Opérations Forestières

Nouvelles Nouvelles de l’industrie
Puits de carbone terrestres, près d’un point de bascule?


11 mars 2021
Par Le Soleil
Nous considérons actuellement que la végétation terrestre, incluant les forêts et tout autre type de plante, est un puits, piégeant le dioxyde de carbone (CO2) présent dans l’atmosphère. Cela implique que cette végétation contribue à absorber le CO2 pendant le processus de photosynthèse durant la saison de croissance.

Ce changement d’absorption est même détectable dans les concentrations saisonnières de CO2 à l’échelle globale, qui représente, en quelque sorte, la respiration planétaire. De plus, ce puits est responsable de l’absorption de 30 % de nos émissions anthropiques, c’est-à-dire les émissions dues à la combustion des énergies fossiles reliée à l’activité humaine, les gaz à effet de serre (GES). Il va sans dire que 30 % est un niveau non-négligeable d’absorption.

Cependant, le réchauffement planétaire menace maintenant cet important service rendu par la végétation terrestre. Les plantes ont besoin d’absorber du CO2 pour réaliser la photosynthèse. C’est cette opération qui leur permet de produire des glucides utiles à leur développement, à la fois épigé (toute la partie visible de la plante) et hypogé (la partie de la plante qui se trouve dans le sol, les racines). Ainsi, pour maintenir leurs tissus en vie et fonctionnels, les plantes doivent respirer du CO2; la différence entre le CO2 absorbé pour la photosynthèse et le CO2 relâché par la respiration de ces plantes représente le puits de CO2 de la végétation terrestre.

Lire la suite

Advertisement