Abattage
Les propriétaires de lots boisés affirment qu’ils ne reçoivent pas un prix équitable pour le bois qu’ils livrent aux scieries, ce qui compromet la rentabilité de leurs opérations.
Martin Paquet, 30 ans et Francis Paquet, 28 ans 
Poste : Entrepreneurs forestiers - Forestiers MF Paquet et Multi MF Paquet
Formation : DEP en Abatage et façonnage des bois au CFP de Dolbeau-Mistassini
Nom : Cédrik Baudart
Âge : 20  ans
Poste : Entrepreneur forestier - Baufor
Formation : DEP abattage manuel et Abattage mécanisé au CFP de Mont-Laurier
Alors que les entrepreneurs du reste du Canada continuent d’en arracher avec des taux de récolte stagnants, des coûts d’opération qui grimpent et des problèmes de recrutement, ceux du Québec sont confrontés à des défis et des opportunités uniques.
Établissant une nouvelle norme de l’industrie pour le marché des engins pivotants, les modèles John Deere 3154/3156G et 3754/3756G très anticipés offrent aux opérateurs un surcroît de productivité, de durabilité et de fiabilité. Du chargement au façonnage du gros bois, les engins pivotants de série G aident les exploitants forestiers à exécuter efficacement leurs travaux. Dans le cadre du lancement de la série G, John Deere distinguera ses chargeuses forestières chenillées en utilisant le suffixe 56 dans le nom du modèle, tandis que les excavatrices forestières continueront d’utiliser les désignations 54.
Depuis sa tendre enfance, Sara-Maude Gauthier baigne dans le milieu de la foresterie. Son père, Martin Gauthier, est entrepreneur forestier (Forestier Martal) depuis plus de 25 ans et Sara-Maude a toujours aimé l’accompagner en forêt. « Mon père, c’est mon idole et mon meilleur confident. J’ai toujours voulu travailler aussi fort que lui », lance la jeune femme de 23 ans.
La Société en commandite SOLIFOR, qui est détenue à 100 % par le Fonds de solidarité de la FTQ, a procédé à la récolte de 115 000 mètres cubes de bois, cet été, sur l'île d'Anticosti.
À une cinquantaine de kilomètres au nord de St-Thomas-Didyme, l’équipe de Forestiers Marcel Tremblay et fils est en train de finir de récolter un lot en ce début du mois de mars. D’ici quelques jours, ils plieront bagage pour aller bûcher dans le secteur d’Obedjiwan.
« C’est une tout autre mentalité de récolter des arbres en coupe partielle, lance Raymond Frappier, un entrepreneur forestier en Estrie. Je trouve ça beau et ça nous permet de retourner dans le même secteur après 15 ou 20 ans ».
Tant qu’à faire une démonstration, Hydromec y a mis la gomme en présentant deux abatteuses Ponsse (Scorpion King avec tête H7 et Fox avec tête H6), deux transporteurs Ponsse (Buffalo 15 tonnes et Éléphant King 20 tonnes), en plus de l’abatteuse Eltec FH277L avec une tête H7 HD.
Fernando Larouche, propriétaire de Forestiers VLP 2012, s’est acheté un porteur Komatsu 895. Depuis janvier 2015, il a pratiquement l’impression d’être dans un nouveau monde. « Le gros avantage, c’est la nouvelle technologie. Tout est contrôlé par électronique. C’est confortable et silencieux. Le boguey balancé fait aussi une bonne différence quand tu vas dans le mou », lance l’entrepreneur qui possède aussi une abatteuse Timberjack 900. En passant d’un porteur de 17 à 20 tonnes, M. Larouche n’a plus le souci d’enterrer son porteur.

L'abolition du Programme de création d'emplois en forêt annoncée par le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs, Laurent Lessard, aura de graves répercussions dans la région, alors que plusieurs travailleurs perdront leur emploi.

Preuve que la reprise est bien installée dans l'industrie forestière, les propriétaires de boisés privés du Bas-Saint-Laurent peuvent maintenant couper plus de bois, car ils ne sont plus assujettis à respecter un contingent.

Page 1 sur 4

Centre d'abonnement

 
Nouvel abonnement
 
Vous êtes déjà abonné?
 
Service à la clientèle
 
Voir Digital Magazine Renouvellement

Les plus populaires