Opérations Forestières

En vedette Bio-produits Biomasse
Projet d’extraction de l’hémicellulose à l’usine de Fortress Cellulose Spécialisée


2 décembre 2016
Par Guillaume Roy


Sujets

Les gouvernements du Canada et du Québec accorderont 12,5 millions de dollars à Fortress Cellulose Specialisée (FCS) Inc., une entreprise de Thurso, au Québec. Le financement servira à l’installation d’un nouveau système qui utilisera du bois de bouleau afin de produire de la pâte pour transformation chimique, un ingrédient utilisé dans la fabrication de nombreux produits utilisés au quotidien, y compris les vêtements, les pièces d’automobile et l’équipement médical.

Appuyer l’innovation dans le secteur forestier permettra d’offrir plus de solutions renouvelables relativement à la production d’un éventail d’articles de consommation, des voitures que nous conduisons aux vêtements que nous portons. Nous contribuerons ainsi à la lutte contre les changements climatiques, à la création de débouchés pour les entreprises du secteur forestier canadien, et au maintien de bons emplois de classe moyenne pour la population canadienne.

« Grâce à la technologie et à l’innovation, le secteur forestier est à l’aube d’une nouvelle ère de la science des matériaux. L’adoption de nouvelles façons d’utiliser les matériaux forestiers renouvelables aidera le secteur forestier canadien à continuer de jouer un rôle clé dans notre croissance économique et à contribuer aux efforts de lutte contre les changements climatiques », a mentionné Jim Carr, Ministre des Ressources naturelles du Canada.

Advertisment

Le ministre des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec, Luc Blanchette se réjouit également de l’annonce.« En capitalisant sur les avancées technologiques permises par la chimie verte, Fortress Cellulose Spécialisée offrira un débouché aux bois feuillus de qualité trituration, notamment les bouleaux jaune et à papier, des essences peu prisées par l’industrie présentement mais bien présentes dans la région de l’Outaouais. En plus d’avoir un impact positif sur les opérations forestières régionales et en facilitant l’accès à la matière ligneuse, ce projet sera bénéfique pour l’essor de l’ensemble de la filière forestière régionale. Cette aide financière s’inscrit directement dans les suites du Forum Innovation Bois », dit-il.

Le gouvernement du Canada octroie 9 millions de dollars à ce projet et le gouvernement du Québec 3,5 millions de dollars. Le projet aidera à protéger plus de 300 emplois locaux ainsi qu’à fournir de la main-d’œuvre et des investissements supplémentaires pour l’économie locale. Ces fonds sont accordés par le ministère des Ressources naturelles du Canada dans le cadre de son programme Investissements dans la transformation de l’industrie forestière et par le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec.

L’usine de FCS sera la première en son genre au Canada à produire de la pâte pour transformation chimique à partir de bois de bouleau. Il est difficile de traiter le bouleau par les moyens actuels et ce procédé nécessite beaucoup d’énergie parce qu’il s’agit d’un bois dur. Ce projet permettra d’offrir un système pouvant tirer parti d’une plus grande réserve de fibres ainsi que réduire les coûts liés à la production et à la consommation d’énergie.

« Ces investissements attirent l’attention sur le potentiel novateur et transformateur de la production de pâte de transformation chimique à partir du bouleau, et ce, comme porte d’entrée pour le marché émergent des matériaux bruts renouvelables. Le projet proposé à l’usine Fortress Specialty Cellulose fait preuve de notre engagement à trouver de nouvelles sources de revenu et à transformer notre industrie », a pour sa part ajouté Yvon Pelletier, président et chef de la direction, Fortress Paper Ltd.

Le Conseil de l’industrie forestière du Québec (CIFQ) salue l’annonce, par Fortress Paper, une de ses entreprises membres, d’un investissement majeur à son usine de Fortress Cellulose Spécialisée, à Thurso. Ce projet, qui comporte différentes facettes, permettra d’utiliser le bouleau, une essence abondante au Canada mais pourtant considérée comme étant sous-utilisée, afin de créer des produits à forte valeur ajoutée.

Parmi ces produits, notons la pâte dissolvante, notamment utilisée pour faire des vêtements, ainsi que l’hémicellulose, un sucre cellulosique servant à la production de biomatériaux et de biocarburants. Au total, l’entreprise investira 23,4 millions $ dans ce projet.

« Cet investissement est la preuve que l’industrie papetière québécoise est en première ligne afin de devenir un chef de file dans une économie verte grandissante, s’enthousiasme André Tremblay, président-directeur général du CIFQ. Cette industrie investit énormément dans la recherche afin de développer de nouveaux biomatériaux ou bioproduits à forte valeur ajoutée, créant ainsi des perspectives économiques intéressantes pour le Québec. »