Opérations Forestières

Nouvelles Nouvelles de l’industrie
Résolu dégage un bénéfice net de 19 M$


31 juillet 2014
Par Produits forestiers Résolu

MONTRÉAL, le 31 juill. 2014 – Produits forestiers Résolu a annoncé aujourd’hui qu’elle a dégagé un bénéfice net, avant les éléments hors gestion courante, de 19 M$, soit de 0,20 $ par action, pour le trimestre clos le 30 juin 2014. La Société avait dégagé un bénéfice net, avant les éléments hors gestion courante, de 18 M$, soit de 0,19 $ par action, pour le deuxième trimestre de 2013. La perte nette selon les PCGR a été de 2 M$ pour le deuxième trimestre de 2014, soit de 0,02 $ par action, en regard de la perte nette correspondante de 43 M$, soit de 0,45 $ par action, pour le deuxième trimestre de 2013. Les ventes du deuxième trimestre de 2014 ont été de 1,1 G$, chiffre inférieur de 16 M$ à celui du trimestre correspondant de l’exercice précédent.

« Les coûts et les marges bénéficiaires trimestriels se sont redressés à la suite des résultats décevants du premier trimestre, période qui avait connu des conditions climatiques exceptionnellement rigoureuses. Nos quatre secteurs ont amélioré leurs résultats de façon marquée, a mentionné Richard Garneau, président et chef de la direction. La moitié de notre BAIIA ajusté des douze derniers mois est venue de nos secteurs Produits du bois et Pâte commerciale. Notre avantage concurrentiel repose sur notre stratégie axée sur le contrôle de nos coûts et sur la diversification de nos actifs de production, nous procurant ainsi les outils pour maximiser nos résultats malgré les défis de notre secteur d’activité. »

La définition des mesures financières hors PCGR, notamment les ajustements liés aux éléments hors gestion courante et le BAIIA ajusté, ainsi que leur rapprochement aux mesures financières selon les PCGR sont présentés ci-dessous.

Advertisment

Évolution des résultats d’exploitation consolidés trimestriels par rapport au trimestre correspondant de l’exercice précédent

La Société a subi une perte d’exploitation de 8 M$ pour le deuxième trimestre de 2014, en regard d’un bénéfice d’exploitation de 3 M$ pour le trimestre correspondant de l’exercice précédent. Dans l’ensemble, les prix de vente des produits pour le deuxième trimestre de 2014 ont été semblables à ceux du trimestre correspondant de 2013, la hausse de 8 % du prix de vente moyen de la pâte commerciale ayant été compensée par la baisse du prix de vente moyen du papier journal, des papiers pour usages spéciaux et des produits du bois. Les volumes expédiés de papier journal ont augmenté de 3 % et ceux des produits du bois, de 22 %. En revanche, les volumes expédiés de papiers pour usages spéciaux ont diminué de 2 %. La hausse des volumes expédiés de produits du bois s’explique par l’augmentation de la capacité de production et par la vigueur de la demande. Les volumes expédiés de pâte commerciale ont diminué de 15 %, à cause, notamment, de la consommation interne accrue de pâte kraft de feuillus et du ralentissement de la demande en Amérique du Nord, particulièrement pour les pâtes de résineux et les pâtes à base de fibres recyclées. Grâce à la baisse des frais de redémarrage ainsi qu’à celle des charges de retraite et d’autres avantages de retraite, les coûts de fabrication ont, en général, poursuivi leur tendance baissière. La diminution des coûts de fabrication de la Société est aussi attribuable à la production d’électricité de ses centrales de cogénération et à ses mesures d’optimisation de ses actifs de production, bien que cette diminution ait été atténuée par l’augmentation des coûts de la fibre et des frais de maintenance. La faiblesse du dollar canadien a eu une incidence favorable de 22 M$ sur le bénéfice d’exploitation.

La société a inscrit une charge ponctuelle de 52 M$ pour le deuxième trimestre de 2014, au titre de l’amortissement accéléré et d’autres frais, liée en grande partie à la fermeture définitive d’une machine à papier déjà hors service de ses installations de Catawba, en Caroline du Sud. Par ailleurs, le montant des frais de vente, frais généraux et frais d’administration du deuxième trimestre a diminué de 3 M$, principalement en raison de la réduction des coûts des projets et du recul du dollar canadien.

Évolution des résultats d’exploitation sectoriels trimestriels par rapport au trimestre précédent

Papier journal

Le bénéfice d’exploitation du deuxième trimestre de 2014 du secteur Papier journal s’est élevé à 18 M$, une amélioration de 33 M$ par rapport au résultat d’exploitation du premier trimestre de 2014. Les volumes expédiés ont augmenté de 6 %, soit de 32 000 tonnes métriques, par rapport au trimestre précédent, dont les résultats ont été affectés par les arrêts de production attribuables aux conditions hivernales rigoureuses et à des défaillances d’équipements. Cette amélioration s’est réalisée en dépit des difficultés d’approvisionnement en fibres qu’ont connues certaines usines situées au Québec. Les volumes de papier journal expédiés vers les marchés d’exportation se sont élevés à 40 % du total pour le deuxième trimestre de 2014, comparativement à 44 % pour l’ensemble de l’exercice 2013. Le prix de vente moyen du papier journal est resté stable, mais la marge bénéficiaire a fortement augmenté grâce à la baisse de 9 % du coût de fabrication unitaire (le « coût livré ») qui s’est établi à 568 $ par tonne métrique pour le deuxième trimestre de 2014. L’amélioration du coût livré découle de la rigueur de la saison hivernale qui a pesé lourd sur les coûts du premier trimestre de 2014 et par la diminution des frais de maintenance du deuxième trimestre non liée aux conditions climatiques. Les stocks de produits finis ont augmenté de 14 %.

