Opérations Forestières

Marchés Nouvelles de l’industrie
Résolu : Perte nette de 4M$ au 2e trimestre


5 août 2015
Par Guillaume Roy

 

Produits forestiers Résolu a annoncé  un bénéfice net, avant éléments hors gestion courante, de 7 M$, soit 0,07 $ par action, pour le trimestre clos le 30 juin 2015, contre un bénéfice net, avant éléments hors gestion courante, de 17 M$, soit 0,18 $ par action, pour la période correspondante de 2014. Les ventes du trimestre ont atteint 926 M$, en baisse de 165 M$, soit 15 %, par rapport à celles du deuxième trimestre de 2014. La perte nette selon les PCGR a été de 4 M$, soit 0,04 $ par action, contre 2 M$, soit 0,02 $ par action, pour le deuxième trimestre de 2014. 

« En continuant à nous concentrer sur nos coûts, nous avons pu obtenir de solides résultats malgré les défis qui persistent au sein de notre industrie, a déclaré Richard Garneau, président et chef de la direction. Notre plateforme concurrentielle et diversifiée nous a permis de surmonter les conditions difficiles, y compris les perturbations cycliques auxquelles ont fait face nos secteurs de croissance, à savoir les secteurs Pâte commerciale et Produits du bois, ainsi que les difficultés de plus en plus importantes liées aux catégories de papiers, surtout dans le secteur Papier journal. Nous nous efforçons de conserver notre avantage concurrentiel en gardant le cap sur le modèle opérationnel éprouvé de Résolu dans toutes nos activités et en optimisant notre base d’actifs pour assurer une utilisation maximale de nos usines les plus rentables. » 

La définition des mesures financières hors PCGR, notamment les ajustements liés aux éléments hors gestion courante et le BAIIA ajusté, ainsi que leur rapprochement avec les mesures financières conformes aux PCGR sont présentés ci-dessous.

Advertisment

Variation du résultat d’exploitation du trimestre par rapport à celui du trimestre précédent

Résultats consolidés

La Société a dégagé un bénéfice d’exploitation de 16 M$ pour le trimestre, contre une perte d’exploitation de 15 M$ pour le premier trimestre. L’amélioration de 31 M$ reflète la réduction des coûts (38 M$) en raison de l’effet des températures printanières, du prix du gaz naturel et de l’amélioration de la productivité des usines, de même que la hausse du volume (12 M$) et l’effet favorable de l’affaiblissement du dollar canadien (9 M$), malgré le fléchissement des prix réalisés pour toutes les catégories (31 M$), surtout dans les secteurs Produits du bois et Papier journal. Aucun frais de fermeture n’a été comptabilisé ce trimestre, alors que des frais de fermeture de 6 M$ liés à la réduction permanente de la capacité de production de papier journal aux usines d’Iroquois Falls! (Ontario) et de Clermont (Québec) l’avaient été pour le premier trimestre. 

Le BAIIA ajusté s’est établi à 89 M$ pour le trimestre, en hausse de 25 M$ par rapport à celui de 64 M$ enregistré pour le premier trimestre. Comme nous l’expliquons plus en détail ci-après, la Société a, pour le trimestre écoulé, modifié la présentation des charges au titre des prestations des régimes de retraite et d’avantages complémentaires de retraite de manière à présenter les éléments nets liés au financement et à la réévaluation comme un ajustement hors gestion courante utilisé dans le calcul de ses mesures de la performance hors PCGR, y compris le BAIIA ajusté. Au deuxième trimestre, le BAIIA ajusté aurait atteint 77 M$ abstraction faite de cet ajustement, par rapport au montant de 50 M$ présenté auparavant pour le premier trimestre. Les éléments nets liés au financement et à! ; la réévaluation des coûts au titre des prestations des régimes de retraite et d’avantages complémentaires de retraite sont dorénavant attribués en totalité au secteur « Siège social et autre » dans la présentation sectorielle du résultat d’exploitation de la Société. 

