Opérations Forestières

Nouvelles Nouvelles de l’industrie
Résolu annonce une perte de 5M$ pour le premier trimestre de 2013

La perte d'exploitation s'est élevée à 50 M$ pour le premier trimestre de 2013, contre une perte d'exploitation de 46 M$ pour le quatrième trimestre de 2012.


7 mai 2013
Par Produits forestiers Résolu

MONTRÉAL, le 30 avril 2013 – Produits forestiers Résolu Inc. (NYSE: RFP) (TSX: RFP) a annoncé qu’elle a subi une perte nette de 5 M$, ou 0,05 $ par action, pour le trimestre clos le 31 mars 2013, sur des ventes de 1,074 G$. Pour le trimestre clos le 31 mars 2012, la Société avait dégagé un bénéfice net de 23 M$, ou 0,23 $ par action, sur une base diluée, sur des ventes de 1,054 G$.
Pour le premier trimestre de 2013, le bénéfice net, avant les éléments hors gestion courante totalisant 33 M$, a été de 28 M$, ou 0,30 $ par action, sur une base diluée, en regard de chiffres correspondants de 7 M$ et de 0,07 $ par action pour le premier trimestre de 2012. La description et le rapprochement des éléments hors gestion courante et des mesures financières hors PCGR sont présentés ci-dessous, notamment en ce qui a trait aux ajustements des éléments hors gestion courante et du BAIIA ajusté.

« Les initiatives de consolidation de nos usines et de nos machines que nous avons mises en œuvre au cours des deux dernières années auront pour effet de diminuer nos coûts de fabrication, ce qui nous aidera à atténuer les difficultés que connaît le secteur des produits forestiers en Amérique du Nord », a déclaré Richard Garneau, président et chef de la direction.

Sur la question des mesures d’allégement des exigences de capitalisation des principaux régimes de retraite agréés canadiens de Résolu, Richard Garneau a ajouté : « Le 26 avril 2013, nous avons convenu d’un accord de principe avec les parties prenantes au Québec, avec le gouvernement du Québec et avec la Régie des rentes du Québec. Avec cet accord, nous diminuerons l’incertitude importante découlant d’éventuelles cotisations massives grâce à des versements aux régimes de retraite plus stables, prévisibles et raisonnables, ingrédients essentiels à une saine gestion de notre entreprise. Forts de ce développement favorable au Québec, nous espérons rencontrer dès que possible, le gouvernement de l’Ontario, les autorités de réglementation en matière de régime de retraite de cette province et nos parties prenantes en Ontario. »

Advertisment

ÉVOLUTION DU BÉNÉFICE D’EXPLOITATION

La perte d’exploitation s’est élevée à 50 M$ pour le premier trimestre de 2013, contre une perte d’exploitation de 46 M$ pour le quatrième trimestre de 2012. Cette détérioration de 4 M$ s’explique par la diminution de 54 M$ des ventes attribuable à la baisse des volumes expédiés de papier journal et de papiers pour usages spéciaux en raison de la faiblesse saisonnière de la demande et des conditions du marché, ainsi qu’aux mesures de réduction de la capacité de production. Dans l’ensemble, les fluctuations des prix ont eu une incidence défavorable de 4 M$, l’augmentation des prix des produits du bois ayant été plus que contrebalancée par le fléchissement des prix du papier journal. Les coûts des produits vendus ont baissé de 19 M$ grâce à la réduction des volumes que sont venus partiellement annuler les coûts liés à la mise hors service temporaire de l’usine de Catawba, en Caroline du Sud, les frais de démarrage élevés ainsi que l’augmentation d’autres frais de fabrication. Enfin, les résultats d’exploitation ont profité de l’incidence favorable de la réduction de 42 M$ des frais de fermeture.

INFORMATIONS SECTORIELLES

Papier journal

Pour le premier trimestre de 2013, le secteur Papier journal a subi une perte d’exploitation de 2 M$, en regard du bénéfice d’exploitation de 18 M$ pour le quatrième trimestre de 2012. Le prix de vente moyen obtenu a diminué de 17 $ la tonne métrique sous la pression de l’augmentation de l’offre en Amérique du Nord. Les volumes expédiés ont chuté de 6 % en raison de la faiblesse saisonnière de la demande. Par ailleurs, les exportations ont grimpé à 46 % du total des volumes expédiés, en regard de 37 % pour le quatrième trimestre de 2012, grâce au redressement graduel de l’état des marchés d’exportation. Les stocks de produits finis ont augmenté de 20 000 tonnes métriques durant le premier trimestre de 2013. Le coût de fabrication unitaire a crû de 3 % à cause de la baisse des volumes expédiés, de l’augmentation du coût de la vapeur attribuable à la hausse des prix du gaz naturel et à la consommation accrue en raison de facteurs saisonniers, ainsi que de l’échéancier de comptabilisation des avantages sociaux. La Société prévoit redémarrer ses installations de Gatineau, au Québec, au début de mai 2013 grâce à de plus faibles coûts de fabrication afin de compenser la fermeture récente d’une machine à son usine de Calhoun, au Tennessee.

Papiers couchés

Pour le premier trimestre de 2013, le secteur Papiers couchés a subi une perte d’exploitation de 3 M$, alors qu’il avait dégagé un bénéfice d’exploitation de 3 M$ pour le quatrième trimestre de 2012. Les volumes expédiés ont crû de 6 % par rapport au quatrième trimestre de 2012, trimestre durant lequel la Société avait éprouvé des défaillances de matériel à son usine de Catawba. Le prix de vente moyen obtenu par la Société est resté stable, tandis que le coût de fabrication unitaire a augmenté de 40 $ par tonne courte à la suite de la mise hors service temporaire annuelle de l’usine.

