Sciage

FPInnovations a récemment conclu une entente de commercialisation avec l’entreprise Autolog pour la fabrication d’un système automatisé en temps réel d’identification et de séparation des essences selon une technologie existante fondée sur la spectrométrie au proche infrarouge (PIR). Selon les premiers résultats obtenus, la technologie obtiendrait un taux d’efficacité dépassant les 95 %.
Plus de 1000 acheteurs et 70 exposants s’étaient réunis lors de l’exposition internationale de l’industrie du sciage Interscie. Opérations forestières vous présente quelques nouveautés qui ont retenu notre attention.
Camso, auparavant Camoplast Solideal, continue d'enrichir sa gamme de pneus de construction en lançant deux nouveaux pneus de mini-chargeuse compacte de nouvelle génération.
Les nouveaux chariots élévateurs sur pneus hors route de la série XRT de Vallée, qui offrent la meilleure garde au sol sur le marché sont garants de productivité, d’efficacité et de confort. Ces machines révolutionnaires ont été fabriquées spécialement pour usage sur terrain accidenté.
Vallée, fabricant et concepteur de chariots élévateurs et équipement de manutention basé au Québec, lance sur le marché ses chariots élévateurs sur pneus hors route 4DA20D XRT et 4DA25D XRT. Ces plus récents ajouts à sa série de modèles compacts offrent la garde au sol la plus haute parmi tous les chariots élévateurs actuellement sur le marché. 
Scierie Lemay, localisée Sainte-Marie de Beauce près de Québec, investit dans l’installation d’un système d’optimiseur de classification au sciage de VAB Solutions.
En avril dernier, une centaine d’entrepreneurs, de gestionnaires et d’industriels forestiers se sont rassemblés à Québec pour participer à un atelier de travail sur l’avenir de l’entrepreneuriat forestier organisé par FORAC et FPInnovations. Un des objectifs principaux était de sensibiliser les participants au potentiel des nouvelles technologies en forêt. Opérations forestières vous présente quelques pistes de solutions.
Au cours des dernières années, j’ai visité plusieurs usines de sciage et j’ai fait la rencontre de centaines de forestiers. Tranquillement, l’image des forestiers change. Les têtes grises dominent toujours, mais la relève est au rendez-vous.
VAB Solutions a fait l’annonce de la signature d’un nouveau contrat avec la Scierie Lemay localisée Sainte-Marie de Beauce près de Québec.  Ce contrat comprend la vente et l’installation d’un système d’optimiseur de classification au sciage.  
VAB Solutions a fait l'annonce de la signature de deux importants contrats. Le premier contrat comprend la vente et l'installation d'un système complet d'optimisation de la classification au rabotage pour la ligne multi-longueurs de l'usine de MP Atlantics localisée à Dieppe au New Brunswick. «Cette vente démontre l'efficacité de notre Optimiseur et des bénéfices qu'il procure à nos partenaires d'affaires » affirme, Jean Bérubé, président de VAB Solutions.
En janvier 2014, Autolog a remplacé l'optimiseur de débiteuse de l'usine Carrier et Bégin, à St-Honoré-de-Shenley. Un des défis majeurs du projet consistait à mesurer des blocs parfaits, sans flache lors de la production de pin rouge.En positionnant les scanneurs à 90°, il était impossible de mesurer précisément l'arrondie des équarris à cause de la propriété physique optique de la diffraction des lasers sur le bois. En dépassant un certain angle, les informations des lasers ne reviennent plus vers la caméra et génèrent des imprécisions de lecture.
AutologPrécision accrue grâce aux capteurs à 45 degrésEn modifiant l’angle des scanneurs optiques, l’équipe de recherche et développement d’Autolog,  qui a travaillé plusieurs mois à la conception d’algorithmes avancés afin de supporter l’angle des scanneurs, a réussi à améliorer la mesure géométrique des pièces et des plateaux. Les capteurs géométriques positionnés à 45° accroissent la précision de lecture en largeur et améliorent la définition de la géométrie des rives. La mesure à haute densité (1/4”), les scanneurs haute vitesse (3000 mesures/sec) ainsi que l’orientation angulaire ont également permis de détecter des fentes, des trous et le grain arraché des pièces sans l’apport de système de vision.    
En dépit des nombreuses ambiguïtés entourant l'industrie du bois d'oeuvre, le Groupe Lebel va embaucher une quinzaine de nouveaux employés dans ses usines du Témiscouata. Selon le président de l'entreprise, Frédéric Lebel, la conjoncture actuelle permet d'appuyer sur l'accélérateur de la production.
« Quand ça c’est mis à mal allé avec l’ancien propriétaire de l’usine, on ne pouvait pas se faire à l’idée qu’il n’y ait pas de moulin à Saint-Michel », lance d’emblée Jean-François Champoux, propriétaire de Forestiers Champoux, un des créanciers de la faillite d’Entreprise TAG, en 2014. « On devait agir rapidement, parce que plusieurs usines de la région voulaient mettre la main sur l’approvisionnement », ajoute ce dernier.