Pâte commerciale

Le secteur Pâte commerciale a dégagé un bénéfice d’exploitation de 26 M$ pour le deuxième trimestre, soit 15 M$ de plus qu’au premier trimestre. La progression reflète un repli de 7 %, soit 46 $ par tonne métrique, du coût d’exploitation unitaire (le « coût livré ») en raison d’une meilleure efficacité opérationnelle et de facteurs saisonniers, de même qu’une progression de 23 000 tonnes métriques, soit 7 %, des volumes expédiés, surtout au titre de la pâte kraft blanchie de résineux. Le prix de vente moyen a néanmoins reculé de 8 $ par tonne métrique, soit 1 %, du fait de la baisse importante des prix réalisés de la pâte de résineux, laquelle n’a été annulée qu’en partie par l’augmentation des prix réalisés de la pâte en flocons et de la pât! e kraft blanchie de feuillus. Le BAIIA ajusté a été porté à 108 $ par tonne métrique, ce qui correspond à une marge de 16 %, contre 76 $ pour le trimestre précédent et une moyenne de 88 $ par tonne métrique pour les 12 derniers mois. À la clôture du trimestre, les stocks de produits finis avaient diminué de 14 000 tonnes métriques, soit 14 %, ce qui représente près de 4 jours d’approvisionnement.  

Produits du bois

La perte d’exploitation du secteur Produits du bois s’est établie à 4 M$ pour le trimestre, par rapport à un bénéfice d’exploitation de 5 M$ pour le premier trimestre. Ce recul reflète une diminution de 33 $ par millier de pieds mesure de planche (pmp), soit 9 %, du prix de vente moyen, en raison de la baisse du prix moyen du marché pour le trimestre. Les volumes expédiés se sont cependant accrus de 25 millions de pmp, soit 6 %, pour atteindre 418 millions de pmp, et le coût livré s’est replié de 15 $ par millier de pmp, soit 4 %, s’établissant à 327 $ par millier de pmp. La baisse du coût livré s’explique d’abord et avant tout par l’affaiblissement du dollar canadien au premier trimestre et son effet de retard sur les coûts des stocks, ainsi que par l’amélioration de la récupération de la fibre et de meilleurs taux de production. L! es stocks de produits finis ont diminué de 16 millions de pmp, soit 12 %. Le prix de vente moyen a atteint son plus bas niveau des dernières années au cours du trimestre, et le BAIIA ajusté n’a été que de 12 $ par millier de pmp, reflétant une marge de 4 %, contre celui de 33 $ pour le trimestre précédent et une moyenne de 47 $ par millier de pmp pour les 12 derniers mois. 

Papier journal

Le secteur Papier journal a enregistré un bénéfice d’exploitation de 3 M$ pour le trimestre, contre une perte d’exploitation de 3 M$ pour le premier trimestre. L’amélioration reflète un recul de 31 $ par tonne métrique, ou 6 %, du coût livré, essentiellement du fait de la baisse saisonnière des coûts de la vapeur et de l’électricité et de la diminution des prix du gaz naturel. Les volumes expédiés de papier journal ont augmenté de 14 000 tonnes métriques, soit 3 %, mais dans l’ensemble, le prix de vente moyen a reculé d’un montant supplémentaire de 17 $ par tonne métrique, soit 3 %. L’environnement de prix depuis la fin de 2014 traduit les difficultés accrues auxquelles sont confrontés les producteurs nord-américains sur le marché mondial du papier journal, lesquels doivent faire face au rythme accéléré! de diminution structurelle de la demande mondiale, au désavantage d’un dollar américain fort pour les exportations et au très bas niveau des taux d’exploitation hors Amérique du Nord. La Société a diminué ses stocks de produits finis de 8 % pour les ramener à 97 000 tonnes métriques. Malgré l’environnement défavorable, le BAIIA ajusté a atteint 35 $ par tonne métrique pour le trimestre, ce qui correspond à une marge de 7 %, contre celui de 24 $ pour le trimestre précédent et une moyenne de 38 $ par tonne métrique pour les 12 derniers mois. 

