Opérations Forestières

Nouvelles Nouvelles de l’industrie
Résolu perd 30M$ au premier trimestre


8 mai 2015
Par Produits forestiers Résolu

 

Produits forestiers Résolu a annoncé aujourd’hui une perte nette, avant les éléments hors gestion courante, de 30 M$, soit 0,32 $ par action, pour le trimestre clos le 31 mars 2015, contre une perte nette, avant les éléments hors gestion courante, de 26 M$ et de 0,27 $ par action pour la période correspondante de 2014. Les ventes du trimestre ont atteint 920 M$, en baisse de 96 M$, ou de 9 %, en regard de celles du premier trimestre de 2014. La perte nette selon les PCGR est de 33 M$, soit 0,35 $ par action, contre 50 M$ et 0,53 $ par action pour le premier trimestre de 2014.

« Les résultats du trimestre ont été surtout affectés par la baisse des prix de vente de la pâte commerciale et des produits du bois conjuguée aux conditions extrêmement difficiles du marché mondial du papier journal, a déclaré Richard Garneau, président et chef de la direction. Même si les prix de vente ont fléchi ce trimestre par rapport à leur sommet récemment enregistré, nous sommes toujours confiants en regard des perspectives d’avenir des secteurs du bois d’œuvre et de la pâte. Nous sommes persuadés que nous créerons une valeur importante grâce à nos investissements, en particulier avec la nouvelle capacité résultant des deux nouvelles scieries ontariennes et du projet du lessiveur en continu de l’usine de pâte de Calhoun. Nous croyons au potentiel à long ter! me du marché mondial de la pâte, notamment dans les produits qui utilisent la pâte commerciale, comme le papier tissu en Amérique du Nord, qui est un consommateur de plus en plus important de notre pâte. Par contre, les récentes fermetures de nos installations de fabrication de papier journal et de papiers pour usages spéciaux témoignent de notre capacité d’adaptation aux conditions changeantes du marché du papier. Manifestement, notre intention est de générer le plus de valeur possible avec nos actifs, en rationalisant notre production afin d’optimiser nos usines les plus rentables, d’éliminer les coûts fixes et d’éviter les frais onéreux associés aux arrêts successifs de production. »

Advertisment

La définition des mesures financières hors PCGR, notamment les ajustements liés aux éléments hors gestion courante et le BAIIA ajusté, ainsi que leur rapprochement avec les mesures financières conformes aux PCGR sont présentés ci-dessous.

Variation du résultat d’exploitation du trimestre par rapport à celui du trimestre précédent

Résultats consolidés

La Société a subi une perte d’exploitation de 15 M$ pour le premier trimestre de 2015, contre 93 M$ pour le quatrième trimestre de 2014. Le BAIIA ajusté du trimestre correspond à 50 M$, en baisse de 56 M$ comparativement à celui du quatrième trimestre de 2014. Les résultats de la Société ont été affectés par la baisse du prix du papier journal, de la pâte et du bois d’œuvre (34 M$, abstraction faite de l’incidence défavorable de la dépréciation du dollar canadien), par la diminution du volume des pâtes et des papiers (23 M$) et par l’augmentation des charges au titre des prestations des régimes de retraite et d’avantages complémentaires de retraite (15 M$). L’augmentation de ces charges, qui n’a aucune incidence sur la trésorerie, résulte d’une hausse de 330 M$ du passif net inscrit au bilan en 2014 au titre des prestation! s des régimes de retraite et d’avantages complémentaires de retraite.

Pour le quatrième trimestre de 2014, la Société avait inscrit une charge de 131 M$ au titre de l’amortissement accéléré et d’autres frais de fermeture, dont la plupart représentait des coûts hors trésorerie liés à la fermeture définitive, annoncée au cours du même trimestre, des usines de papier journal situées à Iroquois Falls (Ontario), à Baie-Comeau (Québec) et à Clermont (Québec), et à la fermeture définitive de l’usine de papiers pour usages spéciaux Laurentide de Shawinigan (Québec).

