Sciage

À peine âgé de 27 ans, Marc-André Paquet est déjà le directeur de la recherche et du développement chez VAB Solution. Mais ce n’est pas tout, car il a aussi son nom d’inscrit sur le brevet du système de système de suivi de planche (Board Tracker),  avec Marc Voyer,  mis en marché par l’entreprise. Une fierté pour le jeune ingénieur. 
Carbotech présente son tout nouvel équipement, Le STREAM, un efficace et robuste démêleur à billots. Afin de contribuer à l’avancement de l’industrie, l’entreprise est constamment en mode R&D. Avec LE STREAM, Carbotech élargit son offre de service dans l’industrie du bois en contribuant à l’entrée de billots.
Inotech, un manufacturier spécialisé dans la fabrication d’équipement pour les scieries situées à Normandin, investit 2 millions de dollars. Le plus grand investissement de son histoire vise à améliorer sa productivité. Ces sommes permettront également à l’entreprise de percer de nouveaux marchés en Scandinavie et en Amérique du Sud.
Lors du Timber Porcessing and Energy Expo à Portland en 2018, le kiosque du Groupe BID a été très occupé avec le lancement de l’écorceur à ouverture variable de Comact (Variable Tool Opening – VTO). L’écorceur VTO est le premier sur le marché à offrir un réducteur de souche variable qui ne requiert pas d’outils de coupe compliqués. La machine utilise quatre rouleaux interchangeables ayant la forme d’un sablier. Les billes sont scannées pour reconnaître les anomalies et les têtes sont positionnées pour éliminer la fibre problématique. Le design utilise les couteaux simples, aussi utilisés sur les abatteuses groupeuses comme outil de coupe, et les dents de coupe peuvent être remplacés par des couteaux dans des applications autonomes pour une meilleure qualité des copeaux. Le positionnement des outils est basé sur la pression des outils désirée par l’entremise d’un seul servo moteur et le système relâche la pression au moment où la bille quitte les outils afin d’éviter les chocs. L’écorceur peut fonctionner à des vitesses de plus de 600 pieds par minute, pour un diamètre allant jusqu’à 31 pouces. Pour plus d'informations, vous pouvez visionner le vidéo (en anglais seulement). 
Optimiser le processus d’écorçage de toutes les billes de bois entrant à la scierie est un défi complexe, mais surmontable grâce aux meilleures technologies et à un bon accompagnement. Le Système intelligent d’optimisation de l’écorçage développé par le Centre de recherche industrielle du Québec (CRIQ) permet de qualifier les billes avant et après l’écorçage et utilise les données receuillies pour optimiser les opérations. 
Il est possible de transformer vos séchoirs actuels sur double rail en séchoirs utilisant la technique du séchage en continu, ce qui par le fait même pourrait tripler votre capacité de séchage avec vos équipements actuels modifiés.
Opérations forestières vous présente les plus récentes technologies de scanneurs et d’optimiseurs.
Il y a 12 ans, l’inspection visuelle par un humain était la seule manière de classer selon leur qualité les madriers fraîchement rabotés. À raison de 60 madriers par minute, le pauvre gars n’avait qu’une seconde pour prendre sa décision.
Le Gouvernement du Québec attribue une aide financière de 10 M$ à la Compagnie WestRock du Canada Inc. pour son usine de La Tuque pour deux projets en efficacité énergétique. Ces projets permettront une importante réduction d'émissions de gaz à effet de serre, soit 26 076 tonnes d'équivalent CO2 annuellement, ce qui équivaut à retirer quelque 7 670 véhicules légers des routes chaque année. Le tout permettra également à l'entreprise de réaliser des économies dans son budget d'exploitation de l'usine.
En avril dernier, une centaine d’entrepreneurs, de gestionnaires et d’industriels forestiers se sont rassemblés à Québec pour participer à un atelier de travail sur l’avenir de l’entrepreneuriat forestier organisé par FORAC et FPInnovations. Un des objectifs principaux était de sensibiliser les participants au potentiel des nouvelles technologies en forêt. Opérations forestières vous présente quelques pistes de solutions.
Au cours des dernières années, j’ai visité plusieurs usines de sciage et j’ai fait la rencontre de centaines de forestiers. Tranquillement, l’image des forestiers change. Les têtes grises dominent toujours, mais la relève est au rendez-vous.
VAB Solutions a fait l’annonce de la signature d’un nouveau contrat avec la Scierie Lemay localisée Sainte-Marie de Beauce près de Québec.  Ce contrat comprend la vente et l’installation d’un système d’optimiseur de classification au sciage.  
Depuis 2014, Foroogh Abasian a complété un doctorat de génie industriel de l’Université Laval, prenant la responsabilité de gestion d’un vaste projet industriel impliquant le gouvernement, des scieries, une grande papetière ainsi que FPInnovations dans le cadre du développement de systèmes d’aide à la décision pour la transformation de l’industrie canadienne via la chaine d’approvisionnement de la biomasse forestière. 
« Notre ligne de sciage, qui datait de 1995, commençait à être désuète, lance d’emblée Yannick Caron, le directeur de l’usine Price, qui appartient au Groupe Lebel depuis 2008. On voulait améliorer l’optimisation et le contrôle. Pour y arriver, on a changé des équipements et on en a modifié d’autres, dont la motorisation, de l’hydraulique vers l’électrique, et on va ajouté des optimiseurs Autolog de nouvelle génération. »