Papiers pour usages spéciaux

Pour le deuxième trimestre de 2014, la perte d’exploitation du secteur Papiers pour usages spéciaux s’est élevée à 3 M$, en regard d’une perte d’exploitation de 24 M$ pour le trimestre précédent. Le prix de vente moyen est resté stable, la hausse du prix de vente des papiers blancs ayant été annulée par la baisse des prix des papiers couchés à base de pâte mécanique et, dans une moindre mesure, des papiers satinés. Les volumes expédiés du secteur se sont accrus de 8 %, principalement grâce à l’augmentation des volumes expédiés de papiers blancs, et d’autres catégories de papier. Cette augmentation découle de la reprise saisonnière de la demande pour le papier de catalogue et les papiers destinés aux encarts publicitaires, par rapport au creux du premier trimestre. Elle est aussi attribuable au redressement de la performance au chapitre de la production à la suite des pertes de production liées aux conditions climatiques et de la défaillance d’équipements qui est survenue durant le premier trimestre. Le coût livré du deuxième trimestre de 2014 a baissé de 7 % pour les raisons indiquées. Les stocks de produits finis ont augmenté de 15 %.

Pâte commerciale

Le secteur Pâte commerciale a dégagé un bénéfice d’exploitation de 24 M$ pour le deuxième trimestre de 2014, en hausse de 16 M$ par rapport à celui du trimestre précédent. Le prix de vente moyen s’est amélioré de 4 % dans l’ensemble, principalement sous l’influence de la hausse des prix de la pâte en flocons, mais aussi de celle de la pâte de résineux et de la pâte à base de fibres recyclées. Si les volumes expédiés n’ont pas connu la croissance à laquelle on pouvait s’attendre à la suite des pertes de production et des problèmes de distribution liés aux conditions climatiques durant le premier trimestre, c’est que la Société a consommé davantage de pâte kraft de feuillus pour ses besoins internes et que la demande a faibli en Amérique du Nord, particulièrement pour la pâte de résineux et la pâte à base de fibres recyclées. Le coût livré a diminué de 3 % pour atteindre 652 $ par tonne métrique, après que les problèmes du premier trimestre eurent été surmontés. Les stocks de produits finis ont augmenté de 15 000 tonnes métriques, soit de 15 %.

Produits du bois

Par rapport au premier trimestre de 2014, le bénéfice d’exploitation du secteur Produits du bois a augmenté de 3 M$ pour atteindre 15 M$ pour le deuxième trimestre de 2014. Le prix de vente moyen est resté stable, résultat net de la hausse des prix du bois de colombage et de la baisse des prix du bois de dimension de longueurs variées. En dépit de la persistance des problèmes de distribution causés par le manque de disponibilité des transporteurs, problèmes qui ont débuté durant le premier trimestre, les volumes expédiés du deuxième trimestre ont augmenté de 19 %, ce qui a entrainé la diminution de 13 % des stocks de produits finis, qui avaient atteint un niveau élevé durant le trimestre précédent. Le coût livré du deuxième trimestre de 2014 a augmenté de 1 %, par rapport à celui du trimestre précédent.

Perspectives

« Nos efforts soutenus pour réduire nos stocks de bois d’œuvre durant le deuxième trimestre nous ont permis d’augmenter les volumes livrés du secteur Produits du bois, a ajouté Richard Garneau. Maintenant que nos stocks ont été ramenés à un niveau normal, nous prévoyons que nos volumes livrés du troisième trimestre se rapprocheront des chiffres trimestriels usuels. Bien que la reprise actuelle des mises en chantier de logements aux États-Unis soit plutôt lente, les prix de vente du bois d’œuvre en provenance de l’est ont tenu bon en juillet. Notre taille, notre solidité financière et nos coûts de fabrication concurrentiels nous placent dans une bonne posture pour être considérés par nos clients comme un fournisseur fiable pour le long terme. Notre secteur Papier journal va bien, particulièrement dans les marchés intérieurs. Cependant, nous ne prévoyons pas d’amélioration importante des marchés d’exportation durant le reste de l’exercice, en raison de la baisse de la demande internationale. La mise en service prochaine de nouvelles installations de fabrication de pâte de feuillus laisse planer une ombre sur les perspectives du secteur Pâte commerciale pour le reste de l’exercice. Dans le secteur Papiers à usages spéciaux, malgré que les bas taux d’utilisation de la capacité de production de papiers couchés et de papiers satinés rendent incertaine l’évolution des prix, nous prévoyons une augmentation des volumes expédiés à la faveur de facteurs saisonniers. »


Imprimer cette page

À propos



Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*