Pâte commerciale

Le secteur Pâte commerciale a dégagé un bénéfice d’exploitation de 10 M$ pour le premier trimestre, soit 3 M$ de moins que celui du trimestre précédent. Le prix moyen de l’ensemble des ventes a fléchi de 29 $ la tonne métrique (4 %), à cause de la baisse du prix de vente moyen de la pâte de résineux et de la pâte en flocons. Les volumes expédiés ont régressé d’environ 7 % (23 000 tonnes métriques) en raison d’une diminution des livraisons de pâtes de résineux, en dépit d’expéditions supplémentaires de pâtes en flocons au cours du trimestre qui avaient été retardées et auraient dû être effectuées au quatrième trimestre de 2014. Globalement, les volumes expédiés pour ce secteur n’ont pas atteint les objectifs, du fait que celui-ci est plus vulnérable aux campagnes de dés! information menées par certains groupes d’activistes environnementaux, et aussi à cause d’interruptions de production non planifiées à certaines usines. Les stocks de produits finis ont augmenté de 9 000 tonnes métriques. Le coût d’exploitation unitaire (le « coût livré ») a baissé de plus de 3 %, principalement en raison de la diminution des frais de maintenance et d’un meilleur apport de la centrale de cogénération de Saint-Félicien (Québec), après que l’usine eut été temporairement mise hors service pour les travaux annuels de maintenance au quatrième trimestre de 2014, ce facteur étant partiellement annulé par l’accroissement des charges au titre des prestations des régimes de retraite et d’avantages complémentaires de retraite.

Produits du bois

Le bénéfice d’exploitation du secteur Produits du bois est de 5 M$ pour le trimestre, soit 13 M$ de moins que celui du trimestre précédent. Les volumes expédiés ont augmenté de 1 %, atteignant 393 millions de pieds mesure de planche (pmp), alors que le prix de vente moyen a baissé de 25 $ le pmp, ou de 7 %, en raison d’un recul du prix de marché. Le coût livré du secteur a augmenté de 3 % pour atteindre 342 $ le pmp parce que des crédits d’impôt additionnels au titre des investissements en infrastructures avaient été comptabilisés pour le trimestre précédent et n’ont pas été comptabilisés au premier trimestre. Par ailleurs, les stocks de produits finis se sont accrus de 14 % par suite d’un ralentissement du marché au cours du trimestre.

Papier journal

Pour le premier trimestre de 2015, le secteur Papier journal a enregistré une perte d’exploitation de 6 M$, contre un bénéfice d’exploitation de 15 M$ pour le quatrième trimestre de 2014. Les volumes expédiés ont diminué de 63 000 tonnes métriques, ou de 11 %, reflétant une baisse saisonnière de la demande et l’effet des mesures de rationalisation de la production que la Société avait prises en 2014, entre autres, afin de s’adapter aux conditions du marché. Le prix de vente moyen du secteur s’est replié de 34 $ la tonne métrique, ou de 6 %. Toutes ces variations s’expliquent surtout par les difficultés actuelles auxquelles sont confrontés les producteurs nord-américains sur le marché mondial du papier journal, qui doivent faire face au rythme accéléré de la diminution structurelle de la demande mondiale, au désavantage d’un dol! lar américain trop fort pour les exportations et au très bas niveau des taux d’exploitation hors Amérique du Nord. Pour le secteur, le coût livré est resté essentiellement stable en raison de l’avantage d’un dollar canadien et d’une diminution des coûts fixes résultant des fermetures d’usines, malgré la hausse, principalement saisonnière, des coûts de l’électricité et de la vapeur de même que l’augmentation des charges au titre des prestations des régimes de retraite et d’avantages complémentaires de retraite. Les stocks de produits finis ont diminué de 9 %.

En décembre 2014, la Société avait annoncé que la capacité annuelle serait réduite de 465 000 tonnes métriques après la fermeture définitive de trois machines à papier journal au Canada. L’objectif est notamment d’optimiser les actifs, en rationalisant la production afin de maximiser l’exploitation des usines les plus rentables, d’éliminer les coûts fixes et d’éviter les frais onéreux associés aux arrêts successifs de production.

