La 2e et 3e transformation du bois : une industrie historique au Québec

Eric Alvarez, La Forêt à coeur
Mars 21, 2019
Écrit par Eric Alvarez, La Forêt à coeur
Le Québec forestier est-il un cancre en 2e et 3e transformation du bois (meubles, portes, boîtes en carton…) ? Autrement dit, est-il incapable de produire autre chose que des 2×4 et du papier journal ? On serait tenté de le penser alors qu’immanquablement les commentateurs nous rappellent que nous devrions cesser de nous concentrer sur ces produits pour nous tourner vers de la valeur ajoutée. Si ce jugement m’est toujours apparu quelque peu excessif, mes explorations des Rapports annuels du Ministère des Terres et Forêts (MTF) pré-Révolution tranquille m’ont permis d’appuyer mes impressions avec des chiffres.

Dans une de mes (trop) rares chroniques à saveur « transformation », je vous présente donc quelques statistiques qui mettent à mal cette vision du tout-à-la-première-transformation au Québec. Il y sera aussi question du rôle du MTF dans l’évolution de l’industrie vers plus de 2e et 3e transformation du bois.
Exercice d’industries comparées
Le premier graphique ci-dessous détaille l’évolution des emplois dans les principales industries forestières entre 1941 et 1960. Comme l’on pouvait s’y attendre, il y a une domination des pâtes et papiers. Toutefois, c’est pour la deuxième place que les choses deviennent plus intéressantes. On peut noter que dans la deuxième moitié des années 1940, le nombre d’employés dans les différentes industries de la 2e et 3etransformation surpassait légèrement ceux de l’industrie du sciage (2×4).

Lire la suite

Centre d'abonnement

 
Nouvel abonnement
 
Vous êtes déjà abonné?
 
Service à la clientèle
 
Voir Digital Magazine Renouvellement

Les plus populaires

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience sur notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Pour en savoir plus, lisez notre politique de confidentialité.