Opérations Forestières

Nouvelles Nouvelles de l’industrie
Projet prometteur sur les changements climatiques et environnementaux en forêt boréale


18 février 2021
Par Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT)

Afin de mieux prédire les réactions des écosystèmes forestiers nordiques du Canada face aux changements climatiques, l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT) assurera le leadership d’un projet qui exploitera le plus long et le plus complet suivi intra-annuel de la croissance des forêts boréales.

En effet, le professeur à l’Institut de recherche sur les forêts de l’UQAT (IRF), Fabio Gennaretti, agira comme chercheur principal dans le cadre d’un projet dont les retombées sont importantes et directement liées aux connaissances portant sur les changements climatiques et environnementaux en forêt boréale.Ainsi, par la collaboration de l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) et la mise à disposition d’un jeu de données unique, les chercheurs auront accès à 18 années de suivi de croissance intra-annuel. En plus du partenariat clé avec l’UQAC, ce projet sera également réalisé en collaboration avec le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) et Produits forestiers Résolu. Notons également la contribution du professeur Yves Bergeron de l’UQAT et de l’UQAM et du chercheur postdoctoral Raphaël Chavardes de l’UQAT. Les chercheurs uniront leurs expertises dans le cadre de ce projet et se pencheront principalement sur l’écologie et la croissance de l’épinette noire, du sapin baumier, du peuplier faux-tremble et du pin gris. Les résultats obtenus permettront de mieux caractériser et anticiper les effets du changement climatique sur les écosystèmes et ainsi développer des stratégies sylvicoles adaptées. Les territoires d’étude se situent en Abitibi, au Lac-Saint-Jean et sur un gradient de sites expérimentaux qui arrive jusqu’au bassin de la rivière La Grande (53e parallèle).

En plus de mieux prédire, grâce à des simulations améliorées, les réponses saisonnières des écosystèmes forestiers aux changements climatiques à venir en fonction du mélange d’espèces et des propriétés des sols, ce projet permettra d’identifier les écosystèmes particulièrement vulnérables et les potentielles possibilités à saisir pour l’industrie forestière en relation avec les changements climatiques, les espèces d’arbres présentes et les types de sols.

Advertisment

Intitulé « Prédire la croissance de la forêt boréale : une approche basée sur l’analyse et la modélisation des processus écophysiologiques », ce projet est notamment rendu possible grâce à une Subvention Alliance de 294 000 $ sur trois ans du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie (CRSNG), à laquelle s’ajoute une contribution des partenaires (MFFP, Produits forestiers Résolu inc. et UQAC) de 242 340 $ en argent et en services.