Équipement

Gorman Brothers Lumber Limited de Westbank, en Colombie-Britannique a récemment fait l'acquisition d'une écorceuse Cambio 460 de Söderhamn Eriksson.

Le fabricant de chariots élévateurs et d'équipements de manutention québécois Vallée annonce la mise en ligne d'un outil gratuit d'aide à l'évaluation du taux d'usure et de la capacité admissible de ses fourches.

SAINT-ALBAN – Le fabricant Vallée a lancé deux nouveaux modèles de charriots élévateurs, le 30 avril dernier. Si le petit nouveau a été conçu pour les besoins de l'aluminerie Alcoa à Deschambault, son grand frère permettra aux entreprises de maximiser leur espace d'inventaire. L'agilité de ce robuste charriot sera très utile dans les cours à bois.

Entre l’arbre et l’écorce… se trouve peut-être plus d’espace qu’on le croit. Ou du moins, des possibilités insoupçonnées et multiples de convertir leurs résidus ou leurs parties pour leur attribuer de nouveaux usages. Dans un laboratoire abitibien, une quinzaine de cerveaux s’affairent, depuis 2009, à transformer et traiter le bois, ses copeaux, son écorce, son feuillage, le bran de scie et les boues papetières. Plus encore, ils osent l’alliage bois et matière plastique. Entre les rebuts de la forêt et ses nouveaux débuts, état de leurs travaux.

En Amérique du Nord, FPInnovations (auparavant Forintek et les laboratoires de produits forestiers de l’Est et de l’Ouest), tout comme le US Forest Products Lab, ont pris l’initiative de rédiger des manuels sur le séchage au séchoir. La préparation d’un nouveau manuel, ou la révision d’un document existant, représente une entreprise d’envergure; un retour en arrière nous apprend qu’il faut attendre tous les 25 à 30 ans pour y voir des changements ou ajouts importants.

Lorsqu’on allume le téléviseur et que l’on passe en revue la grille des programmes, on voit souvent apparaître des titres comme : « Les dix plus belles plages au monde », « Les vingt vedettes à la condition physique la plus mal en point » et « Les cents plus grands succès des années 80 ». Alors, pour être bien de son temps, cet article porte sur les cinq erreurs les plus fréquentes en matière de circuits hydrauliques, des fautes sans cesse répétées. Un comportement qui, selon Einstein, pourrait s’apparenter à la définition d’aliénation mentale : « Refaire les mêmes choses sans arrêt tout en espérant un résultat différent. »

Nos scieries se sont optimisées, passant à des vitesses supérieures. Elles sont composées en grande partie de chaînes de transmission et de roues dentées afin de transmettre les forces et les vitesses de motorisation des différentes unités des lignes de sciage ou de rabotage. Ces chaînes et les roues dentées subissent des contraintes de plus en plus élevées et sont souvent associées à des arrêts de production et à des délais d’entretien coûteux.

En corrigeant certaines faiblesses détectées dans ses procédures habituelles, l’entreprise peut récupérer, sans modification majeure, des sommes importantes. Après avoir traité dans les numéros précédents des « argents oubliés dans la routine » et d’une organisation plus efficace des travaux en forêt et dans la cour à bois, voici un troisième volet qui se penche sur les économies possibles en vérifiant les opérations de transformation en usine.

Le maillon faible du séchage a toujours été le manque d’information détaillée sur la qualité des produits séchés. Dans les usines de sciage et de rabotage, les pièces sont produites et manutentionnées individuellement, le résultat des opérations peut donc être généralement jugé à la pièce. Par exemple, lorsqu’on évalue la dimension des débits, des données sur chacune des pièces peuvent être recueillies et analysées pour évaluer la performance particulière d’une machine de transformation.

B ien installée à Victoriaville en droite ligne avec les marchés américains, MEC Torréfaction, filiale à part entière de Séchoirs MEC inc., est devenue, grâce à son four permettant la modification thermique du bois, une vitrine technologique en valeur ajoutée. Avec une capacité de 3 000 pmp par fournée (pouvant atteindre 5 000 pmp selon l’épaisseur du bois), l’entreprise compte sur des temps de traitement parmi les plus courts, soit entre 6 et 10 heures. On a en effet accéléré le processus par l’installation d’une chambre de refroidissement et de conditionnement adjacente au four.

Matériaux Blanchet, de Saint-Pamphile à l’est de Montmagny, a poursuivi l’été dernier son plan de modernisation qui vise la récupération optimale de la matière première et le maintien des coûts de production au plus bas. Dans cet optique, la scierie a procédé à l’intégration, sur la ligne de débitage secondaire, d’un système de sciage TBL3 de Comact, avec profileurs cylindriques TKC TurnKnife III de Iggesund Tools.

Page 2 sur 2

Centre d'abonnement

 
Nouvel abonnement
 
Vous êtes déjà abonné?
 
Service à la clientèle
 
Voir Digital Magazine Renouvellement

Les plus populaires

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience sur notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Pour en savoir plus, lisez notre politique de confidentialité.