Papiers pour usages spéciaux

Le secteur Papiers pour usages spéciaux a dégagé un bénéfice d’exploitation de 17 M$ pour le deuxième trimestre, en hausse de 12 M$ par rapport à celui du premier trimestre. À l’instar de celle des autres secteurs, l’amélioration traduit la baisse importante des coûts, qui ont diminué de 40 $ par tonne courte, soit 6 %, en raison de la baisse saisonnière des coûts de la vapeur, ainsi que l’amélioration de l’efficacité et de la productivité des usines par rapport au premier trimestre. Les volumes expédiés ont progressé de 6 000 tonnes courtes, soit 2 %, mais le prix de vente moyen a diminué de 10 $ par tonne courte, soit 1 %, du fait des baisses des prix des papiers surcalandrés et des papiers blancs. Les stocks de produits finis ont augmenté de 22 000 tonnes courtes. Dans l’ensemble, le BAIIA ajusté s’est &#! 233;tabli à 93 $ par tonne courte, ce qui correspond à une marge de 13 %, contre celui de 58 $ enregistré pour le trimestre précédent et une moyenne de 63 $ par tonne courte pour les 12 derniers mois.

Variation du résultat d’exploitation consolidé du trimestre par rapport à celui du trimestre correspondant de l’exercice précédent

La Société a enregistré un bénéfice d’exploitation de 16 M$ pour le trimestre, comparativement à une perte d’exploitation de 8 M$ pour la période correspondante de l’exercice précédent, malgré une baisse de 88 M$ des prix reflétant la diminution des prix de vente moyens de 17 % pour le secteur Produits du bois, de 11 % pour le secteur Papier journal, de 9 % pour le secteur Pâte commerciale et de 2 % pour le secteur Papiers pour usages spéciaux. Les volumes expédiés des secteurs Papier journal et Papiers pour usages spéciaux ont également diminué en raison de l’incidence des mesures de rationalisation de la production que la Société a prises en 2014, entre autres, afin de s’adapter aux conditions du marché. Abstraction faite de l’augmentation de 14 M$ du total des coûts au titre des prestations des régimes de retraite et d’! avantages complémentaires de retraite, les charges du trimestre ont été de 46 M$ inférieures à celles de la période correspondante de l’exercice précédent, et ce, en raison des mesures d’optimisation des actifs, de l’amélioration de l’efficacité et de la productivité des usines, de la baisse des prix des matières premières et de la diminution des coûts de la maintenance. L’augmentation de ces charges résulte d’une hausse de 330 M$ du passif net inscrit au bilan en 2014 au titre des prestations des régimes de retraite et d’avantages complémentaires de retraite. L’affaiblissement du dollar canadien a eu une incidence favorable de 41 M$ sur le bénéfice d’exploitation du trimestre. La Société n’a inscrit aucun frais de fermeture pour le trimestre, alors qu’au deuxième trimestre de l’exercice précédent, elle avait enregistré une charge de 52 M$ au titre de l’amortissemen! t accéléré et d’autres frais de fermeture, dont la plupart représentaient des coûts liés à la fermeture définitive d’une machine à papier mise hors service à notre usine de Catawba (Caroline du Sud).    

Siège social et données financières

La Société a racheté 3 195 127 actions ordinaires au cours du trimestre, soit 3,4 % des actions ordinaires en circulation, pour une contrepartie totale de 37 M$. La Société a affiché des flux de trésorerie provenant de l’exploitation de 61 M$ et des dépenses en immobilisations de 39 M$, et sa trésorerie s’établissait à 303 M$ à la fin du trimestre. La Société dispose ainsi de liquidités de 771 M$ et a une dette nette de 294 M$. 

« Nous avons tiré parti de la sous-performance récente de notre titre pour racheter une part importante de nos actions aux termes de notre programme de rachat d’actions récemment renouvelé, a déclaré Jo-Ann Longworth, première vice-présidente et chef des services financiers. Cette démarche opportune ne compromet pas nos initiatives continues de création de valeur, mais s’y ajoute afin d’accroître la capacité sur les marchés présentant des occasions de croissance à mesure que nous poursuivons l’exécution de notre stratégie de croissance, qui comprend notamment l’expansion dans le secteur des papiers tissus et le projet de lessiveur à Calhoun, ainsi que les deux nouvelles scieries dans le nord de l’Ontario. »  

Au deuxième trimestre, la Société a modifié la présentation des charges au titre des prestations des régimes de retraite et d’avantages complémentaires de retraite de manière à isoler les éléments nets liés au financement et à la réévaluation qui étaient auparavant ventilés aux secteurs opérationnels et à les réattribuer au secteur « Siège social et autre » dans la présentation sectorielle du résultat d’exploitation. Le coût des services rendus au cours de la période et l’amortissement des crédits au titre des services passés continueront d’être ventilés aux secteurs opérationnels.

