Opérations Forestières

Nouvelles Nouvelles de l’industrie
Produits forestiers Résolu doit investir beaucoup plus au Saguenay–Lac-Saint-Jean


3 septembre 2020
Par FIM-CSN

La Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN) estime que les 100 M$ d’investissements exigés de Produits forestiers Résolu (PFR) dans le projet de loi 50 sont nettement insuffisants pour assurer l’avenir des travailleuses et travailleurs des usines d’Alma et de Kénogami.

Rappelons que le projet de loi 50 indique quelles seront les conditions du bail hydraulique de PFR pour leurs sept centrales privées sur la rivière Shipshaw.Selon une étude de MCE Conseils en septembre 2019, PFR a désinvesti plus de 440 M$ US dans ses immobilisations du secteur du papier journal et des papiers à usage spéciaux de 2014 à 2018. Pendant cette même période, l’entreprise investissait 299 M$ US dans le papier tissu, principalement aux États-Unis.

« C’est anormal que les entreprises profitent de ressources (l’énergie hydraulique de la Shipshaw et le bois de la forêt publique) appartenant à tous les Québécoises et Québécois sans contrepartie suffisante. PFR ne prend pas les moyens nécessaires pour que ses usines du Québec soient prêtes pour le marché du 21e siècle et qu’elles procurent de bons emplois au Saguenay–Lac-Saint-Jean pour plusieurs décennies encore », soutient Louis Bégin, président de la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM-CSN). Ce dernier en appelle au nationalisme économique du gouvernement pour que les avantages consentis à PFR génèrent bel et bien plus d’emplois et d’activité économique au Québec.

Advertisment

Modifier le projet de loi 50

Une modification du projet de loi 50 est donc nécessaire pour assurer la transition et la pérennité des usines de PFR liées à la production d’électricité sur la rivière Shipshaw. « Le projet de loi 50 doit exiger bien plus que 100 M$ d’investissement sur 10 ans dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Ce qu’il faut, c’est une entente à long terme renouvelable par intervalle de cinq ans, le maintien du niveau d’emploi de 2019 et une planification réelle de la transition vers les produits d’avenir. La modernisation des usines devrait s’enclencher au plus tard en 2025 », estime Gilles Vaillancourt, président du Syndicat national des travailleurs et des travailleuses des pâtes et papier de Kénogami–CSN

« L’investissement exigé à PFR devra également être réalisé à partir de 2020 et ne doit pas inclure d’éventuelles acquisitions comme étant un investissement au sens de ce qui sera exigé dans le projet de loi 50 », ajoute Jean-Pierre Rivard, président du Syndicat national des travailleurs et travailleuses des pâtes et papier d’Alma–CSN. Ce dernier rappelle que 12 machines à papier de PFR ont été fermées depuis 2008. Il en reste seulement une en activité à Alma et une autre à Kénogami, et ce malgré les précédents baux hydrauliques qui permettait pourtant aux gouvernements antérieurs d’exiger davantage de PFR.

Économie régionale

« L’avenir des usines de PFR est intimement lié à l’économie de notre région. Nous demandons au gouvernement de ne pas être un simple spectateur du déclin du secteur du papier au Saguenay–Lac-Saint-Jean. La fibre actuellement transformée dans ces usines va continuer d’être disponible en provenance des scieries. Il va falloir un débouché d’avenir pour pouvoir générer le maximum d’emplois avec cette ressource et éviter que ces copeaux deviennent des déchets », conclut Yannick Gaudreault, trésorier et responsable di dossier forêt au Conseil central des syndicats nationaux du Saguenay–Lac-Saint-Jean–CSN.