Opérations Forestières

En vedette Aménagement forestier Récolte
Produire plus avec moins


22 mars 2013
Par Mariève Paradis

Sujets
Plantation de mélèze hybride âgé d’un an dans TRIADE

Les Aires d’intensification de la Production Ligneuse (AIPL) feront partie des pratiques de foresterie dès l’entrée en vigueur du nouveau régime forestier le 1er avril 2013. Ces aires de production forestière devront non seulement produire plus de bois sur une moins grande superficie, mais elles devront augmenter en superficie au cours des prochaines années. Un défi de taille pour tous!

Sous le nouveau régime forestier, la cible de la superficie des AIPL se chiffre à 2 % du couvert forestier public pour les années 2013-2018. Bien que les aires protégées doivent augmenter dès 2013, les AIPL permettront de maintenir le rendement forestier pour approvisionner l’industrie. Lorsque le nouveau régime forestier sera bien établi, on évalue que 54 % de la valeur forestière pourra être récoltée sur 15 % du territoire forestier public québécois.

C’est sous le consensus social que le ministère souhaite introduire les AIPL dans les unités d’aménagement forestier.
« Tous les acteurs régionaux impliqués dans la gestion de la forêt devront être favorables à donner la priorité au développement de la matière ligneuse », explique Ronald Brizard, directeur de l’aménagement et de l’environnement forestiers au Ministère des Ressources naturelles et de la Faune du Québec.

Advertisment

Ainsi, les tables GIR (Aménagement intégré des ressources du territoire) devront approuver et intégrer les AIPL dans la planification tactique et opérationnelle. « L’industrie forestière fait partie des tables GIR et pourra faire valoir l’importance de garder un certain rythme de production dans les forêts », mentionne M. Brizard. Il ajoute que le ministère fournira un cadre provincial, mais permettra aux milieux régionaux d’ajuster les objectifs de production selon leur réalité locale. « Certains disent que le cadre ministériel ne va pas assez loin dans les objectifs de production. Or, au niveau régional, les gens pourront décider d’un équilibre de production qui correspond davantage aux besoins en identifiant des cibles », précise M. Brizard.

Le but des AIPL : conserver la pleine valeur de la forêt naturelle, tout en maximisant la production de bois. Ainsi, on retrouvera dans une même aire d’intensification de production ligneuse plusieurs types de production : la ligniculture (récolte après 15-20 ans), la plantation (récolte après 40-50 ans) et la forêt naturelle avec reboisement et régénération naturelle (récolte après 50-70 ans). « Le ministère sera plus exigeant pour maximiser l’occupation du territoire. Ceci permettra une diversification des produits forestiers en diversifiant les temps de récolte et les essences », expose M. Brizard.

Un des plus grands avantages de la gestion du couvert forestier avec AIPL reste que ces aires seront à proximité des villes donc près des travailleurs, des usines et des scieries. « Il n’y aura pas d’AIPL à des endroits inaccessibles. Nous cherchons à optimiser ce qui compose la chaîne de valeur, de la forêt à l’usine », conclut M. Brizard.    

Lors du Carrefour Forêt Innovations, on a donné l’exemple de TRIADE, une unité d’aménagement forestier en Mauricie, appartenant à AbitibiBowater (maintenant Produits Forestiers Résolus) comme un succès d’utilisation des AIPL. On l’appelle TRIADE pour ses trois axes de fonctionnement : conservation, aménagement écosystémique et production forestière. Depuis 2008, ce projet pilote du ministère permet de combiner sur un même territoire ces trois aspects, incluant l’aspect récréotouristique. Un modèle de gestion qui devra être étudié par les tables GIR pour sa capacité à combiner toutes les activités forestières (production, conservation, tourisme). www.projettriade.ca