Opérations Forestières

En vedette Aménagement forestier Récolte
Qui doit décider où seront les futures aires protégées ?

C'est la question posée par Richard Garneau, pdg de Résolu, lors du congrès du CIFQ.


15 mai 2014
Par Mariève Paradis

Sujets

Richard Garneau, président et chef de la direction de Produits forestiers Résolu, coprésident du Forum stratégique Gouvernement-Industrie, présentait lors du congrès du CIFQ, les bons coups de Produits forestiers Résolu en matière environnementale. À la toute fin de cette présentation, il a lancé une question hautement pertinente : qui devrait décider des enjeux quant aux aires protégées au Québec, quant à l’avenir de l’industrie forestière?

Selon lui, les communautés qui vivent en région, les travailleurs qui subiront les pertes d’emploi, les maires des régions qui vivent de l’industrie forestière et les Premières Nations sont les seuls qui devraient avoir leur mot à dire dans les questions environnementales reliées à l’industrie forestière.

« Laissez-moi vous dire une chose : présentement, il y a des groupes qui crient fort dans les oreilles du gouvernement. L’acceptabilité sociale est différente à Montréal, Québec, Ottawa, Vancouver, Portland qu’elle l’est sur la Côte-Nord, au Lac-Saint-Jean, en Mauricie ou en Outaouais », dit-il fermement.

Advertisment

Produits forestiers Résolu a été très critiqué dans les dernières années sur ses opérations forestières qui ne respectent pas toujours les bonnes pratiques environnementales et sociales, selon certains groupes. M. Garneau explique que l’entreprise a discuté pendant trois ans avec certains groupes environnementaux, sans trouver aucun point commun. « Pourtant, des experts externes, notamment de la Finlande, ont étudié nos politiques publiques et nos lois pour nous dire que ce sont les plus rigoureuses en matière de développement durable… Pas au Canada, dans le monde! »

Il rappelle qu’avant de vouloir s’asseoir avec les groupes environnementaux, il faut se demander s’ils veulent une discussion équilibrée sur le développement durable. « Équilibrée, ça veut dire balancée entre les trois piliers du développement durable. Ce n’est pas juste de la protection, il y a aussi l’aspect social et l’aspect économique à considérer dans les politiques de développement durable. »