Aménagement forestier
Pour une troisième année d’affilée, et ce, même si les superficies affectées continuent de s’accroître, il n’y aura pas d’épandage aérien d’insecticide contre la tordeuse des bourgeons de l’épinette au-dessus des forêts de l’Abitibi-Témiscamingue.
Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) a lancé aujourd'hui, à l'occasion d'une rencontre avec ses partenaires, le processus de consultation qui servira à l'élaboration de la future stratégie nationale de production de bois. Le document a pour but de définir les lignes directrices de la production et de la récolte de bois en vue de créer davantage de richesses durables pour le Québec à partir de cette ressource renouvelable.
Les températures plutôt fraîches que nous connaissons retardent le début de la lutte contre la tordeuse des bourgeons de l'épinette.
Les caribous de Val-d’Or ne sauront jamais à quel point ils auront fait parler d’eux. Et qu’ils seront devenus, sans le vouloir, un véritable boulet au pied du ministre régional Luc Blanchette.
Avec plus de 760 000 kilomètres carrés de forêt répartis sur le territoire du Québec et près de 60 000 emplois directs liés au milieu forestier, il est normal de présumer que la culture forestière est présente dans le discours des Québécois. Pourtant, il persiste une méconnaissance importante des concepts entourant l’aménagement de nos forêts chez une grande proportion de la population. Comme bien des choses ont changé au cours des 20 dernières années et que la vision qui entoure l’aménagement forestier au Québec a évolué, une mise au point de certaines notions s’impose.
C’est l’un des emplois les plus éreintants au pays. Depuis des décennies au mois d’avril, des milliers de jeunes s’exilent dans les régions nordiques de l’Ontario, du Québec, de l’Alberta et de la Colombie-Britannique pour planter des arbres. 
Les inventaires forestiers à l’aide de drones et la robotisation des opérations en forêt ou en usine seraient grandement facilités s’il existait un système de reconnaissance automatique des espèces d’arbres à partir d’images. Une équipe du Département d’informatique et de génie logiciel vient de faire une avancée significative dans le domaine en développant un système permettant d’identifier avec une efficacité de 98% les espèces les plus courantes au Québec à partir de photos de leur écorce.
Et je ne suis pas le seul à le penser. Récemment, c’est le Forestier en chef qui proposait d’augmenter la production de bois de 50 % d’ici 2050. Comment ? En intensifiant la production de bois dans certaines zones clés.
Professeure en sciences de la gestion au campus de Lévis de l’UQAR et directrice scientifique du Centre d’expertise universitaire voué au développement des organisations (CEUDO), Anissa Frini s’intéresse à la prise de décision multicritère temporelle dans un contexte d’incertitude afin d’aider les organismes, tel le Bureau du forestier en chef, à prendre des décisions d’aménagement forestier durable en tenant compte d’une multitude de critères évalués sur une longue période de temps.
Le gouvernement du Québec conclut qu'il serait trop coûteux de sauver la vingtaine de caribous forestiers de Val-d'Or, menacés d'extinction depuis que leur habitat a été décimé par l'exploitation forestière.
Les décideurs politiques européens doivent maximiser le potentiel économique du secteur forestier tout en équilibrant ses émissions et ses absorptions de carbone. Un objectif difficile, mais nécessaire pour que le bloc respecte ses promesses climatiques.
Près de 100 000 hectares de forêts privées ont été reboisées à la fin des années 1980 et ces plantations sont maintenant prêtes pour une éclaircie commerciale. Le potentiel est si grand que le RESAM a organisé une sortie terrain et des démonstrations d’équipements exclusivement dédiés à ce sujet en septembre dernier.
Près de 4000 arbres devront être abattus sur le mont Royal d'ici un an en raison de l'épidémie de l'agrile du frêne. Le nouveau responsable des parcs, Luc Ferrandez, espère que Montréal tirera les leçons de ce triste épisode et interviendra plus tôt à l'avenir pour protéger ses espaces verts.
Fruit d’une démarche entreprise il y a plusieurs années, l’Université Laval lançait en septembre dernier la nouvelle Chaire de leadership en enseignement (CLE) en foresterie autochtone, une démonstration convaincante que les réalités autochtones sont une composante incontournable du développement fo­restier durable au Québec.
Ceux qui espéraient que le froid décime les populations du dendroctones du pin seront déçus. Les récentes températures glaciales n'auront probablement pas eu l'effet désiré sur ces insectes qui continuent de ravager les forêts de la Colombie-Britannique et de l'Alberta.
Page 1 sur 10

Centre d'abonnement

 
Nouvel abonnement
 
Vous êtes déjà abonné?
 
Service à la clientèle
 
Voir Digital Magazine Renouvellement

Les plus populaires

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience sur notre site. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Pour en savoir plus, lisez notre politique de confidentialité.