Aménagement forestier
Professeure en sciences de la gestion au campus de Lévis de l’UQAR et directrice scientifique du Centre d’expertise universitaire voué au développement des organisations (CEUDO), Anissa Frini s’intéresse à la prise de décision multicritère temporelle dans un contexte d’incertitude afin d’aider les organismes, tel le Bureau du forestier en chef, à prendre des décisions d’aménagement forestier durable en tenant compte d’une multitude de critères évalués sur une longue période de temps.
Le gouvernement du Québec conclut qu'il serait trop coûteux de sauver la vingtaine de caribous forestiers de Val-d'Or, menacés d'extinction depuis que leur habitat a été décimé par l'exploitation forestière.
Les décideurs politiques européens doivent maximiser le potentiel économique du secteur forestier tout en équilibrant ses émissions et ses absorptions de carbone. Un objectif difficile, mais nécessaire pour que le bloc respecte ses promesses climatiques.
Près de 100 000 hectares de forêts privées ont été reboisées à la fin des années 1980 et ces plantations sont maintenant prêtes pour une éclaircie commerciale. Le potentiel est si grand que le RESAM a organisé une sortie terrain et des démonstrations d’équipements exclusivement dédiés à ce sujet en septembre dernier.
Près de 4000 arbres devront être abattus sur le mont Royal d'ici un an en raison de l'épidémie de l'agrile du frêne. Le nouveau responsable des parcs, Luc Ferrandez, espère que Montréal tirera les leçons de ce triste épisode et interviendra plus tôt à l'avenir pour protéger ses espaces verts.
Fruit d’une démarche entreprise il y a plusieurs années, l’Université Laval lançait en septembre dernier la nouvelle Chaire de leadership en enseignement (CLE) en foresterie autochtone, une démonstration convaincante que les réalités autochtones sont une composante incontournable du développement fo­restier durable au Québec.
Ceux qui espéraient que le froid décime les populations du dendroctones du pin seront déçus. Les récentes températures glaciales n'auront probablement pas eu l'effet désiré sur ces insectes qui continuent de ravager les forêts de la Colombie-Britannique et de l'Alberta.
C’est le tour de force réalisé par Domtar avec son programme de production de peupliers hybrides lancé en 1997 pour augmenter le rendement forestier. En multipliant par sept le rendement de la forêt naturelle, le géant papetier est ainsi capable d’augmenter ses efforts de conservation tout en maintenant son approvisionnement.
Le Forestier en chef du Québec, Louis Pelletier, a déposé au ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Luc Blanchette, un cadre stratégique qui permettra d’augmenter la possibilité forestière de 50 % d’ici 2063 pour atteindre 50 millions de mètres cubes, et ce, tout en respectant les trois grands piliers de la Loi sur les Forêts que sont l’environnement, les aspects sociaux et l’économie.
Il y a un peu plus de 25 ans, je joignais l’équipe de forestiers de Domtar en Abitibi. Mes premières tâches? Réaliser un contrat de reboisement de plus de 6 millions d’arbres, une contribution à l’objectif de René Lévesque de planter 300 millions d’arbres par année au Québec. Mon travail principal cependant était d’implanter un système de cartographie numérique. Et oui, à l’époque, les cartes étaient encore colorées manuellement. En travaillant et en étudiant en Ontario et au Nouveau-Brunswick, j’avais remarqué que ces provinces avaient une avance de près de 10 ans sur l’implantation de cette technologie qui jumelait la cartographie aux bases de données. Un nouveau mot était inventé, la géomatique.  
Le Forestier en chef du Québec, M. Louis Pelletier, rend public aujourd'hui son avis intitulé Prévisibilité, stabilité et augmentation des possibilités forestières. Cet avis a été produit à la demande du ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs dans le cadre des mesures inscrites dans le plan de travail du Forum Innovation Bois tenu en octobre 2016.
Nature Québec salue la création prochaine d’une première grande aire protégée pour le caribou forestier dans le secteur de Manouane, des Montagnes Blanches et de Manicouagan annoncée aujourd’hui par la ministre de l’Environnement, du Développement durable, et de la Lutte contre les changements climatiques Mme Isabelle Melançon, à Baie-Comeau.
Le gouvernement du Québec va préserver plus de 10 000 km2 de forêt au nord du 49e parallèle pour tenter de protéger le caribou forestier, une espèce en voie de disparition, a-t-il indiqué mardi.
De la turbine jusqu’à la maison, l’électricité parcoure des milliers de kilomètres sur des fils qui sillonnent notre paysage. Nous savons tous que ces lignes électriques représentent un danger, mais connaissez-vous bien les mesures de sécurité à prendre lorsque vous devez réaliser des travaux à leur proximité ? Regardons de plus près ce sujet en regard des travaux d’abattage manuel et mécanisé.
Les zones à forts potentiels pour l’exploitation forestière se retrouvent souvent au cœur de celles revendiquées par des communautés autochtones. Alors que certaines entreprises avaient réussi à développer une relation de confiance avec des communautés autochtones, le nouveau régime forestier a bousculé les pratiques qui avaient été mises en place pour améliorer ces relations. Quatre ans plus tard, entreprises, communautés et chercheurs sont toujours en adaptation de cette nouvelle formule.
Page 1 sur 9

Centre d'abonnement

 
Nouvel abonnement
 
Vous êtes déjà abonné?
 
Service à la clientèle
 
Voir Digital Magazine Renouvellement

Les plus populaires