Des tests pour déployer internet en forêt

Guillaume Roy
Avril 18, 2019
Écrit par
D’ici peu, Résolu souhaite déployer son propre réseau Internet privé en forêt, laissant présager de nouvelles possibilités pour l’industrie forestière.

« Quand verra-t-on des abatteuses autonomes en forêt ? » Telle est la question que Gilbert Demers, le vice-président de Produits forestiers Résolu, a posée aux experts de FPInnovations, un institut de recherche spécialisé en foresterie, en 2013.

« Tout le monde a ri, mais Gilbert était sérieux », se souvient Julien Pedneault, surintendant en efficacité opérationnelle. À défaut de pouvoir envisager des abatteuses autonomes à court terme, PFR a décidé d’entreprendre un virage 4.0 en y allant étape par étape. 

En quelques années à peine, le géant forestier a réussi à développer un système de récolte et de transfert de données de plus en plus automatisé. D’ici trois ans, Pierre Cormier, vice-président foresterie et opérations forestières pour Résolu, croit d’ailleurs que les entrepreneurs pourront être 100 % autonomes pour se diriger eux-mêmes tout en s’assurant de la conformité de leurs opérations. « Avec la technologie, les entrepreneurs pourront être autonomes, car les données seront enregistrées et autoréférencées au fur et à mesure de la récolte, dit-il. Au besoin, on pourrait faire les suivis de chantiers avec un drone. »

Cette technique est déjà utilisée par plusieurs entrepreneurs, comme les Forestiers JMG, pour s’assurer d’avoir tout récolté le bois sur un chantier.

Internet en forêt

Pour transférer les données en temps réel, PFR a déjà procédé à des essais pour implanter son propre réseau Internet privé en forêt. À la fin du mois de mars 2019, l’entreprise a réalisé des essais en Mauricie avec FPInnovations et Solutions Ambra, un fournisseur de technologie spécialisé dans le développement de réseaux LTE privés pour les entreprises, notamment pour les minières et les forestières. 

Contrairement aux opérations minières, qui sont fixes, les opérations forestières se déplacent sur le territoire, ce qui rend la démarche plus complexe, remarque Martin Lambert, analyste senior, efficacité et projets spéciaux pour PFR. « On s’attendait à une couverture de deux à trois kilomètres, mais on a obtenu une couverture allant de huit à dix kilomètres, ce qui était au-delà de nos espérances », dit-il. 

Avec une dizaine de tours micro-ondes installées au Lac-Saint-Jean, PFR estime avoir les infrastructures en place pour déployer un tel réseau, quitte à ajouter des tours mobiles comme le fait l’armée américaine, soutient Pierre Cormier. Conscient que le réseau satellite pourrait devenir abordable au cours des prochaines années, ce dernier préfère ne pas attendre que la solution lui tombe du ciel. « On veut d’abord démontrer que c’est possible, dit-il. À partir de là, on souhaite entamer des discussions avec les différents gouvernements pour déployer un tel réseau pour l’industrie, mais aussi pour mieux occuper le territoire. »

Lorsqu’Internet sera disponible en forêt, les possibilités seront presque infinies. « D’ici cinq ans, on veut que les machines puissent se parler entre elles et qu’elles soient connectées aux usines, souligne Pierre Cormier. On aura alors toutes les informations requises en temps réel pour planifier la récolte sur le territoire en fonction des besoins de nos clients. »

D’ici quelques années, on risque d’ailleurs de voir apparaître des abatteuses autonomes en forêt. Le manufacturier Caterpillar a fait une démonstration de pilotage à distance avec des écrans à Vancouver, l’été dernier. Comme quoi, le futur de la foresterie est déjà à nos portes.








Centre d'abonnement

 
Nouvel abonnement
 
Vous êtes déjà abonné?
 
Service à la clientèle
 
Voir Digital Magazine Renouvellement

Les plus populaires

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience sur notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Pour en savoir plus, lisez notre politique de confidentialité.