L'usine de Produits forestiers Resolu à Senneterre vient d'obtenir 100 % de sa garantie d'approvisionnement. Le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Luc Blanchette, a transféré les volumes de bois rendus disponibles avec l'achat de l'ancienne usine de Tembec. En septembre 2016, Resolu avait fait l'acquisition de cette usine.
Sur la route forestière 25 au nord de La Tuque, on peut apercevoir les multiples pourvoiries de pêche qui profitent de l’abondance des lacs poissonneux. Sur le bord de la route, on retrouve des piles de bois d’une qualité impressionnante. La raison : c’est la deuxième fois que l’on récolte dans ces secteurs et la fibre est d’une qualité exceptionnelle.
Groupe Lebel et Produits Forestiers Résolu viennent de conclure une entente qui permet à Groupe Lebel de devenir propriétaire de l'usine de sciage localisée à St-Hilarion dans la région de Charlevoix. Cette usine, qui emploie quelque 35 personnes, a été en opération jusqu'en mai dernier. « Nous sommes très fiers d'avoir fait cette acquisition. Cette usine cadre parfaitement dans notre modèle d'affaire et nous allons travailler à poursuivre son développement. Produits Forestiers Résolu nous vend un actif de qualité qu'il a su bien entretenir. Il était important de convenir avec Résolu de conditions gagnantes pour les deux parties afin d'assurer la pérennité des opérations de cette usine et nous y sommes arrivés » a mentionné Monsieur Frédéric Lebel, président-directeur général du Groupe Lebel. Il faut aussi souligner l'excellente contribution du Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs qui a su traiter avec diligence ce dossier.
Plus de 25 nouveaux emplois seront créés à l'usine des Industries John Lewis à La Tuque, grâce à l'ajout d'une nouvelle ligne de finition et d'équipements de moulurage.
Comment optimisation des pompes à chaleur en fonction des sources d’énergie? Comment récupérer l’énergie par évacuation différentielle (Vents Loss Minimizer System)? Comment récupérer l’énergie aux évents? Voilà les sujets dont nous parlerons dans ce chapitre consacré à la gestion de l’énergie au séchage.
Dans un séchage conventionnel (air chaud climatisé), la chaleur sert à évaporer l’eau du bois. Elle est rejetée dans l’atmosphère avec les rejets d’humidités à travers les clapets. Il s’agit de disposer de ce potentiel d’énergie en le transférant à l’air de renouvellement.
Un travailleur de 38 ans a perdu la vie de manière tragique hier matin dans une scierie de Sainte-Monique.
Avec les surplus de copeaux et d’écorce disponibles sur le marché, d’aucuns disent que le meilleur choix énergétique est certainement l’écorce pour alimenter un parc de séchoirs, considérant sa valeur brute relativement faible (environ 15 $/tonne verte). Mais quand on regarde le coût d’investissement d’un projet de chaudière à écorce, le personnel et la manutention pour opérer cet équipement, le meilleur choix énergétique initial se perd progressivement dans un nuage de vapeur d’incertitude.
La Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU) profite des températures estivales pour rappeler aux Québécois que le danger d’incendie est élevé dans plusieurs secteurs. Actuellement, dans l’ouest de la province, 9 incendies sont en activité dont 6 ont été allumés par l’activité humaine.
Les bonnes pratiques en matière de cadenassage se sont répandues au Québec, mais la règlementation à ce sujet demeurait mince. C’est pourquoi des modifications ont eu lieu le 14 janvier dernier, date à laquelle le Règlement sur la santé et la sécurité du travail (RSST) a vu ses articles 185 et 186 être abrogées pour faire place à la sous-section 1.1 spécifique au cadenassage et aux autres méthodes de contrôle des énergies (articles 188.1 à 188.12 et 189.1 en remplacement de 186). Du côté du Code de sécurité pour les travaux de construction (CSTC), les changements se traduisent par l’ajout de la sous-section 2.20.
Un travailleur a été gravement blessé, mercredi, à la scierie Martel sur le boulevard Auger, à Alma.
À l’entrée de l’usine de PFR à La Doré, dans le nord du Lac-Saint-Jean, une pancarte indique fièrement le nombre d’heures travaillées sans blessure. En décembre, l’usine atteindra la marque de 250 000 heures sans blessure pour la 7e fois depuis 2008. Après m’être présenté à la secrétaire, elle note immédiatement que mes « bottes à cap » ne feront pas l’affaire, car elles ne protègent pas assez la cheville. Chez Résolu, on ne badine pas avec la sécurité! L’entreprise a même fermé son usine de Thuder Bay pour des raisons de sécurité au mois de novembre.
FPInnovation vient de lancer un rapport de recherche sur les dangers d'explosions liés aux sciures d'usines.

Centre d'abonnement

 
Nouvel abonnement
 
Vous êtes déjà abonné?
 
Service à la clientèle
 
Voir Digital Magazine Renouvellement

Les plus populaires