Par ailleurs, la Société traite dorénavant les éléments nets liés au financement et à la réévaluation des coûts au titre des prestations des régimes de retraite et d’avantages complémentaires de retraite comme un élément hors gestion courante devant être ajusté pour établir ses mesures de la performance hors PCGR, comme le BAIIA ajusté et les ajustements du bénéfice liés aux éléments hors gestion courante. Ce changement a été appliqué rétroactivement au moyen de l’ajustement de l’information financière comparative, y compris l’information figurant dans le présent communiqué portant sur les résultats.

La Société est d’avis qu’en sortant les éléments nets liés au financement et à la réévaluation des coûts au titre des prestations des régimes de retraite et d’avantages complémentaires de retraite, qui sont des éléments hors exploitation de par leur nature, des secteurs opérationnels et en les éliminant des mesures de la performance hors PCGR, elle reflétera mieux la prévisibilité de ses résultats d’exploitation poursuivis et améliorera la comparabilité d’une période à l’autre, ce qui sera plus utile pour les investisseurs. Cette façon de faire est cohérente avec les indicateurs internes qu’utilise la direction pour évaluer la performance de même qu’avec l’approche retenue par plusieurs sociétés comparables du secteur d’activité de la Société.

Perspectives

« Le recul des exportations nord-américaines vers l’Asie et la demande moins élevée que prévu ont entraîné les prix du bois d’œuvre vers leur plus bas niveau des dernières années, a ajouté M. Garneau. Toutefois, à la lumière de l’évolution récente des prix et des données encourageantes liées aux mises en chantier résidentielles aux États-Unis, nos perspectives à court terme pour le bois d’œuvre sont plus favorables. Quant à la pâte, la décélération de la croissance en Chine, la vigueur du dollar américain et la baisse de la demande de papiers d’impression et d’écriture se sont traduites par une baisse de 67 $ par tonne métrique du prix moyen du secteur Pâte commerciale par rapport au sommet atteint au deuxième trimestre de l’exercice précédent. En conséquence, nos perspectives à! court terme pour la pâte sont incertaines. Nous demeurons néanmoins d’avis que les déterminants fondamentaux de la pâte et du bois d’œuvre soutiendront une amélioration de la performance à moyen et à long terme. Nos résultats trimestriels montrent que notre plateforme d’actifs de qualité nous place en excellente position pour tirer parti de la reprise qui fera suite au présent ralentissement. 

M. Garneau a poursuivi en ces termes : « Même si les conditions du secteur Papier journal continuent de se dégrader, nous prévoyons que notre réseau fonctionnera à capacité, puisque nous estimons que notre base d’actifs nous donne un avantage concurrentiel qui nous permettra de composer avec le rythme accéléré de diminution structurelle de la demande mondiale, du désavantage de l’appréciation du dollar américain pour les exportations et du très bas taux d’exploitation de l’industrie à l’extérieur de l’Amérique du Nord. Bien que nous nous attendions à une légère hausse dans les livraisons de papiers pour usages spéciaux, la faiblesse de l’euro et la baisse accélérée de la demande en Amérique du Nord pourraient exercer des pressions sur les prix de vente. Nous continuerons de nous concentrer sur la maximisation de notre avantage ! concurrentiel à mesure que nous exécutons notre stratégie de croissance de manière à préparer Résolu pour l’avenir grâce à des projets comme l’installation de production et de conversion de papiers tissus, dont la production devrait graduellement s’accroître en 2017, et nos initiatives d’accroissement de la capacité liée à la pâte et au bois d’œuvre. »