Abattage
L'industrie forestière ressent déjà les impacts des changements climatiques en raison des hivers qui raccourcissent, ce qui réduit le temps disponible pour les coupes d'hiver. Pour les opérations de récolte, c'est l'orniérage excessif qui pose le plus grand risque et qui force souvent le déplacement vers un autre bloc ou carrément l'arrêt des opérations.
En regardant Francis Brulotte assis au volant de sa toute nouvelle abatteuse Komatsu 931CX, on voit ses yeux s’illuminer comme un petit garçon qui vient de recevoir un nouveau jouet dont il rêve depuis des années. « J’ai toujours tripé sur Komatsu et particulièrement sur les moteurs Isuzu, parce qu’ils sont durables et ils ont une faible consommation d’essence », souligne l’homme de 27 ans.
Bien que l’industrie québécoise du bois soit en souffrance, La Forestière JFS Gagnon inc. de Saint-François-de-Sales est en pleine expansion et déborde de projets. Les trois actionnaires souhaitent éventuellement opérer douze mois par année, en plus de mettre en place une stratégie d’affaires pour acquérir encore plus de territoire. 
Puisque le coût du carburant est un facteur important dans l'utilisation de l'équipement hors route, il est à l'avantage de tout propriétaire de machine de tirer le maximum de cette dépense nécessaire. Certaines habitudes de travail et facteurs opérationnels ont une influence sur la consommation de carburant. De récents essais menés par les chercheurs de FPInnovations ont permis d'explorer certaines pistes d'amélioration de l'intensité énergétique (litre de carburant consommé pour produire un mètre cube de bois) et de mesurer les économies.
Depuis 11 ans, Forestiers JC Lefebvre, qui a commencé par récolter du bois pour Domtar, a diversifié ses activités dans l’épandage de boues papetières et dans construction de chemins, en misant sur des machines neuves et performantes.
Les entrepreneurs forestiers de la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean, dans le centre du Québec, ont beaucoup de difficultés : des conditions météorologiques extrêmes, des sites isolés, la baisse des prix du bois et des exigences...
Dans la réserve faunique Rouge-Matawin, une équipe de jeunes forestiers est à l’œuvre dans un secteur principalement résineux à près d’une heure de route de Saint-Michel-desSaints. Dans une nouvelle débardeuse à six roues Tigercat 635G livrée à peine quelques semaines auparavant, l’opérateur tire une lourde charge de bois en longueur dans un terrain marécageux avec de fortes pentes.
Le MFFP invite les intéressés à présenter une soumission pour l’achat de 240 mètres cubes de bois coupés empilés ayant fait l’objet d’une saisie, dans l’arrondissement de La Baie à Ville Saguenay. Les personnes intéressées ont jusqu'au 17 août pour présenter une soumission.
Les propriétaires de lots boisés affirment qu’ils ne reçoivent pas un prix équitable pour le bois qu’ils livrent aux scieries, ce qui compromet la rentabilité de leurs opérations.
Martin Paquet, 30 ans et Francis Paquet, 28 ans 
Poste : Entrepreneurs forestiers - Forestiers MF Paquet et Multi MF Paquet
Formation : DEP en Abatage et façonnage des bois au CFP de Dolbeau-Mistassini
Nom : Cédrik Baudart
Âge : 20  ans
Poste : Entrepreneur forestier - Baufor
Formation : DEP abattage manuel et Abattage mécanisé au CFP de Mont-Laurier
Alors que les entrepreneurs du reste du Canada continuent d’en arracher avec des taux de récolte stagnants, des coûts d’opération qui grimpent et des problèmes de recrutement, ceux du Québec sont confrontés à des défis et des opportunités uniques.
Établissant une nouvelle norme de l’industrie pour le marché des engins pivotants, les modèles John Deere 3154/3156G et 3754/3756G très anticipés offrent aux opérateurs un surcroît de productivité, de durabilité et de fiabilité. Du chargement au façonnage du gros bois, les engins pivotants de série G aident les exploitants forestiers à exécuter efficacement leurs travaux. Dans le cadre du lancement de la série G, John Deere distinguera ses chargeuses forestières chenillées en utilisant le suffixe 56 dans le nom du modèle, tandis que les excavatrices forestières continueront d’utiliser les désignations 54.
Depuis sa tendre enfance, Sara-Maude Gauthier baigne dans le milieu de la foresterie. Son père, Martin Gauthier, est entrepreneur forestier (Forestier Martal) depuis plus de 25 ans et Sara-Maude a toujours aimé l’accompagner en forêt. « Mon père, c’est mon idole et mon meilleur confident. J’ai toujours voulu travailler aussi fort que lui », lance la jeune femme de 23 ans.
Page 1 sur 5

Centre d'abonnement

 
Nouvel abonnement
 
Vous êtes déjà abonné?
 
Service à la clientèle
 
Voir Digital Magazine Renouvellement

Les plus populaires