Scierie
Depuis plusieurs années, l’usine de Barrette-Chapais est reconnue comme étant une des plus performantes au Québec, avec un rendement matière sous la barre des 3,2 mètres cubes nécessaires pour produire 1000 pieds mesure de planche (pmp), alors que la moyenne québécoise avoisine 4 m3/1000 pmp. L’usine est si performante qu’elle n’a jamais fermé depuis 40 ans, même pendant les pires moments des dernières crises forestières, lance fièrement Benoit Barrette, président de l’entreprise située à Chapais. 
Un projet de relance de la scierie de Baie-Trinité est sur la glace depuis le printemps. Les promoteurs jugent insuffisant le volume de bois que leur a proposé le ministère des Forêts.
Avec la reprise économique dans le secteur de la construction au Canada et aux États-Unis, l’offre de copeaux générés par les scieries québécoises est supérieure à la demande, créant des surplus importants dans différentes régions du Québec.
La centaine d’employés de la scierie de Saint-Thomas-Didyme de Produits forestiers Résolu vont souligner un jalon important vendredi prochain, puisque cela fait près de cinq ans maintenant qu’aucun accident de travail ne s’est produit sur leur lieu de travail.
La compagnie Norbord maintient le suspense quant à la date d'une possible réouverture de son usine de panneaux de Chambord, fermée depuis 10 ans.
Produits forestiers Résolu a annoncé des investissements de 40 M$ dans ses établissements du nord-ouest de l'Ontario, un montant de 13,5 M$ consacré à des travaux de maintenance majeurs et la création de 25 nouveaux emplois. L'annonce a été faite pendant une conférence de presse tenue à Thunder Bay à laquelle assistaient le premier ministre ontarien, Doug Ford, et le ministre des Richesses naturelles et des Forêts de l'OntarioJeff Yurek, de même que de nombreux dignitaires et des employés de l'entreprise.
Avec la pénurie de main-d'oeuvre et les tensions commerciales qui persistent entre le Canada et les États-Unis, les défis sont nombreux pour les entreprises du secteur forestier. Pour se démarquer dans ce contexte, certaines d'entre elles, comme le Groupe Lebel, misent sur la technologie.
Avec ses 4 usines, plus de 250 employés en Beauce-Etchemins seulement et une capacité totale de production de 225 millions de PMP de bois par année, cette entreprise de Beauce-Etchemins a investi, de façon soutenue depuis sa création, des dizaines de millions de dollars en équipements de haute technologie d’optimisation pour devenir l’une des entreprises les plus sophistiquées et les plus performantes dans la production de bois d’œuvre dans l’est du Canada.
Fort des succès de ses équipements haute vitesse, Gilbert ajoute à sa gamme de produits une Raboteuse pour bois Massif. Fabriquée avec les mêmes standards de qualité qui ont fait la renommée de l’ensemble de ses équipements de rabotage, la Raboteuse pour bois Massif a été pensée pour répondre aux attentes élevées de l’industrie du bois d’ingénierie pour la production de bois lamellé-collé, de bois lamellé-croisé et tout type de poutres.
Une crise du bois d’oeuvre sans précédent et deux incendies n’ont pas réussi à freiner la Scierie Lac-Saint-Jean, qui complétera au cours des prochains mois un programme d’investissements de près de 10 M $ avec, en perspective, l’ajout d’une faction à l’usine de sciage de Métabetchouan-Lac-à-la-Croix.
Même si la date n’est pas encore connue, plusieurs signes démontrent qu’une ouverture de l’usine Norbord est envisagée au printemps 2019.


«Nous continuons à réaliser des travaux dans le but d’une réouverture, mais la décision définitive n’est pas encore prise. Ça va dépendre si la demande pour le panneau OSB augmente et atteint un niveau qui va justifier l’ajout d’une usine dans le marché», a informé Heather Colpitts, responsable des affaires publiques chez Norbord.

Bien que la compagnie désire être prudente, on sent que les choses ont accéléré depuis quelques semaines. On note la présence d’une trentaine de véhicules dans le stationnement de l’usine.

Aussi, Norbord affiche de nombreuses offres d’emplois dans les journaux pour différents postes, dont un surintendant de l’entretien, un superviseur mécanique, un superviseur au département électrique et responsable de la planification forestière.

Lire la suite
L’entreprise familiale spécialisée dans la première et seconde transformation de bois franc J.M. Champeau a annoncé mardi l’acquisition de la Scierie Fernand Rancourt, située à Frontenac. 
Le gouvernement du Québec annonce l'attribution, dans le cadre du Programme Innovation Bois, d'une somme de près de 1,3 M$ à l'entreprise Les Bois Lemelin inc. Située à Saint-Jean-Port-Joli, dans la région de la Chaudière‑Appalaches, cette entreprise est spécialisée dans le séchage et le rabotage de sapin, d'épinette et de pruche.
Les gouvernements du Québec et du Canada consentent des prêts et une contribution financière totalisant près de 20 millions de dollars à l'usine Uniboard de Val-d'Or, qui investira 38,5 millions de dollars pour poursuivre la modernisation de ses installations.
En pleine modernisation de sa principale ligne de sciage depuis 2017, la coopérative forestière de Petit Paris de Saint-Ludger-de-Milot reçoit une aide financière de 305 000 $ de la part du gouvernement du Québec. Ce montant s’inscrit dans un projet de formation totalisant des investissements de 650 000 $ par l’entreprise qui toucheront 51 employés.
Page 1 sur 13

Centre d'abonnement

 
Nouvel abonnement
 
Vous êtes déjà abonné?
 
Service à la clientèle
 
Voir Digital Magazine Renouvellement

Les plus populaires

Évènements

Défi Cecobois 2019
January 17-20, 2019
Paperweek Canada 2019
February 4-7, 2019
Forêt signature
July 5-7, 2019

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience sur notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Pour en savoir plus, lisez notre politique de confidentialité.