Alors que son premier investissement est complété – l’acquisition d’une nouvelle ligne de débitage primaire de conception hybride USNR – le plus récent projet est l’installation d’une seconde unité de débitage. Une nouvelle scie à ruban jumelle et une sortie à trois zones redéfinissent le flux et la flexibilité de son processus. La réduction de la main-d’œuvre et l’amélioration apportée à la sécurité s’avèrent des bénéfices supplémentaires.
Damabois se lance dans la fabrication de palettes en bois moulé à partir des résidus du sciage. Pour ce faire, l’entreprise de Saint-Damase dans la Matapédia importera une technologie européenne. 
Au-delà de la vente de ses produits, l’entreprise se plaît à dire qu’elle « ne fait pas comme le reste de l’industrie », tant par sa relation avec ses employés, que par ses projets d’innovation.
La forestière Boisaco modernise ses installations de Sacré-Cœur. La direction a dévoilé jeudi le résultat d'investissement de 20 millions de dollars.
FPInnovations collabore actuellement à la première mise en œuvre en industrie d'une technologie de séchage de précision en continu. Le procédé, qui permet le reséchage de pièces de bois sélectionnées à une teneur en humidité (TH) cible donnée, est équipé d'un système de mesure de la TH, outil d'aide à la décision fourni par SCS Forest Products by Finna Group (SCSFP), une entreprise membre de FPInnovations. La mesure de la teneur en humidité détermine si le produit nécessite ou non d'être reséché.
Comment optimisation des pompes à chaleur en fonction des sources d’énergie? Comment récupérer l’énergie par évacuation différentielle (Vents Loss Minimizer System)? Comment récupérer l’énergie aux évents? Voilà les sujets dont nous parlerons dans ce chapitre consacré à la gestion de l’énergie au séchage.
Dans un séchage conventionnel (air chaud climatisé), la chaleur sert à évaporer l’eau du bois. Elle est rejetée dans l’atmosphère avec les rejets d’humidités à travers les clapets. Il s’agit de disposer de ce potentiel d’énergie en le transférant à l’air de renouvellement.
Un travailleur de 38 ans a perdu la vie de manière tragique hier matin dans une scierie de Sainte-Monique.
Avec les surplus de copeaux et d’écorce disponibles sur le marché, d’aucuns disent que le meilleur choix énergétique est certainement l’écorce pour alimenter un parc de séchoirs, considérant sa valeur brute relativement faible (environ 15 $/tonne verte). Mais quand on regarde le coût d’investissement d’un projet de chaudière à écorce, le personnel et la manutention pour opérer cet équipement, le meilleur choix énergétique initial se perd progressivement dans un nuage de vapeur d’incertitude.
Un accident de travail a fait une victime lundi matin, vers 6h40, à la scierie de Produits forestiers Temrex à Nouvelle, en Gaspésie, quand un travailleur dans la vingtaine a été frappé par une pièce de machinerie.
Les opérateurs de machinerie ont une influence majeure sur l'efficacité du carburant et la productivité. La différence de productivité entre les meilleurs et les pires opérateurs peut atteindre 30 %, et l'entretien adéquat d'une machine peut générer des économies considérables de carburant. Pour aider ses membres à accroître leur productivité, FPInnovations offre l’atelier Opérateurs avertis de machinerie forestière partout au Canada. D'une durée de trois heures, l'atelier peut être donné à l'usine d'un membre sur demande.
Les accidents de travail liés à une chute en hauteur sont fréquents dans les entreprises et engendrent des coûts élevés en termes d’indemnisation. Pour ces raisons, le plan d’action « tolérance zéro » de la CNESST place la cible des chutes en hauteur parmi ses priorités.
Depuis le 17 octobre 2018, la Loi concernant le cannabis et modifiant la Loi réglementant certaines drogues et autres substances, le Code criminel et d’autres lois est en vigueur. Le cannabis est donc actuellement une substance légale.
La Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU) profite des températures estivales pour rappeler aux Québécois que le danger d’incendie est élevé dans plusieurs secteurs. Actuellement, dans l’ouest de la province, 9 incendies sont en activité dont 6 ont été allumés par l’activité humaine.
Les bonnes pratiques en matière de cadenassage se sont répandues au Québec, mais la règlementation à ce sujet demeurait mince. C’est pourquoi des modifications ont eu lieu le 14 janvier dernier, date à laquelle le Règlement sur la santé et la sécurité du travail (RSST) a vu ses articles 185 et 186 être abrogées pour faire place à la sous-section 1.1 spécifique au cadenassage et aux autres méthodes de contrôle des énergies (articles 188.1 à 188.12 et 189.1 en remplacement de 186). Du côté du Code de sécurité pour les travaux de construction (CSTC), les changements se traduisent par l’ajout de la sous-section 2.20.
« La forêt, c’est notre ressource principale. Notre vie et notre industrie sont basées sur la forêt. La technologie, c’est au cœur de notre mission, c’est ce qui nous anime. Quand on coupe un arbre dans la forêt, il faut aller chercher chaque molécule de l’arbre. C’est de cette façon qu’on pense. C’est une quête constante. »
Augmenter la récupération du bois d’œuvre de 30 %, réduire de 20 % le volume de sous-produits, réduire les coûts de conversion de 10 % et accroître les revenus, tel est l’objectif de SM².

Centre d'abonnement

 
Nouvel abonnement
 
Vous êtes déjà abonné?
 
Service à la clientèle
 
Voir Digital Magazine Renouvellement

Les plus populaires

Communication intelligente par satellite pour les gens et les actifs
Compte tenu de la concurrence qui prévaut dans le marché d’aujourd’hui hyper-connecté et alimenté pa...

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience sur notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Pour en savoir plus, lisez notre politique de confidentialité.