, l’implication de l’industrie forestière s’avère incontournable aux yeux du CIFQ. « Pour dresser un portrait juste de la situation, l’équipe gouvernementale doit entendre les entrepreneurs de l’industrie forestière qui peuvent témoigner, chiffres à l’appui, de leur réalité économique », d’ajouter le président-directeur général du CIFQ.

« La nature des échanges parmi les participants du Sommet économique régional du Saguenay?Lac-Saint-Jean a démontré hors de tout doute qu’il est urgent de trouver des solutions adaptées aux enjeux auxquels l’industrie forestière est confrontée. Des milliers d’emplois, dans plusieurs régions du Québec, en dépendent. Non seulement offrons-nous notre collaboration au gouvernement, mais nous lui demandons d’adopter une approche d’ouverture qui permettra notre participation à cette démarche fort importante », de conclure, M. Tremblay.