Papiers pour usages spéciaux

Le bénéfice d’exploitation du premier trimestre de 2013 s’est amélioré de 1 M$, en regard du quatrième trimestre de 2012, pour atteindre 9 M$. Les volumes expédiés ont diminué de 10 %, conséquence de la faiblesse saisonnière et des conditions difficiles du marché. Au cours du quatrième trimestre de 2012, la Société a mis en œuvre des mesures de rationalisation de ses actifs de production, notamment la fermeture de deux machines et le redémarrage de son usine à faible coût de fabrication de Dolbeau, au Québec. Le coût d’exploitation unitaire sectoriel a diminué de 14 $ par tonne courte. L’amélioration des coûts est attribuable à l’atteinte du plein régime de production de l’usine de Dolbeau et de ses installations de cogénération connexes, ainsi qu’aux améliorations de l’efficacité de l’usine de Laurentide, au Québec. Les coûts ont subi l’influence défavorable de l’augmentation du coût de la vapeur, attribuable à la hausse des prix du gaz naturel et à sa consommation accrue en raison de facteurs saisonniers. Le prix de vente moyen obtenu durant le trimestre a diminué de 8 $ la tonne courte.

Pâte commerciale

Pour le premier trimestre de 2013, le secteur Pâte commercial a subi une perte d’exploitation de 4 M$, en regard d’un résultat d’exploitation tout juste sur le seuil de rentabilité pour le quatrième trimestre de 2012. Le prix de vente moyen obtenu a augmenté de 7 $ la tonne métrique, alors que les volumes expédiés ont diminué de 2 % principalement à cause de la mise hors service temporaire de l’usine de Catawba. Le coût de fabrication unitaire du premier trimestre de 2013 a été supérieur de 19 $ à celui du quatrième trimestre de 2012, en raison de la mise hors service temporaire de l’usine de Catawba, de la hausse du coût du bois dans le sud-est des États-Unis causée par les pluies abondantes et de l’augmentation des coûts de la vapeur et des produits chimiques. Le coût de fabrication à l’usine de Saint-Félicien s’est grandement amélioré une fois que furent achevés les travaux de maintenance et ceux visant l’efficacité environnementale, travaux réalisés durant le troisième et le quatrième trimestre de 2012.

Produits du bois

Pour le premier trimestre de 2013, le bénéfice d’exploitation du secteur Produits du bois s’est établi à 16 M$, en hausse de 2 M$ par rapport à celui du quatrième trimestre de 2012. Le prix de vente moyen obtenu a grimpé de 36 $ le millier de pieds-planche, tandis que les volumes expédiés ont décru de 3 % à cause de la disponibilité insuffisante de wagons de train. Le coût de fabrication unitaire du premier trimestre de 2013 a été de 8 % supérieur à celui du quatrième trimestre de 2012, à cause de l’augmentation du coût du bois, hausse principalement attribuable à l’augmentation des droits de coupe qui sont liés aux prix du bois d’œuvre, de la baisse des prix de vente des copeaux et de l’ajustement favorable de 4 M$ des stocks inscrit pour le quatrième trimestre de 2012.

SIÈGE SOCIAL ET INITIATIVES FINANCIÈRES

Le 26 avril 2013, la Société a annoncé qu’elle avait fixé à 99,062 % de leur valeur nominale le prix du placement de ses billets de premier rang d’une valeur nominale totale de 600 M$ venant à échéance en 2023 et qu’ils porteront intérêt au taux de 5,875 % par année. Le produit net du placement sera affecté au rachat, au remboursement ou à l’acquittement d’une autre manière de la totalité ou de la quasi-totalité des 501,2 M$ en circulation de billets garantis de premier rang à 10,25 % venant à échéance en 2018.

« Grâce à notre excellent bilan, nous sommes en mesure de tirer parti de marchés des capitaux très favorables, a indiqué Jo-Ann Longworth, première vice-présidente et chef des services financiers. Par ce placement, nous remplaçons notre dette garantie à coupon élevé par une dette non garantie portant un taux d’intérêt de 40 % moins élevé et en repoussant son échéance de cinq années. Fidèle à notre stratégie de saisir les occasions qui se présentent afin d’améliorer notre situation concurrentielle, nous sommes d’avis qu’il est opportun de tirer avantage de ces conditions avantageuses, car elles diminueront nos charges d’intérêts de 15 M$ par année et ceci améliorera notre souplesse financière. »

La clôture du placement des billets 2023 devrait avoir lieu le 8 mai 2013, sous réserve des conditions préalables habituelles.

PERSPECTIVES

« Certes, l’amélioration graduelle que nous constatons dans les marchés d’exportation de papier journal est encourageante, mais nous prévoyons que les marchés intérieurs resteront difficiles tant que davantage de papier journal fabriqué en Amérique du Nord ne sera pas redirigé vers les marchés d’exportation, a ajouté Richard Garneau. Comme les marchés des papiers pour usages spéciaux sont fortement influencés par les dépenses de publicité, la demande pourrait demeurer morose, car les clients adoptent une attitude prudente selon les dernières données économiques aux États-Unis. En ce qui concerne le marché de la pâte commerciale, les tendances récentes au chapitre de la demande et des prix semblent confirmer notre optimisme prudent sur l’émergence de ce marché de sa profonde dépression. Enfin, le prix du bois d’œuvre fait preuve de vigueur, mais nous croyons qu’il restera à peu près inchangé, puisque les ventes des fabricants canadiens sont restreintes par l’encombrement de la chaîne d’approvisionnement causé par la croissance de la demande. »