Papiers pour usages spéciaux

Le secteur Papiers pour usages spéciaux a dégagé un bénéfice d’exploitation de 1 M$ pour le premier trimestre, en baisse de 3 M$ par rapport à celui du trimestre précédent. Le prix de vente moyen n’a pratiquement pas changé, mais les volumes expédiés du secteur ont diminué de 14 % (61 000 tonnes courtes), surtout en raison d’une baisse saisonnière de la demande et des mesures de rationalisation de la production prises en 2014. L’usine Laurentide, dont la capacité annuelle était de 191 000 tonnes métriques, a été fermée en octobre 2014. Le coût livré du trimestre n’a pratiquement pas changé, ayant bénéficié de la dépréciation du dollar canadien et du fléchissement du prix du gaz naturel, malgré la hausse saisonnière des coûts de l’électricité et de la vapeur, l’inefficacité ! de certaines usines sur le plan de la production et la hausse des charges au titre des prestations des régimes de retraite et d’avantages complémentaires de retraite.

Siège social

La Société a imputé au secteur « Siège social et autre » l’augmentation des charges au titre des prestations des régimes de retraite et d’avantages complémentaires de retraite liées aux installations mises hors service (7 M$), principalement touchés par l’augmentation des charges au titre des prestations des régimes de retraite et d’avantages complémentaires de retraite de ces installations, ainsi que certains frais de vente, frais généraux et frais d’administration non attribués aux secteurs opérationnels.

Variation du résultat d’exploitation consolidé du trimestre par rapport à celui du trimestre correspondant de l’exercice précédent

La Société a enregistré une perte d’exploitation de 15 M$ pour le premier trimestre de 2015, comparativement à une perte d’exploitation de 33 M$ pour le trimestre correspondant de 2014. La période correspondante de l’exercice précédent avait été durement touchée par la rigueur inhabituelle de l’hiver (qui avait provoqué une hausse importante des coûts et une perte de production d’environ 30 000 tonnes métriques) et par d’autres interruptions de production de 25 000 tonnes métriques. La Société a mis en place diverses mesures pour réduire son exposition aux conditions hivernales; elle a ainsi atténué considérablement leur incidence au cours du premier trimestre.

Au total, les prix de vente pour le trimestre ont reculé de 42 M$ en raison des diminutions respectives de 9 %, de 8 % et de 4 % du prix de vente moyen des secteurs Papier journal, Produits du bois et Pâte commerciale. Malgré une hausse de 11 % du volume expédié des produits du bois, attribuable aux gains de production et aux projets d’améliorations, le volume global a diminué en regard de celui du trimestre correspondant de 2014 en raison d’une baisse des livraisons de l’ordre de 2 % pour la pâte commerciale, de 8 % pour le papier journal et de 9 % du côté des papiers pour usages spéciaux. Exclusion faite de l’effet favorable par rapport à la rigueur inhabituelle de l’hiver 2014 (40 M$), de la diminution du volume (34 M$) et de la dépréciation du dollar canadien (30 M$), les coûts de fabrication du trimestre n’ont pas varié. Cette situation ! reflète l’accroissement des charges au titre des prestations des régimes de retraite et d’avantages complémentaires de retraite (12 M$) et la hausse des coûts de l’électricité et de la vapeur ont été compensés par l’effet favorable des mesures d’optimisation des actifs de production et de la diminution des coûts de maintenance.

Perspectives

« Après avoir atteint un sommet au deuxième trimestre de l’exercice précédent, le prix de vente de la pâte commerciale a fléchi en moyenne d’environ 60 $ la tonne métrique, mais nous sommes confiants en regard des perspectives d’avenir de ce secteur, a ajouté M. Garneau. Les mises en chantier résidentielles aux États-Unis pour le premier trimestre ont été inférieures aux prévisions, et compte tenu de la baisse des exportations de bois d’œuvre de l’Amérique du Nord vers l’Asie, de la force du dollar américain et de la réintroduction des droits d’exportation et des contingents d’exportation en vertu de l’Accord Canado-américain sur le bois d’œuvre résineux de 2006, nos perspectives à court terme à l’égard du bois d’œuvre sont plus incertaines, mais nous sommes toujours confiants pour le moyen et le long terme. Nous nous attendons ! 4; une légère hausse dans les livraisons de papiers pour usages spéciaux, ainsi qu’à des prix assez stables dans l’ensemble au cours du deuxième trimestre. Nous prévoyons aussi pouvoir conserver notre volume de ventes de papier journal, quoique les prix risquent de continuer à subir des pressions en raison du rythme accéléré de la diminution structurelle de la demande mondiale, du désavantage de l’appréciation du dollar américain pour les exportations et du très bas taux d’exploitation de l’industrie à l’extérieur de l’Amérique du Nord. »