Opérations Forestières

En vedette Récolte Transport
Québec subventionne le transport au gaz naturel

Le secteur des transport est responsable de 42,5% de tous les gaz à effets de serre au Québec.


6 novembre 2013
Par Gaz Métro

Sujets

MONTRÉAL – Le gouvernement du Québec a annoncé une subvention de 30 % du surcoût, jusqu’à concurrence de 75 000 $, pour l’achat de véhicules fonctionnant au gaz naturel comme carburant – autant sous sa forme comprimée que liquéfié – est une excellente nouvelle.

Gaz Métro salue les mesures annoncées aujourd’hui par le gouvernement du Québec concernant l’utilisation du gaz naturel pour l’industrie du transport des marchandises et les véhicules lourds.

Rappelons que le secteur des transports est responsable de 42,5 % de tous les GES du Québec, ce qui en fait un secteur d’intervention prioritaire. Les camions, les trains de marchandises et les navires sont responsables de près du tiers des émissions totales de GES du secteur des transports. Bien qu’ils soient au cœur même de notre activité économique, il faut absolument réduire leur empreinte environnementale. Pour des raisons techniques et économiques, l’électricité n’est d’aucun secours dans ces segments de marché, où la solution est d’utiliser du gaz naturel.

Advertisment

Déjà, plusieurs compagnies de chez nous, comme le Groupe Robert ou EBI, l’ont adopté. Un camion qui roule au gaz naturel émet jusqu’à 25 % moins de GES qu’au diesel. En prime, le gaz naturel coûte jusqu’à 40 % moins cher.

« Les mesures annoncées aujourd’hui sont importantes, parce qu’elles contribueront à l’accélération de l’utilisation du gaz naturel comme carburant, ce qui permet une diminution immédiate allant jusqu’à 25 % des émissions de GES », a affirmé Sophie Brochu, présidente et chef de la direction de Gaz Métro.

Et l’utilisation du gaz naturel, c’est bon aussi pour les navires et les locomotives. Gaz Métro tient donc à souligner également les mesures proposées dans le document gouvernemental qui visent à réduire les GES dans les secteurs maritimes et ferroviaires en encourageant le recours aux carburants alternatifs moins émissifs, tel que le gaz naturel.

Gaz Métro souligne également la création d’un groupe de travail sur le transport routier des marchandises et est enthousiaste à l’idée d’y participer.