La crise des copeaux menace les scieries

Guillaume Roy
Mars 09, 2017
Écrit par
Les scieurs indépendants de la région et de la Gaspésie risquent de voir hypothéquer l'une des meilleures années au chapitre du chiffre d'affaires par la crise structurelle des copeaux qui se dessine en ce moment. Les inventaires augmentent à vue d'oeil dans les cours des usines et les machines à papier ferment l'une après l'autre dans l'Est de l'Amérique du Nord.

L'industrie québécoise a vécu des crises conjoncturelles qui ont créé des accumulations importantes de résidus de sciage. Des correctifs étaient mis en place pour réguler le marché et la croissance de la demande en pâte permettait de résoudre ces épisodes sans conséquence pour l'industrie. Cette fois, la crise repose sur la structure commerciale de l'industrie alors que la demande en résidus de sciage pour la fabrication de papier est sur une courbe descendante. De plus, rien ne permet de croire qu'elle va s'inverser avec le développement de la numérisation des supports à l'information.

« Selon les prévisions que nous sommes en mesure de faire, les usines indépendantes du Saguenay-Lac-Saint-Jean/Chibougamau-Chapais vont se retrouver avec un inventaire de 250 000 tonnes métriques de copeaux à la fin de l'année. Ce sont des sommes considérables qui dorment et les copeaux représentent 15 % des revenus des usines. Comme les scieries font moins de 15 % de profits, on comprend que ce sont les bénéfices qui vont souffrir de cette situation », explique Pierre Marineau, ingénieur forestier et directeur général de l'Association des producteurs de copeaux du Québec (APCQ).

Lire la suite

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Centre d'abonnement

 
Nouvel abonnement
 
Vous êtes déjà abonné?
 
Service à la clientèle
 
Voir Digital Magazine Renouvellement

Les plus populaires