Opérations Forestières

Marchés Nouvelles de l’industrie
Une première usine de filaments de cellulose voit le jour à Trois-Rivières

Première canadienne dans la course internationale au développement des technologies révolutionnaires et des matériaux écologiques de demain


8 janvier 2014
Par Kruger inc.

TROIS-RIVIÈRES, QC, le 18 déc. 2013 – FPInnovations et Kruger Inc. ont annoncé aujourd’hui un projet commun visant l’implantation de la première usine de démonstration de filaments de cellulose dans le monde, d’une capacité de cinq tonnes par jour, à l’usine Kruger de Trois-Rivières. Les détails du projet ont été dévoilés lors d’une conférence de presse tenue à Trois-Rivières le 18 décembre 2013.

Cet important projet de recherche et d’innovation représente un investissement total de 43,1 millions de dollars, qui comprend des fonds de Ressources naturelles Canada, par le biais du programme Investissements dans la transformation de l’industrie forestière (ITIF), une subvention du ministère des Ressources naturelles du Québec, un prêt d’Investissement Québec, une contribution de la société Kruger, ainsi que des fonds provenant des membres industriels (pâte, papier et bioproduits) de FPInnovations.

Les filaments de cellulose (FC), un biomatériau très innovateur à base de fibre de bois, devraient avoir un effet immédiat sur l’industrie forestière canadienne grâce à leur capacité d’intégration à d’autres matériaux et à leur forte résistance, à leur faible poids et à leur flexibilité. Les FC serviront à une vaste gamme d’applications en tant qu’additifs de renforcement légers permettant de produire des pâtes, des papiers, des emballages, des papiers à usage domestique et des essuie-mains à plus faible coût. Les FC pourront également être combinés à de multiples matériaux pour créer des produits de grande valeur allant des emballages et films souples aux panneaux structuraux et non structuraux pour la construction.

Advertisment

« Cette annonce est un exemple éloquent de l’impact positif que peuvent avoir la collaboration et les investissements ciblés en recherche et développement sur les marchés traditionnels tout en menant à la conception de produits innovateurs », a déclaré Pierre Lapointe, président et chef de la direction de FPInnovations. « Les filaments de cellulose s’apprêtent à devenir un élément clé de la transformation de l’industrie canadienne des pâtes et papiers en lui permettant de pénétrer des marchés non traditionnels en tirant parti de sa capacité actuelle de fabrication dans les localités qui dépendent de la forêt partout au Canada. »

« Nous sommes très heureux de participer à ce projet novateur qui fera du Canada un chef de file mondial de la production de FC », a affirmé Daniel Archambault, vice-président exécutif et chef de l’exploitation de la Division des produits industriels de Kruger. « En permettant à l’industrie forestière canadienne de se diversifier sur de nouveaux marchés, la production de FC aidera à protéger les emplois existants et créera des possibilités de nouveaux emplois hautement qualifiés partout au pays. »

L’usine de démonstration de Trois-Rivières, combinée à un programme national parallèle de recherche mettant à contribution FPInnovations et l’industrie, procure un avantage stratégique pour la production et la commercialisation de ce biomatériau à caractère transformateur. L’usine fonctionnera selon un procédé simple et efficace sans produit chimique mis au point par FPInnovations, qui ne fait appel qu’à l’énergie mécanique et de raffinage et à la fibre de bois, pour un impact minimal sur l’environnement. Cet aspect, en plus du fait que l’usine peut être construite à l’aide d’équipement robuste, disponible à l’échelle industrielle, facilitera la transition vers une étape commerciale, ce qui donne un avantage unique aux entreprises canadiennes.

Le Canada est maintenant bien équipé pour concurrencer les industries des États-Unis, de la Chine, de la Finlande, du Brésil et de la Suède dans le développement de la nouvelle génération de biomatériaux à base de cellulose. En outre, cinq brevets de FPInnovations relatifs au procédé et au produit garantissent l’avantage de la technologie à l’industrie canadienne tout en procurant les conditions pour mener cette technologie révolutionnaire vers sa réalité commerciale.

Initialement, le marché potentiel pour les filaments de cellulose comme agent de renforcement pour les produits traditionnels de pâte et papier est estimé au minimum à 120 000 tonnes par année en Amérique du Nord seulement. De plus, on prévoit un marché de taille similaire pour les thermoplastiques, les plastiques renforcés, les produits thermodurcissables, les adhésifs, les textiles non tissés et les enduits, ce qui représente un potentiel de revenus totaux de 500 millions de dollars par année pour les entreprises qui utilisent les FC.