Opérations Forestières

Nouvelles Nouvelles de l’industrie
Une nouvelle étude aborde les effets des changements climatiques sur les forêts canadiennes


8 avril 2020
Par FPInnovations

À la base d’un grand pin blanc, l’arbre emblème de l’Ontario, un groupe d’experts en aménagement forestier discute de l’effet des changements climatiques sur cette espèce et ses compagnons forestiers. Ces professionnels de l’industrie, du monde de l’enseignement, de Ressources naturelles Canada, de l’Institut forestier du Canada et de FPInnovations mettent sur pied une nouvelle étude qui examinera diverses mesures d’adaptation pour que les forêts canadiennes demeurent en santé compte tenu des changements climatiques.

Un plan grandement nécessaire

« Je suis inquiet des effets des changements climatiques sur nos forêts. J’aime les forêts, j’aime la sylviculture et je veux des forêts saines pour l’avenir », affirme Michael Hoepting, l’un des forestiers du projet d’étude. Des changements comme un stress hydrique accru, des hivers plus doux, des saisons de croissance plus longues et des orages extrêmes pourraient changer la façon dont les arbres se reproduisent, croissent et interagissent en forêt. De nombreuses espèces vont vraisemblablement voir une contraction ou une expansion des lieux propices à leur croissance.

Aider les forêts à s’adapter aux changements climatiques sera prioritaire pour les aménagistes forestiers dans les prochaines années : ils auront besoin de données et de techniques d’aménagement sur mesure pour s’adapter et préparer les forêts canadiennes aux futures conditions.

Advertisment

Le plan d’action

climate change canadian forests

Pour répondre à ce besoin, le Centre canadien sur la fibre de bois (CCFB) a entrepris l’élaboration d’une étude collaborative à grande échelle sur la sylviculture adaptative pour les changements climatiques (ASCC) à la Forêt expérimentale de Petawawa (FEP) à Chalk River, en Ontario. Cette étude portera sur 200 hectares de forêts de pin blanc dans l’est de l’Ontario.

La nature collaborative de l’étude sera la clé de sa réussite. L’industrie forestière fournira des observations essentielles découlant de son expérience pratique de la façon dont les forêts réagissent à diverses perturbations comme le feu, la récolte, les ravageurs envahissants et, de plus en plus, les épisodes météorologiques extrêmes. FPInnovations étudiera les implications économiques de la mise en œuvre de différentes tactiques.

L’étude fera aussi partie du vaste réseau nord-américain de sylviculture adaptative pour les changements climatiques (ASCC), un projet de collaboration qui s’intéresse aux réactions à long terme des écosystèmes à une gamme de mesures d’adaptation aux changements climatiques dans divers types d’écosystèmes forestiers aux États-Unis et au Canada.

« Cette étude est la première du genre au Canada », selon Trevor Jones, du CCFB, responsable scientifique de l’étude. En fait, cette recherche sera la première à l’extérieur des États-Unis. « Personne n’a entrepris une étude de l’adaptation réelle aux changements climatiques aussi vaste et complète au Canada », a-t-il ajouté.

Des idées à la réalité

Pour élaborer l’étude, le CCFB a organisé un atelier collaboratif de deux jours à Pembroke, en Ontario, sur la sylviculture adaptative pour les changements climatiques pour la forêt des Grands Lacs et du Saint-Laurent. L’atelier regroupait des experts de l’aménagement forestier des gouvernements, du monde de l’enseignement et de l’industrie. Il était coordonné, promu et appuyé financièrement par l’Institut forestier du Canada, la section Algonquin de l’Institut, le groupe Friends of the Petawawa Research Forest et FPInnovations. L’atelier était animé par des spécialistes en foresterie et en adaptation aux changements climatiques de l’Université d’État du Colorado et du service forestier des États-Unis (Northern Institute of Applied Climate Science), ainsi que par Ressources naturelles Canada. Les participants américains étaient les principaux chercheurs du réseau ASCC actuel et agissaient comme facilitateurs pour l’élaboration de cette étude de la FEP. L’atelier a permis d’établir une ébauche de plan pour l’étude ASCC.

La force du nombre

climate change canadian forests changements climatiques

Comme la FEP est une forêt de recherche publique, elle accueille en tout temps plusieurs organisations différentes qui y font des travaux. Beaucoup de ses installations de recherche découlent de collaborations entre divers organismes de recherche.

Lorsqu’on lui a demandé s’il souhaitait que d’autres gens et organisations manifestent leur intérêt pour une participation, la réponse de M. Hoepting a été sans équivoque : « Oui! Le projet de sylviculture adaptative pour les changements climatiques a été entrepris dans un esprit de collaboration et nous voulons que cela se poursuive. Le Centre canadien sur la fibre de bois dirige l’installation et le suivi principal de l’étude, mais nous espérons que d’autres profiteront de cette plateforme. Nous ne pouvons tout faire nous-mêmes, alors nous sommes ouverts aux autres chercheurs qui veulent réaliser leurs propres recherches à court et à long terme relatives aux traitements de sylviculture adaptative. »

Dans cet environnement collaboratif, FPInnovations fournira un soutien technique pour l’évaluation de l’équipement et des méthodes de travail prévues et pour estimer les coûts et les variables opérationnelles des traitements à l’étude.

Si vous souhaitez en savoir plus sur l’étude ou discuter d’une collaboration, veuillez communiquer avec son responsable scientifique, Trevor Jones, au trevor.jones@canada.ca. Un sommaire du projet (en anglais seulement), des traitements et du processus de développement, publié par FPInnovations, est aussi disponible auprès de Trevor Jones ou de Glen Prevost, chercheur, Développement et implantation, de FPInnovations, au glen.prevost@fpinnovations.ca.